creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

Ou trouver la Vitamine B12 quand on ne mange plus de viande


 

Les végétaliens, qui ne consomment aucun produit animal, sont à risque de carence envitamine B12. Il N'y a PAS de source végétale en vitamine B12.

La supplémentation en vitamine B12 est INDISPENSABLE pour un végétalien ou un vegan. Ne vous affolez pas, la carence n'est pas rapide car nous avons une réserve, elle peut survenir après 4 années sans produits d'origine animale. Tout ce dont le corps a besoin peut se trouver dans les végétaux, SAUF la vitamine B12. Ceux qui n'y ont pas cru ont été rappelés à l'ordre au bout de plusieurs années. Les signes de la carence en vitamine B12 sont : picotements des extrémités, diminution de sensibilité tactile et douloureuse, une vision trouble, des troubles de la mémoire, survenue d'une dépression, d'une grande irritabilité, voire d'hallucinations. Aussi, il est totalement déraisonnable de ne pas se supplémenter. 

Il existe une controverse à ce sujet, parce que l'organisme humain compte des réserves importantes de B12 et que les bactéries intestinales sont en mesure d'en synthétiser de petites quantités. Cependant, la plupart des sources s'entendent pour dire qu'une alimentation complètement dépourvue de B12 finira, au bout de quelques années, par épuiser ces réserves. Les femmes végétaliennes enceintes ou qui allaitent devraient s'assurer de consommer suffisamment de vitamine B12 dans leur alimentation (levure Red Star et boissons de soya enrichies, par exemple) afin que leur enfant n'épuise pas leurs faibles réserves. 

 

Les manifestations cliniques de la carence en vitamine B12 (cobalamine) sont multiples et très polymorphes.

Les troubles hématologiques, neurologiques et digestifs sont généralement au premier plan.

L’anémie de Biermer ou anémie pernicieuse est la forme classique de la carence en vitamine B 12. Elle est due à l’absence de synthèse de facteur intrinsèque. L’analyse du sang montre des globules rouges anormalement gros. Les premiers signes évocateurs sont la fatigue et les palpitations, puis la peau devient pâle. La malabsorption intestinale (mucoviscidose, maladie de Crohn, résection partielle de l’intestin grêle, atteinte du pancréas) et le régime végétalien strict (sans aucun aliment d’origine animale) sont parfois responsables de carences, et les apports des sujets atteints doivent être surveillés. La complémentation n’est pas systématique. Les signes de carences sont aspécifiques : fatigue, anorexie, amaigrissement, troubles de la mémoire, troubles de la marche, atteinte de la peau et des muqueuses (inflammation de la langue ou glossite, chute de cheveux et blanchissement précoce), diminution du nombre de globules blancs et de plaquettes). A noter qu’il existe une interaction avec certains médicaments qui diminuent l’absorption de la vitamine B12 : ce sont les biguanides (une classe de médicaments antidiabétiques oraux), les anti-goutteux et les anti-ulcéreux.

Aucune forme de surdosage n’ayant été décrite, aucune limite de sécurité n’a été déterminée.

Récemment, plusieurs manifestations que nous qualifierons de « non conventionnelles » ont également été rapportées à type de : ulcères cutanéomuqueux, thromboses veineuses, avortements à répétition, etc. À la lumière des travaux les plus récents, ces manifestations doivent faire rechercher une carence en vitamine B12, notamment dans certaines populations : nouveau-nés, sujets âgés, femmes enceintes. La supplémentation en cobalamine entraîne souvent la disparition quasi complète des symptômes. Toutefois, certaines anomalies ne disparaissent que partiellement, notamment certains troubles neurologiques avancés secondaires à des déficits anciens, d’où la nécessité d’un diagnostic précoce et d’une supplémentation dans les plus brefs délais.

 

Les compléments alimentaire sont fiables car on ne peut synthétiser la B12, elle  est naturellement produite par une bactérie dans les intestins, elle ne peut être produite qu'à  partir de culture. 

 

La Vegan Society recommande 2000µg par semaine en une fois, ou 10µg par jour. Le Vidal recommande 1000 µg tous les 10 jours. D'après mes calculs, 1000 µg tous les 10 jours correspond exactement aux besoins théoriques, qui sont probablement légèrement différents d'un individu à l'autre. Par prudence, la Vegan Society préfère en donner deux fois plus, d'autant plus qu'un excès de vitamine B12 n'est pas toxique (contrairement à d'autres vitamines). 

Comment se supplémenter : 

- 1ere solution, la moins contraignante. Utiliser de la Vitamine B12 Delagrange 1000µg/2 ml, solution buvable et injectable : 1 boîte contient 6 ampoules de 2 ml. Une boîte coûte 1,80 euros et peut s'acheter sans ordonnance.

