creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

D’où viennent les huiles essentielles ?

Afficher l'image d'origine


Quelle est la matière première des huiles essentielles ?

Comment sont-elles extraites ?

Et puis une huile essentielle, c’est quoi au juste ?

Les huiles essentielles proviennent des racines, du bois, des feuilles, des fleurs ou des fruits de plantes aromatiques. Dans la nature, ces plantes ont mis au point des mécanismes de protection et de survie très sophistiqués. Comprendre ces actions est à la base de l’aromathérapie. Les essences sont sécrétées grâce au processus de la photosynthèse, sous forme d’huiles végétales qui, après extraction deviennent les huiles essentielles. Pour obtenir cette essence, il faut beaucoup de plante, les HE sont de véritables concentrés de produits actifs.

Toutes les plantes contiennent-elles des huiles essentielles ?

 

En réalité, seules 10% des plantes sur terre sont appelées aromatiques car elles contiennent des essences naturelles qu’il faut ensuite distiller afin de les transformer en huiles essentielles.

Elles sont rassemblées en grandes familles :
- Les myrtacées : eucalyptus, giroflier, myrtes
- Les lamiacées : les différentes lavandes, thym, origan, marjolaine, sauge, menthe, basilic…
- Les lauracées : laurier, cannelier, camphrier
- Les apiaciées : anis, fenouil, carotte, angélique, céleri, coriandre
- Les rutacées : tous les agrumes et citrus, qui possèdent des huiles essentielles en grandes quantités, dans les feuilles, fleurs et fruits.
- Et bien d’autres !

 


Comment extraire les huiles essentielles des plantes ?


Connues depuis des siècles pour leurs différentes propriétés curatives, les plantes aromatiques et leurs huiles essentielles contenant leurs principes actifs ont été produites sur tous les continents, dans tous les climats, et à toutes les altitudes. Les climats tropicaux sont particulièrement à l’honneur : la riche biodiversité de certains pays, comme Madagascar.

 

 Il existe aujourd’hui différentes méthodes de fabrication d’huiles essentielles, d’hydrolats, de baumes ( voir comment réaliser son baume sur mesure)…. Différentes méthodes peuvent pour cela être employées, comme la distillation, la macération, extraction à froid ou l’enfleurage. Très complexes à réaliser, ces techniques datent toutefois de l’Egypte ancienne. Les médecines traditionnelles chinoises et indiennes livrent aussi beaucoup de documents sur les méthodes d’extraction et de distillation des huiles essentielles. Chacun des procédés permet de recueillir des principes actifs différents, aux vertus et utilisations différentes aussi.

 

L'EXTRACTION PAR DISTILLATION

 

Elle consiste à mélanger dans une cuve (corps de l’alambic) en cuivre la partie de la plante à distiller et de l’eau.

La technique récente de distillation par entraînement à la vapeur d’eau est la plus utilisée aujourd’hui, la chaudière à vapeur est ici séparée de l’alambic dans lequel se trouve la plante, améliorant considérablement la qualité de l’huile essentielle finale.

Le chauffage et l’épuration de l’eau font éclater les sacs aromatiques, libérant une vapeur chargée d’essence aromatique. La vapeur va ensuite passer par le haut de l’alambic, puis dans le serpentin, avec un refroidissant permettant une condensation, afin d’obtenir une substance liquide. Le mélange est composé ainsi de deux densités différentes. Pour les huiles dites « lourdes » (ex : la Cannelle), l’eau sera en surface et l’huile au fond, et inversement pour les huiles « légères » (ex : le Ravintsara).

 

 

L'hydro-distillation.

 

L'hydro-distillation, se rapprochant fortement de cette première technique, consiste à mettre dans l’alambic la plante et l’eau, sans aucune séparation. La quantité d’eau peut être de deux à six fois plus importante que la quantité de plantes, réduisant la concentration d’huile essentielle.

La composition biochimique de l’huile essentielle varie quelque peu de celle de l’essence naturelle, à cause de l’entrainement partiel par la vapeur d’eau, pouvant ainsi augmenter ou diminuer le pourcentage de différents composants.

 

 

L'extraction par CO2 hypercritique

 

Une méthode moderne et coûteuse permettant d'extraire des HE de haute qualité. 

Les masses végétales sont traversées par un courant de CO2, augmentant ainsi la pression, et faisant éclater « naturellement » les sacs d’arômes.

Les huiles essentielles obtenues de cette manière ont une constitution biochimique beaucoup plus proche de l’essence originelle de la plan.

 

 

L'expression

 

Ce procédé d’extraction est le plus simple de tous, et s’illustre généralement pour obtenir les essences d’agrumes. Il s’agit tout simplement d’éclater les sacs d’arômes manuellement, en les explosant par pression.

Les substances aromatiques obtenues sont très appréciées et de bonne qualité. La pulpe est extraite de l’agrume, puis le zeste est pressé. L’essence et l’eau sont enfin séparées par une décantation à froid.

 

La percolation ou hydrodiffusion

La distillation simple consiste à envoyer de la vapeur de bas en haut. Ici, c’est le contraire, elle fait le chemin inverse. Cette méthode a le privilège d’obtenir de l’huile essentielle plus rapidement, mais avec un moins bon contrôle de qualité. Le liquide ainsi obtenu n’est donc pas appelé huile essentielle, mais essence de percolation.

