creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

LE SENS CACHE DE VOS GESTES

Lapsus.jpg

 

LE SENS CACHE DE VOS GESTES

Joseph Messinger First Edition

 

Tous les gestes ne se limitent pas à des gesticulations insignifiantes, même si beaucoup ne veulent rien dire. Il en existe même que l’auteur nomme « refrain gestuel » et  qui caractérise les profiles des individus. Certains tics gestuels trahissent les mensonges ou les faire-valoir. 

Pour l’auteur l’esprit est une succursale du corps. La vérité n’est pas toujours bonne à dire, surtout si elle blesse l’amour propre. La vérité sans fard est rarement séduisante d’où l’utilité du mensonge.

Si vous regardiez Lara Fabian en coupant le son, lorsqu’elle chante une chanson s’amour, il vous semblerait qu’elle souffre le martyr.

Joindre pouces et indexe signifie, tout à fait inconsciemment, « ne vous gênez pas pour me baiser surtout ! »

Le geste est le décor du discours, l’interface entre le contexte et le vécu de l’individu. Les gestes sont aussi l’un des facteurs réactionnels fondamentaux face aux évènements auxquels le sujet participe.  Exemple, le conducteur qui, en réponse à une queue de poisson, fait un bras d’honneur, il réagit impulsivement à la colère, pour évacuer la peur  de l’accident.

Même si les gestes en disent long et ne mentent pas, nous sommes toujours focalisés par le discours verbal.  Le niveau d’attention ne peut s’investir sur les deux registres en même temps. Pour analyser la gestuelle, il faut couper le son ;

L’être humain est un animal social qui a besoin du miroir des autres pour exister à ses propres yeux.

Il existe évidemment des milliers de gestes et de postures corporelles qui sont la traduction littérale des multiples variations de la météo de nos sentiments. Eléments d’un langage involontaire. De l’anxiété à la satisfaction d’un désir, du sentiment de culpabilité à la frustration, aucune manifestation affective n’échappe à sa traduction corporelle.  De la manière d’allumer sa cigarette, de la fumer, de l’écraser, de s’assoir à la terrasse d’un café, de tourner la cuillère dans son café…. Chacun des mouvements de votre corps correspond à l’atmosphère qui prévaut dans votre esprit ou à votre température actuelle. Aucun de nos gestes sont gratuits pour l’auteur, aucune posture corporelle ne se manifeste par hasard.

Les gestes conditionnent les chances de succès et d’échec.

Ce que vous ne captez du message symbolique de l’autre, votre inconscient peut, lui,  le déceler. Pas seulement par le corps physique, mais aussi par la chimie de la carte d’identité phéromonale que vous diffusez à votre insu.  Mais qui écoute ce qu’il sent ?

Certaines attitudes sont faciles à repérer.  La fuite du regard,  secouer subrepticement la tête, un visiteur qui fait mine de s’assoir mais d’une seule fesse tout en restant tourné vers la sortie, est déjà parti !

D’autres signes sont plus subtils. L’auriculaire droit est  le siège symbolique de l’ambition et, ou du future et les désirs refoulés de l’inconscient. L’auriculaire gauche c’est l’enfance. Porter une chevalière à l’auriculaire droit est un signe d’arrivisme.

Lorsque l’on est frustré, on se gratte le visage, lorsque l’on est agacé, on appuie nos coudse pour supporter la tête.  

Le cerveau gauche contrôle la partie droite de votre corps et inversement.

Du cerveau gauche dépend notre capacité à nous exprimer, il est réactionnel, fontionnel et pragmatique. Ce cerveau est donc droitier.

Le cerveau droit est le siège des intuitions. Du sens spatial, temporel, de l’imaginaire et du sens créatif. Il est gaucher.

Notez que le droit représente aussi la loi et l’ordre, le père, l’activité.  Le gauche la mère et le côté passif.

La partie droite d’un sujet masculin et droitier serait corrélée à une image paternelle intégrée dans le surmoi (qui représente l’autorité, la loi, il est le gardien des valeurs et le commandement en chef des mécanismes de défense et de refus de la conscience) La partie gauche l’image symbolique maternelle.

L’homme droitier qui s’identifie positivement à son père intégrera ses énergies positives et attractives dans la partie droite de son corps. Et ses énergies répulsives, négatives, dans la partie gauche.