Vous avez aussi les ampoules Gerba 1000ug, sans lactose également.

Ces ampoules sont parfaitement végétaliennes car en plus de la vitamine B12, elles contiennent comme excipients : acide chlorhydrique concentré, chlorure de sodium, eau et c'est tout. Avec une ordonnance, ces ampoules de vitamine B12 sont remboursées par la Sécurité sociale au taux de 65%, le complément étant pris en charge par la mutuelle si vous en avez une. La dose recommandée par le Vidal est d'une ampoule tous les 10 jours. Pour être tranquille, vous pouvez prévoir large et prendre deux ampoules par semaine, comme le recommande la Vegan Society. 

- Une 2e solution est de prendre 10 µg par jour. Les comprimés que lon trouve en pharmacie ne sont pas végétaliens, car ils contiennent de la lactose. La solution est d'acheter des comprimés contenant de la vitamine B12 dans des boutiques ... Ces comprimés n'ont pas le statut de médicaments ; ils ne sont donc pas remboursés par la Sécurité sociale et vous ne les trouverez pas en pharmacie. 

- 3e solution : les aliments supplémentés en vitamine B12 comme certaines céréales pour déjeuner, ou certains laits de Soja . C'est la même vitamine B12 végétalienne que l'on trouve dans les ampoules dans les pharmacies, sauf qu'elle est incluse d'office dans l'alimentation. Il est ainsi possible d'obtenir la ration quotidienne de vitamine B12 en consommant des aliments supplémentés en vitamine B12. Il faut prendre 3 fois dans la journée 1 µg de vitamine B12 via ces aliments supplémentés. Mais il faut faire attention à ce que cette technique n'amène pas à consommer un nombre excessif de calories sous prétexte d'arriver au 3µg de vitamine B12 par jour. C'est pour ça que prendre une supplémentation en vitamine B12 à part (ce que je fais pour moi-même), est quand même plus pratique. ( vegetarism )

 

Seulement, pour le soja, tous les soja sont maintenant OGM... 

Je vous conseille d'écouter la vidéo au dessus. 

Par ailleurs : Le lait de soja est tellement dangereux pour les nourrissons qu'aux États-Unis certains gros producteurs ont écrit des messages d'alerte sur les emballages de leurs produits. "Quiconque en Amérique s'intéresse à une alimentation saine et sans danger ne peut qu'être d'accord avec cet ouvrage. Ce livre est un gant jeté aux pieds de l'industrie du soja dont la réputation semble souvent basée autant sur l'auto-promotion que sur la science. Bien écrit, faisant autorité et accessible au profane, c'est de l'écriture scientifique dans ce qu'elle a de meilleur". Larry Dossey, M.D. Auteur de "Healing Beyond the Body", "Reinventing Medicine" and "Healing Words". "Ce livre est une mise en question accablante et incontestable de l'innocuité des aliments à base de soja et un must pour les consommateurs qui croient à tort que le soja est bénéfique pour la santé. Bien argumenté et largement étayé par la littérature médicale et scientifique, il démasque la propagande fallacieuse utilisée par l'industrie du soja pour promouvoir les bénéfices santé supposés de cet aliment de qualité inférieure". Kilmer McCully, M.D. Auteur de "The Homocystéine Revolution" and "The Heart Revolution".


soja.jpg

 


On peut aussi jumeler les deux : aliments supplémentés en B12 + complément en vitamine B12 en dose plus faible du coup. 

 

Description de la vitamine B12

Vitamine du complexe B, la vitamine B12, ou cobalamine, se présente sous la forme d'un composé cristallin rouge lui valant le surnom de « vitamine rouge ». Le nom cobalamine fait référence à sa teneur en cobalt, unique parmi les vitamines.

La cobalamine est essentielle à la croissance, à la division cellulaire, au fonctionnement adéquat de toutes les cellules du corps et à l'équilibre du système nerveux. Elle intervient plus précisément dans la synthèse de l'ADN et de l'ARN, des protéines, de la myéline (substance qui forme une gaine autour de certaines fibres nerveuses), dans la formation des globules rouges, ainsi que dans le métabolisme des glucides et des lipides.

L'absorption de la vitamine B12 nécessite la présence d'acide chlorhydrique ainsi que l’association à une substance sécrétée par la muqueuse de l'estomac (le facteur intrinsèque). Elle peut ensuite être stockée par l'organisme dans le foie, le pancréas, le coeur et le cerveau. Comme ces réserves de B12 sont importantes, l'apparition des symptômes causés par une carence peut prendre des années. Contrairement aux autres vitamines du groupe B, qui sont excrétées par l'urine, la B12 est éliminée par la bile.

La cyanocobalamine est une forme synthétique de B12 utilisée dans la plupart des suppléments.