 

La macération

 

Les huiles essentielles ne sont pas obtenues par macération, ce sont des huiles florales qui sont le fruit de cette technique. Pendant plusieurs semaines, les plantes sont en macération dans des huiles, à l’abri de la lumière. Ces produits sont lipophiles, ils peuvent se mélanger à un corps gras facilement et sont donc beaucoup utilisés en cosmétologie.

 

 

L'enfleurage

 

C’est un moyen d’extraction généralement utilisé pour les huiles essentielles de fleurs, parfois trop fragiles pour une distillation propre. Ces dernières sont mises en contact avec des graisses absorbantes, qui vont peu à peu s’imprégner des odeurs de la plante. Après saturation, les graisses subissent la phase d’épuisement : mélangées à l’alcool, le parfum se sépare du reste du corps.

L’enfleurage est aujourd’hui souvent remplacé par l’extraction par solvants. Mélangées à un solvant, les fleurs sont lavées en extracteur. Ensuite, le solvant est concentré en distillation, obtenant ainsi une concrète (macération de fleurs et de solvant, formant une pâte). Après un filtrage et un changement radical de températures (passant du très chaud au grand froid), l’absolu est obtenu. Ce n’est pas une huile essentielle, il est surtout utilisé en parfumerie et cosmétologie.

 

Source :  compagnie-des-sens.fr

 

L'eau florale.


 

 

Les eaux florales sont en fait des hydrolats,. Ils sont obtenus à partir distillation de fleurs et de sommités fleuries. On les appelle aussi  aquarome ou hydrosol aromatique. C'est un produit qui se situe entre aromathérapie et phytothérapie.

 

Eau florale et huile essentielle proviennent de la même fleur. Elles présentent les mêmes propriétés, mais l’impact de leur action thérapeutique ou cosmétique est fondamentalement différent

L'hydrolat est un sous-produit d'une distillation de plantes ou de partie de plantes. Lors de l'extraction d'une huile essentielle, au sortir de l'alambic, deux produits précieux sont récoltés : de l'eau distillée aromatisée chargée de molécules aromatiques hydrosolubles qui est l'hydrolat, en abrégé "H.A." et d'autre part l'huile essentielle (en abrégé "H.E.") qui surnage au dessus de l'hydrolat.



Seules les plantes aromatiques permettent de récolter à la fois une H.E. et une H.A. Cependant, d’autres plantes sont distillées uniquement pour leur HA. mais ne produisent pas d’H.E. (par ex. le bleuet).


Le terme « hydrolat » nous vient du latin « hydro » (= eau) et du vieux français « lat » (= lait), qui rappelle l’aspect légèrement trouble du liquide dans les quelques minutes suivant la distillation.

L'hydrolat se compose donc d’eau et de molécules aromatiques actives volatiles de la plante distillée, sans aucun conservateur rajouté. Lorsqu'il s'agit de la distillation de fleurs, on parle alors d'eau florale. Les hydrolats sont également appelés aquaromes ou hydroso l(terme en anglais). En dehors de la traduction anglaise du mot hydrolat, le terme « hydrosol » désigne pour certains, le liquide obtenu lorsqu’on a laissé infuser puis filtré de l’eau additionnée d’une huile essentielle, ce qui est totalement différent.

L'hydrolat a un parfum et un goût plus ou moins prononcé mais beaucoup moins concentré qu'une H.E. Certaines eaux florales sont d'usage courant en cuisine et en soins externes, comme l'eau de fleurs d'oranger, l'eau de rose et l'eau de bleuet.

 

L'hydrolathérapie désigne la thérapie par les hydrolats ou par les eaux florales. Contrairement aux H.E. souvent dangereuses pour les non-initiés, les hydrolats sont utilisés même chez le jeune enfant, les femmes enceintes ou les personnes fragiles ou même par les animaux, car ils sont souvent très bien tolérés. Les H.A. ont souvent mais pas toujours systématiquement les mêmes propriétés que l'H.E. de la même plante. 

 

Un hydrolat aromatique ne doit pas être confondu avec une infusion de plantes, il s’agit de l'eau d'évaporation obtenue en distillant les plantes en alambic. Mais par contre vous pouvez utiliser une eau florale comme une plante de phytothéraphie.

Comme une tisane, ponctuellement ou en cure de 21 jours 1 cuillère à café dans une tasse d’eau froide ou tiède. L' eau trop chaude altère les propriétés (pour le miel c'est pareil).

Les eaux florales que vous pouvez boire sont celles employées en cuisine : menthe, romarin, fleur d’oranger ou les plantes utilisées en infusion, pour remplacer la plante fraîche ou séchée par l'eau florale.

L’eau florale de lavande ou de fleur d'oranger sont calmantes et donc préconisées pour favoriser l'endormissement et le sommeil, 1 cuillère à soupe de l'une ou l'autre dans un verre d’eau. La camomille romaine, contre le chagrin, la tristesse latente (déprime) ou pour vous rendormir en pleine nuit après un mauvais rêve. 

 

 

Attention, les plantes renferment des principes actifs puissants, mal utilisées, elles peuvent s'avérer nocives pour la santé !

Voir aussi  les-plantes-les-plus-utiles-a-la-sante

et  cultivez-vos-plantes-aromatiques

11572_487904037912737_1444491705_n.jpg

10-huiles-essentielles-pour-soigner-les-emotions

 


  Huiles essentielles, fréquence et cancer

 

Pour en savoir plus cliquez aussi sur les liens ci-dessous : 
Huiles essentielles : pratiques frauduleuses 

Huiles essentielles : normes et contrôle de qualité 
La vision de Goethe et les critères de qualité des huiles essentielles 

 



02/05/2016
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5363 autres membres