creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

Les différents types d'ostéopathie

Osteo-Image article.jpg

 

L'ostéopathie est une méthode de soin qui vise à traiter les restriction de mobilisation du corps pouvant affecter l'ensemble des structures et l'équilibre de celle-ci dans une approche gloabale de l'être. 

 

« L'ostéopathie consiste, dans une compréhension globale du patient, à prévenir, diagnostiquer et traiter manuellement les dysfonctions de la mobilité des tissus du corps humain susceptibles d'en altérer l'état de santé. »

DEFINITIONS

– Médecine visant à traiter le patient dans sa globalité corps-psychisme-spiritualité

– Médecine reconnaissant l’organisation hiérarchique du corps humain organisé en unité de complexité croissante de la cellule à la personne

 

DEFINITIONS

• Dans le GLOSSARY of OSTEOPATHIC

TERMINOLOGY réédité en 1997:

« l’ostéopathie est une philosophie concernant les soins de santé et un véritable art ».Cette philosophie repose sur le concept de l’intégrité et l’harmonie qui existent ,chez tous les êtres vivants, entre la structure (anatomie) et la fonction (physiologie)

 

 

• Dr Andrew Taylor STILL : 1828 – 1917 chirurgien, fondateur de l’ostéopathie

♦ Le corps est une unité

♦ La Structure gouverne la Fonction et inversement

♦ Le corps est capable d’auto-guérison

♦ La règle de l’artère est suprême

 

• John Martin LITTLEJOHN : 1865-1947

 Divergences avec Still sur l’enseignement. La science médicale doit faire partie du cursus

 

• William G. SUTHERLAND : 1873-1954

 Recherches sur la mobilité des os du crâne

 1946 : création de l’association d’ostéopathie crânienne

 

• Pr Irvin M. KORR : 1909-2004 médecin physiologiste :

 Aspect neurologique de la lésion ostéopathique

 Mécanismes neurobiologiques

 

 

 DEUX COURANTS DE PENSEZ COEXISTENT AU SEIN DE l'OSTÉOPATHIE:

• Un courant scientifique médical développé aux E.U

• Un courant holistique répandu en EUROPE

 

Comme la majorité des gens, je n’avais pas compris qu’il y avait deux courants distincts d’ostéopathie, et pour cause, les ostéo ne l’affiche ni n’en parle !

C’est une erreur à mon sens, car il serait fort précieux d’en être avisé.  D’ailleurs, sans savoir, j’avais bien remarqué qu’il y avait deux type de démarche et j’avais attribué cela à la pratique d’un ostéo qui aurait une base kiné, et qui resterait plus chiropracteur, et qui, sans doute, du fait de sa base kiné, devait faire simplement un stage, comme les médecins.  Et je me disais que c’est ce qui devait faire la différence avec la pratique plus subtile, car énergétiques, des ostéo intégralement spécialisés dans leur discipline, avec une formation en la matière, plus longue et approfondit.

En fait, c’est des modes opératoires distincts. Bien entendu, certains ostéo pratique surtout l’un, ou surtout l’autre, ou exclusivement l’un ou l’autre, et parfois les deux, selon les cas à traiter.

Il faut savoir que certains praticiens ne pratiquent pas du tout de trusts, que cela ne corresponde pas à leur sensibilité, que ces techniques leur paraissent inefficaces ou qu'ils préfèrent passer par d'autre biais pour arriver aux mêmes résultats.

D'un autre côté, certains ostéopathes ne savent faire que des « trusts » (voir explication plus bas)  et le reste de la pratique ostéopathique leur est inconnue. Il est évident que ce type d'ostéopathes ne peut espérer obtenir des résultats durables que dans un nombre de cas extrêmement limité.

In fine, la majorité des praticiens qualifiés pratiquent des trusts avec modération, en fonction des besoins et sur une certaine population.

Quelques chiffres

Pour livrer quelques chiffres, on comptait, dans les années 1990, environ un accident pour un million de manipulations, l'accident étant dû à un praticien non ostéopathe. En parallèle on recensait un mort pour 250 000 prises d'anti-inflammatoires.

 

Techniques d'énergie musculaire en ostéopathie

 

Si les trusts ne peuvent pas être pratiqués sur tout le monde, comment les ostéopathes peuvent-ils soigner un torticolis chez une personne âgée, par exemple ?

La réponse est simple : les ostéopathes disposent d'autres outils.

