creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

Le véganisme, un bon accord entre idéologie et alimentation respectueuse

coeur leg.jpg

 

On entend beaucoup parler ces derniers temps du mouvement végan car celui-ci prend de plus en plus d'ampleur. Le véganisme est davantage perçu comme un mouvement plutôt qu'un mode d'alimentation car il est aussi rattaché à une idéologie plus large qui dépasse la sphère alimentaire. Le site  vegan-france.fr le présente ainsi : " Être VEGAN n'est pas un "régime", ce n'est pas une religion ou une mystique de la pureté, ce n'est pas un parti politique, ni un groupe d'élite, ni un club, ni un culte, ni une secte, ni une utopie, ... C'est un mode de vie accessible à la plupart d'entre-nous !"

Le mot « véganisme » est basé sur « vegan » qui signifie végétalien en anglais. Mais pourquoi utiliser un mot anglais si nous avons déjà une traduction française ? C'est parce que les deux termes ne concernent pas la même chose, ou disons que le végétalisme est une étape du véganisme. Etre végétalien commence comme les végétariens avec la non-­consommation de viande et de poisson, mais aussi tout produit alimentaire qui aurait été issu de l'exploitation des animaux, c'est à dire les produits laitiers, les œufs, mais aussi le miel par exemple. On sait aussi que la plupart des végétaliens sont très accès sur les produits locaux et biologiques, car leur démarche part souvent d'un rejet du système d'exploitation en masse des animaux.

Certaines personnes naissent véganes, d'autres décident de le devenir après une prise de conscience écologique, d'autres encore mettent des mois avant de stopper finalement toute consommation de produits issus des animaux. Ce qui relie toutes ces personnes, c'est donc leur alimentation végétalienne, mais aussi cette forte volonté de changer notre rapport à l'industrie alimentaire et notre utilisation des animaux jugée abusive. Et ce changement va passer aussi par d'autres rejets de la société de consommation tels que l'usage de la fourrure, des cobayes dans le monde de la pharmaceutique ou des cosmétiques, ou encore des courses de lévriers par exemple. Le combat contre la maltraitance animale est donc la deuxième idéologie du véganisme avec l'alimentation végétalienne.

 

Il est difficile d'imaginer comment gérer des repas à la française sans viande et sans produits laitiers tant notre culture à baignée dans cette logique alimentaire. C'est pourquoi de nombreuses, marques développent des produits végétaliens rappelant pour certains des saucisses ou encore du gruyère, pour permettre aux consommateurs de changer doucement de pratiques. Il existe même des restaurants et fast food végans qui proposent des kebabs et des burgers qui ont été cuisinés pour avoir un goût le plus proche possible de la réalité. Quel est l'intérêt de fabriquer des produits qui ressemblent à de mauvais produits dont on ne veut plus voir la production ? Et bien peut être de gérer les frustrations, mais aussi aider d'autres personnes à faire le pas vers le véganisme. Le nombre impressionnant de personnes connues et véganes prouve que ce mouvement grossit dans de nombreuses catégories sociales. On pense notamment à des acteurs comme Leonardo DiCaprio et Nathalie Portman, des sportifs comme le bodybuildeur Jim Morris, mais aussi par exemple le champion du monde de poker Daniel Negreanu. Comme quoi, certaines personnalité du monde du show business ont une conscience écologique plus affirmée que la moyenne.


Et si ce mouvement s'intensifie, c'est aussi parce qu'il est admis aujourd'hui que l'alimentation végane couvre tout les besoins énergétiques, tout en soulageant la conscience. Il est bon de savoir que l'on ne participe pas / plus à la surpêche et donc à la destruction massive des habitats marins, ou encore qu'aucun animal n'a subit des tortures physiques pour nos cosmétiques. Mais c'est aussi un combat du quotidien pour faire entendre les droits des animaux. Ils ne sont pas des produits de consommation mais des êtres sensibles qui ressentent la douleur. C'est cette force d'esprit qui caractérise finalement le mieux les végans, car sans volonté profonde ils ne peuvent pas toujours gérer cette alimentation contraignante au quotidien. Et oui, le véganisme est en quelque sorte un sport de tous les jours, mais il permet d'être en accord avec une idéologie positive et respectueuse de la planète, ce qui est une source de bien­ être assurée.

 

Marine Georges pour Créer son Bien être

 

La position de Créer son bien-être : 

 

J'observe autour de moi que les consciences s'éveillent et que les gens qui se positionnent contre la maltraitance et l'exploitation de l'animal doué de sensibilité, sont légions. 

Les méfaits de la viande et du lait sont de plus en plus pris en considération. Il fut un temps ou le gras fut diabolisé, j'espère que la viande et le lait subiront le même sort pour le bien de l'humanité. 

La surproduction de bovin pèse trop lourd sur l'écologie de la planète et le surconsommation de viande décime non seulement les population à travers l'épidémie de maladies cardiovasculaires dans les pays riches, et décime aussi l'environnement. Cette très mauvaise habitude alimentaire pourrait bien nous coûter la vie sur terre. 

 

viande.jpg

Voir : La consommation de viande menace la planète

 

Je suis par ailleurs très sensible à la condition des animaux comme je suis sensible à la condition de tout être vivant. 

Mais je déplore toute forme d'intolérance contaminatrice, et toute forme d’extrémisme ou tentative d'imposer une façon de vivre de façon autoritaire et inquisitrice.  Je connais des vegans tolérants, humbles, empathiques et ouverts. Qui ne condamnent pas ceux qui n'ont déjà fait que quelques pas dans la bonne direction et mangent en core un peu  de viande et évitent en conscience, si ce n'est tout, au moins une partie des produits incriminés pour des testes sur les animaux ou autre. Pas facile d'aller à contre courant du système. 

Voyez vous, je crains fort que les vegans offensifs qui agressent les personnes qui ne sont pas encore prêtes ne servent pas la cause. 

Je peux citer le cas de mon fils, qui, à l'opposé de sa mère est carnivore et ne peut se passer de viande. Je ne peux pas le rejeter ni lui faire la guerre, tout simplement parce que je l'aime, c'est mon fils. Peut-être qu'un jour il y viendra de lui-même. De la même façon, je souhaite que chacun soit tolérant et bienveillant face à la différence et donne le bon exemple, sans rien imposer. 

voir aussi :  dix-conseils-nutritionnels-essentiels 



30/07/2015
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5365 autres membres