creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

La biokinergie

Afficher l'image d'origine

 

Une thérapie manuelle en plein essor inspirée principalement par l'ostéopathie, de la masso-kinésithérapie et de la médecine traditionnelle chinoise, voici de quoi vous éclairer sur cette méthode de médecine douce pleine de sagesse. 

 

 

Le créateur de cette technique est le français Michel Lidoreau, kinésithérapeute et ostéopathe, qui fonde la biokinergie en 1983 à Tours.

Le terme signifie étymologiquement

BIO : vie

KINE :  mouvement

ERGIE : de « énergie ». L'énergie est, en science physique, la mesure d'un système et sa propension à modifier un état, à produire un travail, entraînant un mouvement, un rayonnement électromagnétique, ou de la chaleur.  

 

C'est une technique de soins manuels très doux, exercée par des kinésithérapeutes, des médecins, des ostéopathes et même des dentistes ayant suivi une formation spécifique ( 4 ans en plus de leur cursus d'origine. Les formations en biokinergie proposées par le CERB Centre d’Enseignement en Biokinergie)). Elle est donc exclusivement pratiquée par des soignants, séduits par cette approche globale qui s'attaque aux symptômes mais surtout à leurs causes. Il existe actuellement environ un millier de praticiens en France.

 

Partant du postulat selon lequel une pathologie est la résultante de l'accumulation d'une multitude de petits déséquilibres, le praticien en biokinergie cherche à redonner à l'organisme ses capacités optimales d’homéostasie (Processus de régulation par lequel l'organisme maintient les différentes constantes du milieu intérieur tous les systèmes de l'organisme et leur équilibre, entre les limites des valeurs normales. Caractéristique d'un écosystème qui résiste aux changements (perturbations) et conserve un état d'équilibre).

Cette technique permet de s’auto équilibrer au niveau des énergies vitales. 

Le concept de base est l’enroulement biokinergétique.  

Après un bilan du mouvement des énergies, une action manuelle est effectuée pour rétablir le bon mouvement, l’homeostasie prend le relai. 

Le praticien mesure des amplitudes de mouvement, des vibrations, le taux d’activité localisée sur les zones "à déclic".

 

 

La dynamique de l'ensemble des énergies est le mouvement global de vie. Son harmonie correspond à un bon équilibre énergétique. Le caractère dysharmonique s'exprime par un "déclic, en plus de celui-ci, un mouvement local de rotation tissulaire. Le déclic + la rotation représentent l'enroulement biokinergique qui est l'outils de base de travail. Le praticien agit sur l'enroulement en accentuant la zone de rotation, cette action active le déclic et le potentiel énergétique correcteur.

 

Il cible des zones de rotation tissulaire sur une région perturbée énergétiquement,  la zone déclic et la zone de rotation tissulaire sont toujours à proximité. 

Mais si l’outil de base est l’enroulement celui-ci ne se pratique pas forcément au niveau de la zone du symptôme.

Il est pratiqué des mobilisations et des pressions douces centrées sur les points de tension tissulaire (les points d'enroulement). Le muscle est détendu et la mobilité de l'os libérée. Cette levée des tensions libère le sang et l'influx nerveux, qui peuvent à nouveau circuler normalement. La biokinergie permet, dans un même geste, de traiter simultanément les problèmes musculaires, les désordres articulaires et les déséquilibres énergétiques, puisqu'ils sont liés. 

 

En effet, la notion d’unité du corps implique toujours un équilibre entre les différents systèmes. 

Il faut réaliser que le corps est une véritable usine ! Un système très complexe, des fonctions dépendantes les unes des autres. Au sein même de l’organisme comme dans la nature des forces sont en action. Que ce soit l’énergie bio hydraulique (les flux) l’énergie électrique et électro magnétique (nous émettons et recevons des ondes, nous avons de la tension dans le corps et les synapses se connectent par exemple), l’énergie bio chimique : nous produisons des molécules, nous évacuons des déchets, l’énergie thermique par la thermorégulation pour maintenir un équilibre homéostatique, l’énergie mécanique est en action par le mouvement.

