creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

Qu’est-ce que la mindfulness ?

mainfulness.jpgRalentir, changer son regard, vivre autrement

 

 

Qu’est-ce que la mindfulness (pleine conscience)?

 

 

La Mindfulness est une manière particulière d'orienter son attention dans le moment présent qui favorise, au contraire, la pleine conscience de soi.

 

Une expérience simple et très proche peut être assez difficile à définir en quelques mots (essayez d’expliquer comment on s’y prend pour tenir en équilibre à vélo… !)

 

Le Dr Jon Kabat-Zinn, qui a consacré sa vie à étudier et promouvoir la Mindfulness définit celle-ci comme une présence intentionnelle ouverte.

 

Retenons cette idée de présence : il est facile de vérifier qu’au fil d’une journée nous ne sommes pas toujours pleinement présents à ce qui nous arrive.

Comme lorsque nous parcourons plusieurs pages d’un livre sans les avoir vraiment lues – où lorsque arrivant au terme d’un trajet, nous réalisons que nous n’avons aucun souvenir du chemin que nous avons suivi, ni des évènements qui ont pu survenir en cours de route.

 

Pendant tout ce temps, nous n’étions pas pleinement conscients de tout ce qui se produisait autour de nous (l’expression pleine conscience est souvent utilisée pour traduire mindfulness)

Alors que nous étions ainsi en « pilote automatique », où était notre esprit ? A quoi était-il occupé ? Et si nous n’en savons rien, est-ce un problème ?

Le pilote automatique peut être très problématique parce qu’il ouvre un espace aux pensées négatives et aux ruminations, ou encore à des sentiments plus forts de tristesse, d’anxiété ou de dépression, qui peuvent ainsi s’installer, en continu, sans se faire remarquer.

 

La mindfulness est une manière particulière d’orienter son attention dans le moment présent qui favorise, au contraire, la pleine conscience de soi.

 

Cette aptitude est naturelle, mais elle peut s’atrophier, ou se développer par un entrainement – la méditation d’attention – qui nous rend progressivement plus habile pour réguler nos tensions et nos émotions au lieu d’être submergés par elles. Nous améliorons ainsi grandement la qualité de notre relation à nous-même et aux autres et sommes mieux à même de faire les choix qui nous conviennent.

La mindfulness (pleine conscience) a démontré son efficacité contre le stress, l’anxiété, la rechute de la dépression et les addictions, ainsi que pour des problèmes tels que l’hypertension, les affections cardiaques et la douleur chronique.

 

Qu’est-ce que la MBSR ?
De quelle méditation parlons-nous ?


La Mindfulness est une manière particulière d'orienter son attention dans le moment présent qui favorise, au contraire, la pleine conscience de soi.

Pour nous occidentaux, le mot méditer est à la fois étrange et familier. En fait il renvoie, suivant les traditions, à une telle variété de réalités que si quelqu’un dit « je médite », il est très difficile de savoir ce qu’il fait sans l’interroger un peu plus.

Dans l’usage courant, méditer signifie être concentré et s’absorber complètement dans une réflexion à propos de quelque chose. Les « méditations métaphysiques » de Descartes ou l’image du penseur de Rodin illustrent ce sens : méditer c’est s’arrêter pour se consacrer tout entier à penser.

Dans la pratique de la méditation d’attention, nous commençons aussi par nous arrêter. Mais, à la différence du penseur de Rodin, nous ne nous arrêtons pas pour réfléchir. Nous nous arrêtons pour rien, sans autre propos que de nous tenir ainsi : assis, immobiles et silencieux.

Vous avez dit bizarre ? Méditer est effectivement un acte assez radical, qui tranche avec notre mode de vie pressé, où nous allons toujours de l’avant, toujours plus vite et n’en avons jamais fini avec la liste des choses à faire.

Pratiquer la Mindfulness c’est donc d’abord prendre une liberté : la liberté de ne rien faire - même pas réfléchir – et de n’aller nulle part. La liberté d’être enfin arrivé. C’est aussi se donner le temps d’avoir souci de soi et de prendre soin de soi, deux attitudes qui sont parfois regardées comme égoïstes – alors qu’elles conditionnent évidemment notre capacité à donner de nous-même.

« Une demi-heure de méditation est essentielle chaque jour, sauf quand on a une vie très occupée. Dans ce cas, une heure est nécessaire » Saint François de Salles


Donc pendant tout le temps que dure un exercice de Mindfulness nous ne faisons rien, et cependant nous mobilisons toute notre attention afin d’observer ce qui est là au présent, dans notre corps et dans notre esprit. Un peu comme on observe un paysage depuis la fenêtre d’un train – au calme et confortablement assis – nous observons et notons les éléments du paysage, et puis les laissons s’éloigner, sans les suivre, sans nous y attacher.

A quoi ça sert ? Nous savons que pour entretenir les qualités du corps – sa souplesse, sa force et son endurance – nous devons nous entrainer un minimum en pratiquant un sport par exemple. Mais quel exercice devons-nous pratiquer pour entretenir les qualités essentielles de notre esprit : sa stabilité et sa clarté ?

La méditation d’attention est en quelque sorte une toilette et une gymnastique de l’esprit : aussi profitable au bon fonctionnement intellectuel et émotionnel que le sont un footing et une douche au bien-être du corps. L’origine latine du mot méditatio confirme ce sens puisqu’il vient du verbe méditor qui signifie donner des soins.

L’idée très importante ici c’est qu’on ne médite pas pour méditer, pas plus que pour faire le vide où pour s’évader de la réalité. Au contraire la méditation d’attention vise à mieux apprécier et mieux vivre notre vie telle qu’elle est, au présent.

 

Quelle est la différence entre MBSR et MBCT ?


La Mindfulness est efficace pour prévenir la rechute dépressive

Mindfulness_Pleine_Conscience_2.jpg

Contrairement à la MBSR – qui rassemble des personnes sans considération de diagnostic médical - la MBCT réunit des patients présentant un profil commun : elles ont été concernées par un épisode de dépression majeure, suivi d’au moins une récidive.

Le développement de la MBCT (Thérapie cognitive basée sur la Mindfulness) est dû à la collaboration de Mark Williams, John Teasdale et Zindel Segal des Universités de Bangor et Cambridge en Grande-Bretagne et Toronto au Canada, en vue de faire face au problème très important de la rechute dépressive.

L’efficacité de l’approche dans la prévention de la rechute est aujourd’hui démontrée. La première étude randomisée sur la MBCT a été publiée en 2000 (Teasdale et al.). Elle sera complétée par une seconde étude de contrôle (Ma & Teasdale, 2004) qui confirmera les résultats de la première : on constate une diminution de près de la moitié le taux de rechute des personnes ayant connu trois épisodes dépressifs ou plus, dans l’année qui suit la participation au programme MBCT.

 

En conséquence de ces résultats, l’approche MBCT est recommandée depuis 2004 par l’Institut National pour la Santé et l’Excellence Clinique (NICE) de Grande Bretagne, comme traitement à recommander pour la prévention de la rechute dépressive.

 

 

102.jpg



Voir aussi :  Glande pinéale

 

 

 

Source : http://www.centrepourlamindfulness.fr

 

L'origine de la pleine conscience :  http://pratiquer-la-meditation.com/la-pleine-conscience#.U5IoWvmSwk0



04/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5831 autres membres