La femme droitière en revanche intégrera ses énergies positives dans la partie gauche  (si elle est une femme « comme sa mère » et non « comme son père » ce qui est possible aussi).

Pour les gauchers les images parentales sont inversées. L’image du père à gauche et de la mère à droite.

Chez les gauchères même type d’inversion mais opposé.

Ainsi, le croisement de la jambe droite sur la jambe gauche pour un homme correspondrait à un besoin d’affirmation de soi et de maîtrise des évènements. 

Si c’est la jambe gauche qui vient recouvrir la droite, la confiance en soi s’évapore, l’homme se sent dévalorisé, voir largué.

Cuisses, jambes et chevilles parlent le même langage.

Pour le sujet masculin gaucher, il suffit d’inverser.

Pour les femmes, le croisement jambe gauche sur jambe droite indique un climat mental attractif. Mais si la jambe droite vient à couvrir la gauche, ce n’est pas bon signe.

La synchronie gestuelle en deux interlocuteurs est un effet miroir. C’est le succès de la communication équilibré. Deux vibrations compatibles qui entrent en résonnance affective.

Donc, l’homme droitier en présence de la femme croise la jambe droite sur la gauche et la femme droitière qu’il courtise, croise  la gauche sur la droite, ils se trouvent en synchronie. Ils sont le reflet l’un de l’autre, la vibration de l’un trouve un écho avec celle de l’autre. Etre sur la même longueur d’onde n’est pas pour autant permanent.  

Le croisement systématique des jambes ou chevilles  est un signe de stress affectif.

Toute attitude gestuelle significative est prédictive. Elle annonce un changement de climat mental de l’interlocuteur bien avant que ce dernier en prenne conscience.

En situation de négociation, la compréhension des signes annonciateurs d’un revirement des positions de l’adversaire est un outil précieux.

 

 

Les mains dans les poches

En public cela sert à faire baisser le taux d’agressivité de l’émetteur et du récepteur. C’est un geste d’apaisement.

Tous les éleveurs de chiens savent qu’il faut cacher ses mains dans ses poches si l’on veut calmer un chien hargneux. Il est possible que le geste génère une modification ferro-hormonale de l’odeur que nous dégageons. Que la gestuelle travaille avec la chimie interne……  L’animal peut sentir un spectre d’odeur bien plus large que le nez humain.

 

 

Les Chinois ne se servent pas de leurs mains pour exprimer des sentiments. La gesticulation implique la colère, la perte de contrôle de soi, or les Chinois ont pour principe de se dominer en toutes circonstances et sont très choqués par notre façon d'élever la voix et de gesticuler pour montrer notre colère ou notre impatience.

Les Chinois ne montrent pas leurs sentiments car ils ne veulent pas imposer leurs opinions. Ce que nous interprétons souvent comme de l'hypocrisie n'est en fait qu'une forme de respect de l'interlocuteur que l'on ne veut pas gêner avec ses propres problèmes.

 

Pour dire "oui" ou "non" les Chinois hochent la tète comme nous, mais dire "non" est inhabituel pour un Chinois. Il préférera utiliser un moyen détourné : son "oui" peut donc signifier "non" ou "peut-être".

 

Un doigt pointé vers un interlocuteur ou une tierce personne est un signe d'agression : on ne montre jamais du doigt une personne, seulement un objet ou une direction. Pour désigner quelqu'un, on tendra la main vers lui, paume ouverte.

 

Le petit doigt levé horizontalement signifie : "petit, banal, inférieur". Quelques différences de signification.

 

L'index pointé sur la tempe en tournant signifie en chinois "réfléchis un peu", en français "ça ne va pas la tête !"

 

Le bras soulevé, la main s'agite de haut en bas : la paume vers le bas signifie pour les Chinois "viens ici", pour les Français (au revoir).

 

Pour se désigner, les Chinois pointent leur nez avec l'index alors que les Français dirigent l'index vers leur poitrine, ce qui choque les Chinois.

 

Dresser l'auriculaire, en chinois, signifie "tu es le dernier des derniers", en français "c'est mon petit doigt qui me l'a dit".

 

Le serment d'accord consiste en Chine à se nouer l'auriculaire entre deux personnes et en France à se taper dans la main : le geste de toper.

