creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

Ce qu'il faut savoir sur les huiles

942_huiles-d-olive1.jpg

 

Le premier conseil est d'acheter les huiles en bouteille de verre ! A cause du Bisphénol A bien entendu. Bien que les industriels prétendent que le PET (produit plastifiant utilisé dans les bouteilles plastiques) soit inoffensif car ne migre pas dans l’aliment, il est préférable, et plus sûr, d’opter pour le verre car les polluants et toxiques sont lipophiles (se fixent dans le gras)    Voir :  Effets du BPA
contenance.jpg
Par ailleurs, la taille de la bouteille n'est pas sans importance ! On penserait que l'huile se conserve facilement, mais pourtant, il n'en est rien. Elle perdra de ses vertus au file du temps une fois la bouteille ouverte. Ainsi, choisir  la contenance en fonction des quantités consommées au sein de sa propre famille. Si vous faites un large usage de l’huile d’olive, vous pourrez acheter les plus grandes tailles, et vice versa. Si vous utilisez plusieurs huiles, utilisez de petites contenances. L'huile craint  l’air et la lumière. Les producteurs d’huile de qualité utilisent des cuves en acier remplies de gaz inerte comme l’azote pour stocker l’huile. La présence de ce gaz inhibe celle de l’air (et donc l’oxygène), évitant ainsi la réaction et le déclenchement des  processus d’oxydation. En prenant des petites bouteilles, vous limitez les dégâts, sauf si vous êtes une famille nombreuse et que vous videz la bouteille rapidement. Essayez donc de remplir un verre avec un peu d’huile, sentez le, puis laissez le à l’air libre pendant quelques jours (pas beaucoup, 3 ou 4). Sentez le à nouveau. Vous ne manquerez pas de sentir la différence... Une vielle huile se sent... C'est une odeur de rance désagréable.
 
Choisissez une bouteille de verre la plus foncée possible ! L’huile d’olive est un aliment assez délicat. La lumière et l’air l'altère,  ils vont accélérer les processus d’oxydation de l’huile qui, en plus de dégrader les caractéristiques sensorielles (huile rance), conduisent à la formation de composés moléculaires, tels que les radicaux libres, ce qui n'est pas sain ! Acheter des bouteilles en verre foncé et stocker l’huile dans l’obscurité. Ne laissez pas la bouteille à l'extérieur du placard !

Il est recommandé de choisir une huile plus riche en oméga-3 qu’en oméga-6. OU bien, une huile pauvre en oméga 6. 

Pour que les oméga-3 soient bien utilisés, l’équilibre dans l’organisme oméga-3 / oméga-6 doit être d’environ 1/3. Aujourd’hui, du fait de l’industrie alimentaire, il est de 1/15 à 1/30, voire 1/40.

Il faut donc préférer les huiles plus riches en oméga-3 ou les plus neutres comme l’huile d’olive (l’huile d’olive ne contient pas d’oméga-3, mais elle a l’avantage de ne pas apporter non plus d’oméga-6 !). L’huile de pépins de raisin contient beaucoup d’oméga-6 (près de 70 oméga-6 pour un oméga-3).  C’est également le cas des huiles de tournesol, de palme, de maïs et d’arachide.Les huiles de tournesol et d’arachide sont trop riches en oméga-6. 
Pour la santé, elles sont à éviter. La composition d’une huile dépend de son origine végétale. 
Par exemple, l’huile de palme qui est déjà très fortement utilisée par l’industrie agroalimentaire et très riche en oméga-6, est à limiter. Les huiles de tournesol et d’arachide sont trop riches en oméga-6. 

Il est recommandé de choisir une huile de première pression à froid.

Le raffinage est un processus de transformation chimique de l’huile, qui contribue à faire disparaître certains nutriments bon pour la santé. 
Ce n’est pas le cas des huiles vierges, extra-vierges ou de première pression à froid, qui n’ont subi qu’un simple broyage et pressurage à froid.

 

 

Teneur en Oméga

Gras saturé ou polyinsaturé

Vitamines

Cuisson et ou assaisonnement  

Particularités

Huile d’olive

 

la quantité d'oméga-3 contenue dans l'huile d'olive est négligeable

composée à 80% d’acides gras mono-insaturés

riche en antioxydants, en vitamine K et en vitamine E.