Parmi les plus remarquables, on retrouve les techniques dites d'énergie musculaire (techniques de Mitchell).

Comme leur nom l'indique, elles vont utiliser l'énergie musculaire (voir explication plus bas) du patient lui-même pour amener une correction en douceur.

J’ai eu deux types d’expériences que je vais vous citer en exemple.

Lors de ma seconde grossesse, dès le début, j’ai ressenti une douleur diffuse dans le bassin. Je suis allée consulter sur le conseil de quelqu’un, je n’y connaissais pas grand-chose à l’époque et je suis tombée sur un excellent ostéo.  Je m’allonge, il me manipule tout en douceur, c’était si doux, si subtile et si nouveau pour moi à ce stade de ma vie, que j’avais des raisons de douter de l’efficacité de la manip. Il y a consacré du temps néanmoins et c’était plutôt agréable de se laisser faire.  Justement, je me suis facilement abandonner car je baignais dans la douceur…  et donc, j’étais en confiance. C’est un élément clef, car pour avoir un effet, il faut impérativement que la personne se détende…

Bref, lorsque je me suis assise juste après, j’ai clairement senti une assise différente, j’en ai presque perdu l’équilibre en arrière, en effet, mon équilibre s’en trouvait modifié et je me suis senti différente, soulager d’une façon assez particulière, il faut le vivre pour le réaliser, c’est difficile à décrire.

Par la suite,  j’ai fait une très mauvaise chute en roller. J’ai été fauchée et mes jambes ont volé en l’air et boum, je suis retombée sur le bitume, sur mon sacrum, aïe, aïe, aïe.  J’ai dégusté. Malheureusement on m’a dit d’attendre que la douleur s’estompe (donc l’inflammation) avant de consulter, hors pour bon nombre de chocs, si on remet en place tout de suite, ça évite que le déséquilibre se répercute sur tous les os alentour pour compenser. Bien évidemment, le corps, comme toute construction, doit respecter les lois de la physique et de l’architecture.  La solidité de toute charpente, que ce soit un édifice ou des blocs à jouer, réside dans l’alignement vertical le plus parfait possible le long de la ligne de gravité.

Si vous empilez des cubes les uns sur les autres, bien alignés, ils tiennent parfaitement en équilibre sans compensation de force. Si vous en décalé un, un autre ou des autres, devrons se décaler pour compenser.

Ainsi, replacer une vertèbre, isolément, ne rime à rien, si l'ensemble n'est pas réajusté, la structure va retrouver un équilibre bancal. C'est aussi simple que ça. 

Vous comprendrez à quel point l'alignement est primordial et combien il est utile de consulter un ostéopathe aussi vite que possible en cas de douleur.

Donc, cet autre ostéo que j’ai consulté, m’a fait craquer, il a procédé par manipulation. J’ai pu comparer ce que j’ai ressenti et les effets avec ma première expérience, rien à voir.

 Ce genre d’approche est stressant, on ne peut se détendre complétement quand on craint le « crac » qui est pour le moins désagréable, ou au pire franchement douloureux. C’est naturel, quand on craint d’avoir mal, on se crispe plus ou moins, mais on est rarement complétement détendu…  Tandis que si on sait que ça va être cool, on s’abandonne…  Et même quand  les ostéo répètent alors plusieurs fois, détendez-vous,  détendez-vous avant d’initier le mouvement, mais finalement je remarqu’ils ne prennent pas le temps d’obtenir cette détente ! Si t’es détendu tant mieux pour toi, sinon tant pis, allez hop, suivant… Donc vous repartez sans effet, sans même savoir que ça n’a pas fonctionné.

 

Certains feintent pour faire se détendre la personne. Ils disent qu'on ne va rien sentir, la personne cesse d'être sur ses gardes et PAF...  Seulement si il doit faire craquer plusieurs partie, forcément, on ne va pas se faire avoir deux fois.  Peut de praticien vont se donner la peine et prendre le temps de bien détendre la personne. Toujours est-il, mieux vaut savoir à qui l'on a à faire, quel type de pratique l'ostéo privilégie afin de choisir si l'on a une préférence. Pour ma part je choisi impérativement la méthode douce. 

 

 

L’ostéopathie structurelle s'intéresse aux éléments osseux, articulaires et musculaires du corps et est dite  fondamentale dans la pratique ostéopathique.