 

Les Chinois s'accroupissent souvent pour se reposer en attendant le bus ou en mangeant.

 

Les Chinois se servent d'une seule main pour compter jusqu'à 10, alors que les Occidentaux ne comptent que jusqu'à 5 à l'aide d'une seule main.

Source : visitbeijing.com

 

 

 

 

Img214744080.jpg

 

Si vous croisez les doigts ou les joignez tous :


Vous essayer de vous controler, vous croisez vos doigts donc vous vous mettez en accord avec votre cerveau tout entier, le coté gauche et droit de votre cerveau

 

Si votre pouce recouvre le gauche, vous vous basez sur votre expérience
Si votre pouce gauche il recouvre le droit, c’est que vous passez l’affectif et vous faites donc confiance a votre intuition

 

Si vous croisez les bras : votre bras gauche est par dessus le droit c’est la défensive,
reflexion, observation, confiance par l’estime des autres, votre bras droit sur le gauche : nature, impulsif, vous foncez, défendez les bonnes causes, manque un peu de confiance parfois,

 

 

Mordillage lèvre supérieure : anxieté, mal à l’aise,
Mordilage lèvre inférieure : si vous êtez en train de vous disputer, peur de perdre le "duel"

 

 

VOUS PARLEZ EN TENDANT LA MAIN


Main levée vers la personne avec qui vous parlez veut dire que vous êtes ouvert et bienveillant a lui,
mais si votre main est levée mais les doigts collés, ca veut dire que rien ne vous fera changer d’avis point barre. 

 

 

L'attitude du chêne

 

La position debout lors d'une prise de parole a un impact important (bien qu'inconscient) sur l'auditoire. Les premières minutes sont cruciales lorsqu'il s'agit de canaliser l'attention du public. Si l'orateur se tient bien droit, concentre son énergie et s'enracine tel un chêne, contrairement au roseau qui ploie, va et vient au gré des autres. Il accompagne - ici - sa posture d'un regard qu'il veut en adéquation avec son discours : il a une grande confiance en lui. Peut-être un peu trop ! La position - mains calées sur les hanches - est très désinvolte. Elle peut donner l'impression d'une grande assurance, ou signifier aux autres qu'ils n'ont pas leur mot à dire... Si un peu de décontraction détend l'atmosphère, cela doit rester bref et maîtrisé.

 

 

La sonnette d'alarme

 

L'index appuie sur le bout du nez ? Attention, la personne doute de vos propos ! Remarquez qu'elle se coupe de son sens olfactif (ne vous sent-elle pas ?) et rompt le contact visuel ; ses yeux ne sont pas axés sur vous. Votre interlocuteur s'apprête à intervenir, il se concentre sur la réponse qu'il souhaite apporter à votre discours. En témoigne son doigt en position levée tel un enfant qui demande la parole... Dès lors, il serait de bon aloi de vous interrompre afin de le laisser vous questionner. Quoi qu'il en soit, ce geste ne doit pas durer, ne serait-ce que par son manque d'élégance...

 

 

Les mains du prieur

 

 

Les mains sont jointes, doigts contre doigts, dans une gestuelle de prière. Cette position révèle une réflexion intense, mais aussi un sentiment d'adversité, souvent confirmé par le regard de la personne avec qui vous échangez. Elle prépare une argumentation contraire à la vôtre, elle s'apprête à exprimer son opposition. Il est urgent de reprendre la situation en main avant qu'il ne soit trop tard ! Revenez sur vos propos, illustrez-les davantage, approfondissez vos explications.

 

 

La barbe !

 

 

Ce geste d'écoute signifie bien souvent que votre interlocuteur est dubitatif, voire sceptique quant à vos propos. Il s'interroge, il a - peut-être - besoin d'arguments supplémentaires. Si son attitude se prolonge, qu'elle s'accompagne de froncements de sourcils par exemple, n'hésitez pas à vous interrompre, à lui demander s'il a besoin que vous reveniez sur un point de la conversation... Peut-être même êtes-vous allé trop vite dans vos explications ! N'insistez pas au risque de perdre l'attention de votre allocutaire - pire, de ne plus être en adéquation avec lui.

 

Source :  Gestes décriptés

 

 Voir aussi cet article fort intéressant sur  Mouvement et apprentissage

 

 

 

 

 

 

 psychologie.jpg



15/07/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5365 autres membres