On privilégiera l’huile d’olive vierge pour cuire les aliments et l’huile d’olive extra-vierge pour les vinaigrettes.

diminution du risque de maladies cardio-vasculaires, de la tension artérielle, diminution des taux sanguins de triglycérides, de glucose, de « mauvais » cholestérol (LDL), propriétés anti-inflammatoires

Huile de Colza

contenu élevé en acides gras polyinsaturés (oméga-3 et oméga-6).

contient des acides gras mono-insaturés bénéfiques pour la santé cardiovasculaire.

contient environ 10 fois plus de vitamine E que l’huile d’olive, sous forme de gamma-tocophérol.

Préférez l’huile de canola raffinée pour les cuissons

La vitamine E aide à soulager les problèmes menstruels

Huile de lin

composée à 50% d'acides gras oméga-3, l’huile qui en contient le plus (l’organisme ne pouvant pas les synthétiser)

L'huile de lin contient peu de gras saturés (9 %)

 

Ne pas chauffer

Elle réduit les risques de troubles cardiovasculaires et pourrait avoir un effet préventif contre l’ostéoporose.

Huile d’arachide

Moins de 0.1 g d'acides gras essentiels oméga-3

riche en acides gras saturés

 

Le point de fumage (quand les composants se dégradent et forment des composés toxiques) de l’huile d’arachide est très élevé, elle est donc appropriée pour faire frire les aliments.

En excès, favorise le mauvais cholestérol et les problèmes cardiovasculaires

Huile de noix

Avec 12 g d’acide alpha-linoléique (AAL) pour 100 g d’huile, elle est l’une des plus importantes sources d’oméga-3

riche en acides gras insaturés

l'huile vierge de noix contient beaucoup plus de vitamine E qu'une huile raffinée.

Non adaptée à la cuisson.

 

Huile de coco

- de 1%

Riche en acides gras saturés, riche en triglycérides à chaînes moyennes, des acides gras très utiles dans le régime cétogène *.

Quantité négligeable de vitamine E

l'huile de coco extra vierge supporte les hautes températures

sa teneur en agents antibactériens aident à lutter contre les infections intestinales ». * recommandé contre l'épilepsie, les cancers et les maladies neurodégénératives comme Alzheimer

 
 
Ratios omega-6:omega-3 dans les huiles*
Huiles Ratio 
omega-6:
omega-3
% omega-6 % omega-3 % omega-9 % gras saturé
Huile de carthame 76:1 76 % -que 1 % 14 % 10 %
Huile de bourrache
Borago officinalis
(Anglais : borage)

 

 

73:1 73 %
22 % AGL (acide gamma-linolénique)
1 % 7 % 9 %
Huile de pépins de raisins 72:1 72 % 1 % 17 % 10 %
Huile de tournesol 71:1 71 % 1 % 16 % 12 %
Huile d'onagre
ou huile de primerose
Oenothera biennis 
Evening primrose oil
70:1 70 %
8 % AGL
(acide gamma-linolénique)
1 % 6 % 8 %
Huile de graines de pavot 62:1 62.4 % -que 1 % 20 % 13.5 %
Huile de maïs 57:1 57 % 1 % 29 % 13 %
Huile graines de coton 51:1 51.5 % -que 1 % 17.8 % 26 %
Huile de sésame 43:1 43 % 1 % 40 % 15 %
Huile d'argan 36:1 36 % -que 1 % 43 % -que 1 %
Huile d'arachide 33:1 33 % -que 1 % 48 % 19 %
Huile de noyaux d'abricots 29:1 29 % -que 1 % 60 % 6.3 %
Huile de son de riz 21:1 33.4 % 1.6 % 39 % 19.7 %
Huile d'amande 17:1 17.4 % -que 1 % 70 % 8.2 %
Huile d'avocat 13:1 12.5 % 0.96 % 70.5 % 11.5 %
Huile de palme 10:1 10 % -que 1 % 39 % 51 %
Huile de noisette 10:1 10.1 % -que 1 % 78 % 7.4 %
Huile d'olive 9:1 9 % 1 % 75 % 15 %
Huile de germes de blé 8:1 55 % 7 % 17 % 19 %
Lécithine de soya 8:1 40 % 5 % 11 % 15 %
Huile de soya 7:1 54 % 8 % 23 % 15 %
Huile de noix de Grenoble 5:1 54 % 11 % 24 % 11 %
Huile de chanvre 3.8:1 57 % 16 % 13 % 11 %
Beurre de cacao 2.8:1 2.8 % -que 1 % 33 % 59.7 %
Huile de moutarde 2.5:1 15 % 6 % 59 % 11.6 %
Huile de canola 
ou colza
2:1 21 % 11 % 61 % 7 %
Huile de noix de coco 1.8:1 1.8 % -que 1 % 5.8 % 86.5 %
Huile de palmier Babassu 1.6:1 1.6 % -que 1 % 11.4 % 81 %
Huile de palmiste 1.6:1 1.6 % -que 1 % 11.4 % 81.5 %
Huile de beurre 1.5:1 2.2 % 1.45 % 28.7 % 62 %
Huile de cameline vierge
Camelina sativa