Sources alimentaires

Dans les aliments, la vitamine B12 se trouve principalement dans les produits d'origine animale, notamment les abats et les crustacés. Certains produits d'origine végétale en contiennent, comme le miso ou la spiruline, mais il n’est pas certain que leur forme puisse être absorbée par l'organisme. Les céréales à déjeuner, la levure alimentaire Red Star et certaines boissons de soya sont enrichies en vitamine B12.

Aliments

Portions

Vitamine B12 (µg*)

Palourdes en conserve

100 g (3 ½ oz) (13 moyennes)

99 µg

Foie de boeuf cuit

100 g (3 ½ oz)

71 µg à 83 µg

Rognons et foies d’agneau, de dinde et de veau, braisés

100 g (3 ½ oz)

37 µg à 77 µg

Cocktail de tomate et palourde

125 ml (1/2 tasse)

39 µg

Poulpe, bouilli

100 g (3 ½ oz)

36 µg

Huîtres du Pacifique, crues ou cuites à la vapeur

100 g (3 ½ oz) (2 à 4 moyennes)

16 µg à 28 µg

Cervelle de veau, sautée ou braisée

100 g (3 ½ oz)

10 µg à 21 µg

Crabe, cuit à la vapeur

100 g (3 ½ oz)

7 µg à 12 µg

Thon, grillé

100 g (3 ½ oz)

11 µg

Abats de poulet, mijotés

100 g (3 ½ oz)

9 µg

Sardines, en conserve avec arêtes

100 g (3 ½ oz) (8 moyennes)

9 µg

Saumon, en conserve, cuit au four, grillé ou fumé

100 g (3 ½ oz)

4 µg à 6 µg

Truite arc-en-ciel, cuite au four ou grillée

100 g (3 ½ oz)

5 µg

Hareng, mariné

100 g (3 ½ oz)

5 µg

Boeuf et veau, toutes parties, cuites

100 g (3 ½ oz)

2 µg à 4 µg

Thon, en conserve

100 g (3 ½ oz)

2 µg à 4 µg

Oeuf, jaune seulement, cru

30 g à 60 g (2 à 4 jaunes)

3 µg

Espadon, cuit au four

100 g (3 ½ oz)

2 µg

Crevettes, cuites à la vapeur

100 g (3 ½ oz)

2 µg

Agneau, toutes parties, braisées

100 g (3 ½ oz)

2 µg

Source : Santé Canada, Fichier canadien sur les éléments nutritifs, versions 2001b et 2005 et ministère de l'Agriculture des États-Unis(USDA), National Nutrient Database for Standard Reference.
*µg = microgramme = 1 millionième de gramme

 

 

Carence en vitamine B12

Les réserves en vitamine B12 dans l'organisme sont importantes. Les symptômes attribuables à une carence peuvent donc prendre des mois voire des années à apparaître et sont difficile à diagnostiquer. Une déficience en vitamine B12 provoque de la fatigue, de la faiblesse, de l'essoufflement, des nausées, de la constipation, des flatulences, une perte d'appétit et une perte de poids. Elle peut aussi causer des symptômes neurologiques : fourmillements et engourdissement dans les membres, difficulté à marcher, troubles de l'humeur, pertes de mémoire et démence.

La carence en B12 est souvent associée à un problème d'absorption. La B12 présente dans les aliments est liée à des protéines dont elle se sépare sous l'action de l'acidité de l'estomac et d'enzymes. Une fois détachée de la protéine, elle doit se lier au facteur intrinsèque, une substance secrétée par la muqueuse de l'estomac, pour passer dans le sang. L'absorption en vitamine B12 est diminuée si l’une des deux étapes est ralentie ou empêchée. Les personnes atteintes d'anémie pernicieuse (ou anémie de Biermer) ne sécrètent pas le facteur intrinsèque indispensable à l'absorption de la vitamine B12.

On estime que de 10 % à 30 % des personnes âgées peuvent difficilement absorber la vitamine B12à cause d'une faible acidité gastrique. Les autorités américaines recommandent que les personnes de plus de 50 ans puisent leur vitamine B12 dans les suppléments ou les aliments fortifiés en B12, car sous cette forme, elle est facilement absorbée, même en cas de faible acidité gastrique.

 

Historique de la vitamine B12

En 1925, un chercheur américain a démontré que la consommation de foie guérissait l'anémie chez les chiens. Cependant, ce n'est qu'en 1948 que des scientifiques anglais et américains, travaillant séparément, isolèrent un pigment rouge à partir du foie et le nommèrent vitamine B12. Plus tard cette année-là, des chercheurs américains démontrèrent que des injections de cette substance guérissaient l'anémie pernicieuse, ainsi nommée par des médecins ne sachant comment traiter cette étrange forme d'anémie, contre laquelle l'administration de suppléments de fer était inefficace.