Elle est essentielle en terme de connaissance du corps humain en terme de pantin articulé, comment le remettre d’aplomb, d’équerre, , clac, boum, hu… mais après, il reste à choisir comment on tout ré-aligner en douceur, ou en force...  Maintenant je conçois, certains semble aimer ça de craquer ! Ils ont l’impression que si ça craque pas, c’est pas efficace… Chacun son truc.

Par ailleurs, il faut noter que en douceur, c’est plus subtile, ce n’est pas à la portée de tout le monde, car ce n’est pas vraiment une technique.  il faut sentir, tout le monde n’a pas cette sensibilité, ce ressenti du corps de l’autre, pas seulement au touché, mais cette connexion énergétique qui demande une implication sincère et dévouée de l’intention. Et oui, toucher l’autre sans intention avisée, avec un réel  désir impliqué de le soulager, ne donne pas de résultat.

Je l’ai clairement expérimenté dans ma pratique. Et il n’est pas du tout aisé d’avoir cette disponibilité émotionnelle et empathique avec tout le monde ni tout le temps, toute une journée par exemple,  avec plusieurs personnes à la suite !

 En Shiatsu, on pratique le fluidique, ça peut faire penser au reiki dans la mesure ou c’est l’énergie véhiculée dans les mains qui va agir. Et la connexion énergétique qui va s’établir entre les deux êtres en présence.  Si la personne se détend, elle n’est plus défendue, elle s’abandonne, donc elle s’ouvre…  Et l’échange de flux peut opérer, ce flux est véhiculé par l’intention ; Bien sure cela parait complétement ésotérique ou allumé  à pas mal de monde.  Et pourtant…

L'être humain est un être bioénergétique.

Bio, du grec "bios", signifie "la vie", et énergétique, du grec "energeia", signifie "force en action".

Bioénergétique veut dire "force de vie en action"… L'Être humain est composé d'Énergie… de Vie, donc d'Énergie Vitale !

 

Guérisseurs, sorciers, magnétiseurs Shaman… ont toujours utilisé l'énergie que la nature met à notre disposition pour aider ceux qui les consultent, à redynamiser leurs circuits énergétiques et leurs corps subtils, afin de recouvrer la santé du corps physique. Leurs connaissances provenaient et proviennent toujours de diverses sources : traditions, observations de la nature, savoir ancestral défiant le temps et accumulés de vies en vies, communication avec la Nature…  

Quand on parle du QI (chi) dans différentes technique asiatiques, il est question en fait du souffle vitale, de l'énergie vitale.  Le Qi et le souffle sont intimement liés. Ainsi, dans toute pratique, le souffle est essentiel, il doit circuler librement déjà et l’inspiration ou l’expiration doit même s’effectuer stratégiquement en corrélation avec les mouvements.

Ce qui importe donc,  c'est l'intention. Voici une façon d’essayer de vous aider à le réaliser. Nous donnons vie à ce à quoi nous portons de l'attention.    Le sens des mots, n’est pas anodin,  qu’entendez-vous dans donner de l’intention ?  Nous donnons LA TENSION, donc, de l'énergie. L'émotion est onde, l'émotion est donc énergie. Et l'amour par essence,  c'est donner de l'attention, le contraire de l'amour, n’est pas la haine, mais tout simplement l'inattention...

  

L'ostéopathie structurelle

 

C'est cette partie de l'ostéopathie qui est la plus connotée. On fait souvent référence aux manipulations cervicales, parfois redoutées, car prétendument risquées.

En réalité, l'ostéopathie structurelle est bien plus que cela. Toutefois, elle ne représente qu'un tiers de l'ostéopathie, les deux autres tiers étant constitués par l'ostéopathie viscérale et l'ostéopathie crânienne.

 

osteopathe-lyon.jpg

 

L'ostéopathie viscérale va agir sur les organes thoraciques et digestifs, notamment pour permettre de retrouver un bon fonctionnement général de l'organisme.

En effet, trois zones intéressent l'ostéopathe dans le domaine de l'ostéopathie viscérale :

-          le thorax (qui abrite le cœur et les poumons) et la gaine viscérale du cou ;

-          l'abdomen (dans lequel se trouvent les organes digestifs et les reins) ;

-          le petit bassin (dans lequel on retrouve la majeure partie du système uro-génital).