 

 

environ 1:2.4 12 à 19 % 33 à 40 % 9 à 24 % 1 à 2 %
Huile de lin 1:4 14 % 58 % 19 % 9 %
Huile de Perilla ou Shiso raffinée
Perilla frutescens(Linnaeus) Britton
1:4.25 15.2 %
0.3 % AGL (acide gamma-linolénique)
64.3 % 12.6 % 7.1 %
Huile de foie de morue 1:23 0.94 % 21.6 % 46.7 % 22.6 %
Huile de saumon 1:25 1.54 % 38.8 % 29 % 19.9 %
*Valeurs approximatives

 L'huile d'olive 

l’huile d’olive est reconnue pour ses nombreux bienfaits santé. Elle ne représente pas votre source d'omega 3, certes, mais vous en trouverez ailleurs ! Car voici ses bienfaits : 

 

L’huile d’olive : anti-cholestérol et anti-âge, elle prévient les maladies cardiovasculaires. 
Grâce à ses acides gras mono-insaturés et ses antioxydants (flavonoïdes, polyphénols, vitamine E), l’huile d’olive a bien mérité sa réputation de protectrice du système cardio-vasculaire et d’alliée contre le mauvais cholestérol. Elle s’illustre aussi dans le domaine de la beauté où ce sont ses acides gras qui prodiguent tout ce qu’il faut d’hydratation à notre peau et même nos cheveux. Elle est surtout un bouclier anti-âge efficace. Elle protège en effet la peau des agressions extérieures et favorise le ralentissement du vieillissement cutané.

Elle permet un meilleur contrôle de la tension artérielle13, diminution des taux sanguins de triglycérides, de glucose, de cholestérol total et de cholestérol-LDL (« mauvais » cholestérol) ainsi qu’un effet anticoagulant.

 

L’huile d’olive : Anti-cancer
Certaines études indiquent un lien entre l’apport en huile d’olive (ou en acides gras monoinsaturés provenant, entre autres, de l’huile d’olive) et la prévention des cancers du sein et du côlon.

Par différents mécanismes dont des effets antiprolifératifs et apoptotiques (qui déclenchent la mort cellulaire des cellules cancéreuses) [5]. Citation du Professeur Joyeux, chirurgien cancérologue : « En effet l’huile d’olive a des effets anti-cancer spécifiques chez les femmes atteintes de cancer du sein qui veulent éviter les récidives, et très probablement, bien que ce ne soit pas encore démontré scientifiquement, chez les hommes atteints de cancer prostatique ou qui veulent l’éviter »

L’huile d’olive contient une quantité particulièrement élevée de gras monoinsaturés, qui représente 80 % de son contenu en lipides. Une alimentation riche en gras monoinsaturés est liée à une diminution du risque de maladies cardiovasculaires. Ces gras possèdent le potentiel d’abaisser les taux de cholestérol total et de cholestérol-LDL (« mauvais » cholestérol) dans le sang, lorsqu’ils remplacent les acides gras saturés dans l’alimentation. De plus, ils pourraient également augmenter les taux de cholestérol-HDL (« bon » cholestérol) lorsqu’ils remplacent une partie des glucides de l’alimentation. Aussi, les gras monoinsaturés protégeraient contre l’oxydation du cholestérol-LDL, permettant ainsi de prévenir l’athérosclérose.