Recherches sur la vitamine B12

 Déficience en vitamine B12. La déficience en vitamine B12 est une cause d’anémie mégaloblastique, événement au cours duquel les globules rouges sont anormalement gros. Il y a plusieurs causes associées à cette forme d’anémie, incluant une déficience en acide folique ou autres désordres métaboliques. Cette forme d’anémie est traitée efficacement avec une prise de vitamine B121-2.

La déficience en vitamine B12 peut conduire à des troubles neurologiques et comportementaux divers tels que l’ataxie, une faiblesse musculaire, une incontinence, une hypotension, des troubles de la vision, des troubles psychotiques et de l’humeur. Les personnes à risque de développer une déficience en vitamine B12 sont notamment les végétariens, les personnes âgées et les bébés nourris au sein. Plusieurs études ont démontré l’efficacité d’une administration de vitamine B12, (jusqu’à 2,000 mcg) par voies orale ou intramusculaire, dans la prévention ou le traitement de la déficience en vitamine B123-4.

 Maladies cardiovasculaires. Les niveaux sanguins élevés d’homocystéine augmentent le risque de maladies cardiovasculaires, de formations de caillots sanguins et d’athérosclérose5. Les auteurs d'une méta-analyse ont conclu qu'une supplémentation quotidienne en vitamines B peut réduire les taux élevés d'homocystéine dans le sang6, alors qu’ une autre étude rapporte une diminution des dépôts de lipides sur les artères chez des individus traités avec une combinaison de vitamines B7. Les doses utilisées dans ces études variaient de 0,02 à 1mg of vitamine B12, en combinaison avec 1,5 mg d’acide folique et 5-50mg de vitamine B6. Cependant, il reste à déterminer que cette baisse des niveaux d’homocystéine diminue la mortalité liée aux maladies cardiovasculaires. En effet, il n’est pas clair que la baisse de ces niveaux soit liée de manière causale à l’apparition de ces maladies.

Maladie d’Alzheimer. Plusieurs études rapportent une déficience en vitamine B12 chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer. Cependant, l’efficacité d’un apport en vitamine B12 sur les troubles cognitifs et comportementaux reste à démontrer8.

 Angioplastie. Les résultats concernant l’efficacité d’une combinaison d’acide folique et de vitamines B6 et B12 sont contradictoires. Une étude a rapporté que cette combinaison de vitamine B réduit le risque d'événement cardiaque indésirable suite à une angioplastie9. Une autre équipe de chercheurs a cependant montré que cette combinaison augmente le risque de resténose (nouvelle obstruction des artères coronaires)10.

 Cancer du sein. Des chercheurs de l’Université Johns Hopkins (Etats-Unis) ont rapporté que les femmes souffrant d’un cancer du sein ont des niveaux sanguins de vitamines B12 plus faibles que celles n’ayant pas développé de cancer11. Cependant, une autre étude n’a observé aucune association entre les niveaux de vitamine B12 et le risque de cancer du sein12. D’autre part, aucun effet réducteur d’une combinaison d’acide folique et de vitamines B6 et B12 n’a été observé sur le risque de cancer du sein13. Ce résultat reste à être confirmé.

 

Source :  passeportsante.net

 

vitamines.jpg

Voir  absorption-des-mineraux

 

 

 

les-proteines-vegetales/legumineuses

 

Quelques  signes que vous pourriez souffrir d’une carence

  1. Des craquelures aux commissures de votre bouche : possible carence en fer, en zinc, en vitamines B, en riboflavine et en vitamine B12. Pensez à manger des brocolis, des poivrons rouges, du chou frisé, du chou-fleur, des blettes et de la tahina.
  2. Des desquamations rouges sur le visage et une perte de cheveux : une possible carence en biotine et en vitamines solubles dans les graisses (A, D, E et K). Mangez des avocats, des champignons, du chou-fleur, des noix, des framboises et des bananes.
  3. Des boutons rouges ou blancs semblables à de l’acné sur les joues, les bras, les cuisses et les fesses : une possible carence en acides gras essentiels et en vitamines A et D. Mangez des légumes verts, des carottes, des patates douces et des poivrons rouges.
  4. Des picotements, des fourmillements et des engourdissements des mains, des pieds ou de toute autre partie du corps : possible carence en vitamines B, comme l’acide folique, la B6 ou la B12. Consommez des épinards, des asperges et des betteraves.
  5. De violentes crampes dans les orteils, les mollets, la voûte plantaire ou le dos des jambes : possible carences en magnésium, calcium et potassium.  Mangez des amandes, des noisettes, du chou frisé, du potiron, des brocolis, des pissenlits, du Bok choy et des pommes. source :  santeplusmag.com


18/09/2014
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5397 autres membres