Ces trois régions doivent impérativement fonctionner correctement pour :

-          éviter tous les troubles digestifs et toutes les tensions qui peuvent se répercuter dans tout l'organisme (aussi bien vers la partie supérieure du corps que vers la partie inférieure) ;

-          limiter le stress (de très nombreux neurones logent dans le système intestinal).

 

L'ostéopathie est une thérapie unique de par son approche crânienne notamment, qui reste sa spécificité, et qui lui permet d'obtenir d'excellents résultats.

En effet, aucune autre thérapie n'accorde une telle importance au crâne et aux structures qui le composent. Mais plus encore que la boîte crânienne, ce sont les mouvements qui l'animent qui intéressent les ostéopathes.

 

Osteopathie1.jpg

 

L'ostéopathie crânienne tient compte d'un mécanisme baptisé MRP (pour mécanisme respiratoire primaire) et qui est essentiel au fonctionnement du corps humain.

L'ostéopathie crânienne est particulièrement intéressante dans la mesure où elle est d'une extrême douceur, d'une efficacité remarquable et d'une totale innocuité.

En effet, puisque l'ostéopathe travaille avec la santé et pas contre la maladie, il ne sert que de point d'appui au corps qui va se libérer lui-même des tensions qu'il s'est vu contraint de mettre en place pour s'adapter à des tensions (physiques ou émotionnelles). C'est un des points essentiels de l'ostéopathie crânienne.

Le MRP

Le mécanisme respiratoire primaire est un mouvement involontaire et rythmique. Un peu comme la respiration pulmonaire, il fluctue par cycles d'expansion-rétraction (inspir-expir) à raison d'environ 12 cycles par minutes.

Indispensable au bon fonctionnement de l'organisme, ce mécanisme se met en place bien avant la naissance, in utero, et donc bien avant la respiration pulmonaire elle-même.

Le MRP est invisible à l'œil nu et seules les mains entraînées de l'ostéopathe (ou presque) peuvent percevoir cette respiration très subtile. Perceptible dans l'ensemble du corps, le MRP est tout particulièrement travaillé au niveau du crâne, où il prend sa source.

Ce mécanisme fonctionne grâce à la combinaison de cinq éléments à la fois distincts et mêlés les uns aux autres.

Il s'agit de :

-          la motilité du SNC (système nerveux central) ;

-          la mobilité des os du crâne ;

-          l'action des membranes de tensions réciproques (MTR) ;

-          la fluctuation du LCR (liquide céphalo-rachidien) ;

-          la mobilité du sacrum entre les iliaques.

L'ostéopathie structurelle est indispensable dans la mesure où elle permet d'aborder les différents segments osseux, articulaires et musculaires du corps.

C'est en partie grâce à elle qu'un ostéopathe peut prendre en charge une tendinite, une pubalgie, un lumbago, un torticolis, etc.

Elle est pourtant indissociable des autres approches, viscérale et crânienne, avec lesquelles elle fonctionne en complémentarité.

Il est en effet difficilement concevable pour un ostéopathe de traiter une constipation sans aller tester (et éventuellement corriger) les vertèbres qui correspondent au côlon (vertèbres lombaires en l'occurrence), par exemple.

Inversement, traiter des vertèbres lombaires sans aller voir le bon fonctionnement du côlon et le bon équilibre du MRP au niveau du crâne n'est pas conceptuel.

 

« Les trusts » en ostéopathie structurelle :

L'ostéopathie structurelle ne se résume à la manipulation rapide (trust) de quelques articulations vertébrales. Il faut savoir que l'ostéopathe dispose de toute une série de techniques permettant de traiter le système ostéo-articulaire et il est évident qu'il n'utilisera pas des techniques de trust sur des personnes âgées ou des nourrissons, par exemple.

Définition

Les trusts sont des manipulations dites HVBA : haute vélocité basse amplitude.

Comme le résume parfaitement cette appellation, il s'agit de manipulations très vives (haute vélocité) et pratiquées sur une courte distance (basse amplitude).

 

Les trusts en pratique

Concrètement, l'ostéopathe va amener en douceur l'articulation qu'il souhaite manipuler au maximum de son amplitude, sans forcer. Lorsque l'articulation a atteint ce point, la barrière motrice, le thérapeute effectue un trust qui va « surprendre » le système nerveux.

Ce dernier est pris de vitesse et, par action réflexe, la mobilité retrouvée de l'articulation va libérer l'ensemble de la zone.

Cette manipulation, bien pratiquée est parfaitement indolore.