Presque tous les acides gras monoinsaturés de l’huile d’olive sont constitués d’acide oléique. Même si les Nord-Américains consomment beaucoup moins d’huile d’olive que les habitants des pays méditerranéens, leur apport en acide oléique serait tout de même semblable à celui de ces populations27. Dans l’alimentation nord-américaine, cet acide gras provient principalement de la viande et de la volaille (tels le porc et le poulet), plutôt que de l’huile d’olive28.

Elle est riche en antioxydants sont des composés qui protègent les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres. Ces derniers sont des molécules très réactives qui seraient impliquées dans le développement des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement29. Toutes les huiles végétales contiennent naturellement des antioxydants, en plus ou moins grandes quantités. C’est ce qui les protège contre l’oxydation30. De façon générale, plus une huile est insaturée, plus elle est riche en antioxydants.

Composés phénoliques. L’huile d’olive (vierge ou extra-vierge) contient une quantité importante de composés phénoliques, dont les principaux sont l’hydroxytyrosol et l’oleuropéine. Il est bien démontré que les composés phénoliques de l’huile d’olive possèdent une activité antioxydante in vitro et qu’ils sont absorbés efficacement dans l’organisme. Par contre, leur véritable effet antioxydant chez l’humain reste encore controversé. Selon certains auteurs, la quantité de composés phénoliques dans l’alimentation serait trop faible pour protéger le cholestérol-LDL (« mauvais » cholestérol) contre l’oxydation. Par contre, d’autres études révèlent que la consommation d’huile d’olive riche en composés phénoliques pourrait diminuer le stress oxydatif dans l’organisme, une protection supplémentaire contre l’apparition de certaines maladies, incluant le cancer et les troubles cardiovasculaires.
Elle contient des squalènes : Comparativement aux végétaux et aux autres huiles végétales, l’huile d’olive contient des quantités élevées de squalènes, ces derniers faisant partie de la grande famille des lipides. Une fois absorbés, les squalènes sont convertis en cholestérol. Ils pourraient être en partie responsables de l’augmentation du cholestérol sanguin parfois observée à la suite de diètes riches en huile d’olive. L’effet à long terme des squalènes présents dans l’huile d’olive devra faire l’objet d’études chez l’humain.

 

L’huile d’olive : un anti gueule de bois
Pour parer les réveils difficiles après une nuit bien arrosée, on peut boire beaucoup d’eau et prendre une cuillère à soupe d’huile d’olive. Cela devrait ralentir le passage de l’alcool dans le sang et jusqu’au foie. Ce remède de grand-mère anti-gueule de bois n’a toutefois pas été prouvé scientifiquement.

 

L’huile d’olive :  Propriétés anti-inflammatoires donc anti-douleur naturel

L’huile d’olive contient de l’oléocanthal, une molécule au potentiel anti-inflammatoire similaire à l’ibuprofène.

Et si on zappait les médicaments anti-douleur pour passer à l’huile d’olive ? Non ce n’est pas un gag, l’huile d’olive aurait bien des vertus antalgiques. L’huile d’olive contiendrait de l’"oléocanthal ", un composant qui aurait la même action anti-inflammatoire que l’ibuprofène, médicament couramment utilisé pour soulager la douleur.

Bon, c’est vrai, l’huile d’olive ne saurait être aussi efficace que son voisin l’ibuprofène : 50 g d’huile d’olive seraient nécessaires à apaiser un dixième de la douleur traitée par l’ibuprofène. 

 

L’huile d’olive : un bon anti-toux
On connaissait les vertus apaisantes du miel pour la toux nocturne, du sirop de thym pour la toux sèche. Et bien l’huile d’olive a toute sa place dans la famille des recettes naturelles qui calment la toux. Si on est sujette aux crises de toux surtout la nuit, on pense à prendre une cuillère à soupe d’huile d’olive avant de se mettre au lit.