Par exemple, l’influx nerveux déclenche des processus chimiques qui déterminent eux-mêmes le déplacement d’un grand nombre de molécules musculaires. C’est l’addition de tous ces petits mouvements combinés qui aboutit à une contraction musculaire visible. Autrement dit l’énergie bio mécanique influe sur l’énergie bio chimique qui génère de l’énergie bio mécanique.

La contraction musculaire génère de la chaleur, donc il y a production d’énergie bio thermique. Berf, ce sont des effets et des intéractions en cascade.


Tout est mouvement, mouvement des fluides, des charges, transformation, évacuation… Rééquilibrer un organisme n'est pas si aisé. D'ailleurs le principe de soigner par symptôme ne fait qu'aggraver les choses, toute action entraîne des effets. L'approche globale est bien plus sure.

 

Nos différents systèmes :

- Le système nerveux : cerveau, moelle épinière, nerfs… 

- Le système cardio vasculaire cœur, vaisseaux, ...

- Le système digestif foie estomac, intestin … 

- Le système locomoteur muscle, tendons, os, articulations ...

- Le système urinaire, les reins et organes annexes à la filtration et l'évacuation des eaux...

- Le système respiratoire, les poumons et tous les conduits de l'air

 

Si tout est question d’équilibre, chaque action entraîne des effets en chaîne.

230.jpg

 

 

Prenons l'exemple la glande thyroïde, elle produit des hormones, elle a besoin d’un apport sanguin pour recevoir les molécules, les transformer, puis secréter les hormones. Elle a besoin d’un drainage pour éliminer ses déchets issus des transformations, activité bio hydraulique et bio chimique. La glande est dépendante aussi du système nerveux dans un contexte de température idéal au fonctionnement du corps , énergie bio électrique et bio thermique.

Elle doit aussi s’harmoniser avec l’énergie bio mécanique car le corps et en mouvement, torsion du cou par exemple. 

 

En bio physique le corps est appelé système ouvert. Pour maintenir son équilibre il échange constamment de l’énergie avec l’extérieur.

Le milieu extérieur est plus ou moins agressif. Une température qui baisse progressivement laisse le temps au corps de s’adapter, tomber dans un lac glacé n’a pas le même effet.

Une chute est un choc, un mouvement léger mais répété aura pourtant une incidence traumatique.  Le déséquilibre est transitoire ou permanent. La puissance ou la durabilité des effets est variable et la façon dont le corps d'adapte dépend de très nombreux paramètres. 

 

Tout est en mouvement, tout le temps. Notre corps est sensé s'adapter en permanence. D'ailleurs dans la nature ce qui stagne pourri et meure... 

 

En dehors des chocs, des traumatismes, physiques ou mentaux, les sources de déséquilibre ne manquent pas. 

Entre la mauvaise alimentation, l'absorption de substances néfastes, le rayonnements electro magnétique en excès, les ondes, la pollution, le manque d’activité physique, le stress... le corps est mis a rude épreuve et pour maintenir un équilibre, il faudrait déjà songer à prendre soin de lui et écouter les signaux qu'il envoie…  L'écouter lorsqu'il chuchote est toujours préférable à devoir l'entendre lorsqu'il hurle ! 

 

ecouter son corps.jpg

Voir :  COMMENT ECOUTER SON CORPS

 

 

 

Il faut toujours commencer par remédier à son hygiène de vie. Sommeil, alimentation saine et équilibrée, oxygénation, activité physique, gestion du stress et des émotions. 

Le corps envoie des signaux, des messages symboliques, il nous appartient de les entendre et les décoder. "Ce qui ne s'exprime pas, s'imprime dans le corps.

 

medecine1b.jpg



22/04/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5380 autres membres