Des techniques inoffensives lorsqu'elles sont bien pratiquées

Beaucoup de gens redoutent ce type de techniques. Il faut pourtant savoir que la formation en ostéopathie comprend l'enseignement de ce type de techniques dès les premières années (en fonction des écoles d'ostéopathie).

Elles sont parfaitement encadrées et les praticiens peuvent être amenés à effectuer des tests avant une manipulation, notamment au niveau cervical (cou), pour s'assurer qu'aucun risque n'est pris.

De même, les praticiens ostéopathes ne vont pas pratiquer de trusts sur des nourrissons ou sur des personnes âgées ou ostéoporotiques (présentant une fragilité osseuse).

 

Les ostéopathes structurels

 

Principe des techniques d'énergie musculaire. 

 

Les muscles font le lien entre différents segments osseux et permettent la mobilité du corps par le biais des articulations. Aussi, il est possible d'utiliser cette fonction pour corriger les structures en perte de mobilité.

En utilisant une force le plus généralement très faible, il est possible de libérer des articulations sévèrement bloquées.

Les techniques d'énergie musculaire en pratique

Les techniques d'énergie musculaire sont faciles à mettre en œuvre pour les ostéopathes puisqu'ils connaissent parfaitement l'anatomie.

Il suffit de demander au patient une légère contraction contre résistance (le praticien effectue un contre-appui, généralement avec sa main) selon un axe précis qui dépend de l'articulation à corriger.

Certaines techniques se pratiquent assises, d'autres allongées (sur le côté, le ventre ou le dos).

Petite particularité au niveau de certaines articulations costales où c'est la respiration qui est employée.

 

 

Petit test à réaliser chez vous

 

Pour comprendre très simplement comment fonctionne une technique d'énergie musculaire, vous pouvez réaliser ce petit test, chez vous.

Prenez un partenaire et, debout, demandez  lui tourner la tête autant que possible à gauche puis à droite en étant placé derrière. Vous remarquerez sûrement que la tête va moins loin d'un côté.

Demandez alors à la personne de tourner la tête du côté limité (ou de n'importe quel côté si vous n'avez pas remarqué de limitation particulière) et, en lui demandant de relâcher la tête et de se laisser faire, en restant placé dans le dos, amenez la tête dans le même sens au maximum de son amplitude sans forcer.

Maintenez la tête dans cette position et demandez à la personne devant vous d'exercer une très légère force, comme si elle voulait ramener sa tête au centre.

De votre côté, exercez une petite résistance de façon à bloquer la rotation (toujours sans forcer).

Après 12 secondes de poussée environ, demandez à la personne de relâcher, attendez 2 ou 3 secondes et augmentez légèrement la rotation, toujours dans le même sens.

Répétez l'opération poussée-relâchement-gain d'amplitude trois fois de suite.

Ramenez ensuite la tête droite et refaites le test du début. Vous remarquerez que la tête n'est plus limitée, qu'elle a gagné en amplitude. Vous venez de réaliser une technique d'énergie musculaire au niveau cervical !

 

Il existe également d'autres techniques que les trusts et l'énergie musculaire pour corriger des lésions ostéopathiques.

En savoir plus : définition ostéopathie

Il s'agit des techniques faciales qui sont elles, beaucoup plus fines. Elles s'appuient sur les fasciæ, ou aponévroses, c'est-à-dire les enveloppes musculaires qui permettent notamment le glissement des muscles entre eux (les frictions sont évitées grâce à ces fines membranes).

Grâce à sa sensibilité manuelle, l'ostéopathe peut travailler, par le biais de ces enveloppes, sur toutes les articulations et sur tous les muscles qui s'y attachent. On parle dans ce cas d'ostéopathie fonctionnelle.

Les fasciæ étant entrecroisés depuis les pieds jusqu'à la tête, il est possible pour un ostéopathe entraîné de se placer sur n'importe quelle zone du corps pour travailler sur n'importe quelle autre.

Ne vous étonnez donc pas si un ostéopathe décide de traiter votre épaule en prenant votre main ou de corriger vos lombaires en se plaçant au niveau des pieds.

Certains ostéopathes n'utilisent que ces techniques pour corriger les problèmes ostéo-articulaires.

En savoir plus : ostéopathie tissulaire

 

 

Source :  osteopathie

 

Livre conseillé : "Les Mains du Miracle" de Joseph Kessel



06/11/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5397 autres membres