 

L’huile d’olive, aussi comme coupe-faim
L’huile d’olive aiderait à combattre les petits creux. L’acide oléique, une substance contenue dans cette huile, diminue les sensations de faim et les grignotages intempestifs. Quand on se sent à deux doigts de craquer pour une sucrerie, l’huile d’olive serait plus forte que le thé ou la tisane pour contrôler ses pulsions. Encore faut-il avoir une bouteille sous la main quand on est au bureau par exemple…

 
 
Lien "Que choisir"  Quelle huile d'olive ?
 

La cuvée "Terroir" du moulin a été médaillée d'or à Cannes devant près de 1000 autres huiles d'une quinzaine de pays. La meilleure huile d'olive du monde dans sa catégorie.

"Seule une quinzaine de médailles a été distribuée à ce concours organisé pour la deuxième fois par l'Union des œnologues de France", explique Philippe Bronzini, le moulinier qui préside depuis 2008 aux destinées de l'historique moulin, fondé il y a 650 ans par les chartreux. L'an dernier, le moulin y avait déjà raflé la médaille d'argent.
Fabriquée avec six variétés d'olives
Cette année, la cuvée “Terroir” fruité vert dont le moulin produit chaque année environ 30 000 litres, soit 80 % de sa production totale, a séduit un jury de cinq membres par son goût prononcé d'artichaut, son parfum d'amande et sa robe vert intense, "un équilibre subtil entre ardence et douceur". C'est une huile fabriquée avec six variétés d'olives (picholine, verdale, glandeau, bouteillan, caillon, grossane) fournies par 2 000 apporteurs dans un rayon de trente kilomètres autour de Villeneuve et par les 3 500 oliviers de Philippe Bronzini qui poussent à Venasque et Boulbon.
Une deuxième médaille en argent
Tellement séduit que le deuxième échantillon de la cuvée “Terroir” a, lui, obtenu la médaille d'argent. "Cette médaille récompense la sélection des olives, les méthodes de fabrication et l'alchimie de nos assemblages", se réjouit le moulinier dont l'horizon reste terni par un gros nuage.
Une menace de fermeture
Si le moulin n'obtient pas des Bâtiments de France l'autorisation de s'agrandir pour se mettre aux normes sanitaires très contraignantes, "on sera obligé de fermer". La fin d'une histoire de sept siècles ?

 
HUILES.jpg
 
bienfaits-huiles.png
 

PRÉFÉREZ LES BOUTEILLES EN VERRE ! 

 
 
test huile.jpg
Test huile1.jpg

L'huile de colza

 

- L'huile de colza est depuis longtemps mise en avant pour son apport en oméga-3, en se basant depuis les années 1980 sur la peur des graisses saturées, dont nous avons tout pourtant besoin. Le canola est une variété de colza, une plante de la famille des crucifères. Le canola est largement cultivé au Canada, particulièrement pour l’huile qui en est extraite. Comparativement à l’huile d’olive, l’huile de canola a un goût plus neutre et son prix est plus abordable.

 

- Elle a effectivement un bon ratio oméga-6 / oméga-3 mais en valeur absolue, elle contient 20% d'oméga-6, 9% d'oméga-3 et 60% d'oméga-9 (ceux de l'huile d'olive). Donc pour les ω-3, la quantité reste faible et pour les ω-6, en valeur absolue (ce qu'il faut regarder au-delà du simple ratio), 2 c à s apportent déjà 50% des apports, il faut limiter l'apport en ω-6 (source d'inflammation)  avec un peu d'amandes et de céréales, on y arrive vite.

- Ses oméga-3 sont des ALA donc sans commune mesure avec les EPA et DHA des poissons et crustacés.
- Le colza est une plante hybride, issue du croisement entre le chou et la navette, et dont on fait de l'huile que depuis 3 siècles et qui a subi une forte sélection depuis 60 ans pour augmenter les rendements. Elle ne fait donc partie d'aucune alimentation traditionnelle et on s'en est très bien passé pendant des milliers d'années.

- En agriculture conventionnelle, c'est une culture assez intensive, dont certains pesticides sont d'ailleurs liés à la disparition des abeilles. Et bien sûr, comme pour toutes les huiles, les pesticides se stockent surtout dans les corps gras.

- Comme pour les céréales, c'est une culture qui favorise donc les grandes exploitations. Ce n'est pas pour rien que le président de la FNSEA (le syndicat agricole en France) est aussi président d'un des leaders de l'industrie du colza et du tournesol, propriétaire de marques comme Lessieur. Grandes exploitations qui reçoivent l'essentiel des subventions de la PAC, laissant les agriculteurs bio prenant soin de notre santé avec des miettes.

- Le colza sous forme de tourteau peut aussi servir dans l'alimentation du bétail pour remplacer les tourteaux de soja (au lieu de leur faire manger de l'herbe)

Pour toutes ces raisons, l'huile de colza n'est pas forcément interdite si elle est bio et produite par un petit producteur, mais elle n'est en rien nécessaire et reste très secondaire après l'huile d'olive qui est  la base, complétée par des huiles comme coco pour la cuisson, et macadamia ou avocat pour varier les goûts.

 

 

 Huile de pépin de courge
 

Anti oxydante et anti-radicaux libre, l'huile de pépin de courge est toute indiquées aussi pour les hommes qui ont des problèmes de prostate, tout comme les femmes sujettes aux infections urinaires.

La courge fût l'un des premiers légumes rapportés des Amériques. Ses graines ont longtemps été utilisées par la médecine populaire pour leurs propriétés vermifuges. On a découvert récemment les propriétés décongestionnantes de l'huile extraite des graines, précieuses en cas d'adénome de la prostate.

Pour le confort urinaire et les troubles de la prostate

Grâce à la technique ultra moderne d'extraction par fluide supercritique, on peut maintenant obtenir une huile de qualité exceptionnelle. Cette méthode d'extraction est écologique, sans danger et présente toutes les garanties de sécurité pour le consommateur. Cette huile fournit en grande quantité (50%) l'une des deux « bonnes » graisses que nous ne savons pas fabriquer : l'acide linoléique. Elle contient également de la curcubitine (vermifuge), des oligo-éléments (zinc…), des vitamines (B, C, E…) et des phytostérols. Ces dernières molécules inhibent l'inflammation ou la croissance du tissu prostatique (hypertrophie bénigne de la prostate), à l'origine des troubles de la miction. D'excellents résultats ont été obtenus chez des patients atteints de troubles prostatiques (hommes) ou d'infections urinaires (femmes) et traités par de l'huile de pépin de courge.

 

Huile de germe de blé

 

Propriétés :


Usage Externe.


- Nourrissante, adoucissante, assouplissante et revitalisante.
- Pour la beauté de la peau (antiride) et des ongles (mous, cassants).
- Antivergetures.
- Prévention et soin des dartres, crevasses.
- Masque pour les cheveux très très secs et anti-chute capilaire.
- Contre les lèvres gercées

Usage interne.


- Très riche en vitamine E, fortifiant général.
- Elle tonifie le système musculaire et le coeur.
- Elle aide à la diminution du cholestérol.

 

 

voir aussi :  huile-de-coco

 

Quant à l'huile de pépin de raisin, c'est une invention marketing qui sert l'industrie tout comme le sirop d'agave par exemple, Le recyclage d' un vulgaire sous-produit du traitement industriel des déchets viticoles (issus des vignes).

Pendant des millénaires, les viticulteurs ont produit des tonnes de pépins de raisin, dont ils ne savaient pas quoi faire, et qui n’avaient aucune valeur.

Grâce au progrès technologique, ils sont aujourd’hui capables d’en extraire de l’huile, ce qui était impossible il y a encore cent ans.

Pour en savoir plus :
Arnaque de l'huile de pépin de raisin

 

Autre lien : article complémentaire sur les huiles

 

huile de palme.jpg

 

 

Recevoir l'article en PDF par mail 

PDF Huiles
Prix : 3.00 €

 

 

 



23/05/2014
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6888 autres membres