creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

Saisir le SENS caché du psoriasis et des maladies de peau

pso.png

 

Pour commencer, n'oubliez jamais cette phrase :

 

 Tout ce qui ne s'exprime pas, s'imprime dans le corps.

 

"Exprimer" c'est mettre au dehors. C'est dire. Il faut réapprendre à écouter le langage du corps. Le mots se disent avec des mots, les souffrances réprimées se disent avec des maux. Les maux du corps.  La maladie "mal a dire" est une expression symbolique dans le corps, il est possible d'exprimer, hors du corps de bien des façons.

 

 

"Selon une étude américaine, il semble qu'une partie des personnes atteintes de psoriasis auraient de la peine à exprimer leur colère. Selon cette étude, ceux qui refoulent trop leur colère seraient plus susceptibles de développer du psoriasis
 
Pour le philosophe Michel Serres " la peau est aux avant-postes du sujet ". 
La peau entretient par ailleurs des liens privilégiés avec notre vie émotionnelle : lorsqu'on est ému, intimidé, en colère, notre peau reflète cet état intérieur (rougissement, pâleur, sudation, horripilation).
 
Le psoriasis au niveau des articulation peut-être en lien avec un sentiment de rejet ou d'abandon, souvent lié au père. Ou une ou des séparation affectives mal vécues.

Chaque localisation sur une articulation particulière renverra au symbole de ce qui se joue dans cette articulation. Elles sont comme un alphabet qui désigne une porte émotive bloquée. 

 

Il est toujours intéressant de chercher quand la réaction est apparue et de la relier à un événement du moment de l'apparition, OU, ce que ce moment la rappel.
 
Il est important de préciser, que le traumtisme fonctionne d'une façon particulière. Ce qui nous marque, au moment ou cela se passe, nous refoulons l'émotion qui nous submerge. Et c'est toujours un autre évènement, bien plus tard, qui pourra déclencher après-coup les effets d'un malaise antérieur. Le psoriasis survient à un moment symbolique, il vous appartient de décoder. 
 
Les personnes qui s'expriment ainsi, sont des personnes qui ont du mal à exprimer leurs sentiments, émotions, et peuvent difficilement supporter celles des autres. 
 
 
Le psoriasis est une cuirasse derrière laquelle se trouve un paradoxe. un être sensible qui a besoin d'affection mais qui s'en défend ou parfois ne se sentent pas à la hauteur, ne se sentent pas assez "parfait" pour être digne de ce dont elles auraient besoin, ces marques d'affection ou de reconnaissance. Il peut-être, pour des personnes très sensibles, une armure pour se protéger du monde extérieur, l’expression d'un mal-être (mal dans sa peau....) et n'oublions pas que la peau est la membrane qui sépare le dedans du dehors... 
 
Dans son ouvrage "Le Moi-peau" , le psychanalyste Didier Anzieu insiste sur le rôle-clé de ces expériences tactiles précoces, essentielles au développement affectif, cognitif et social de l'être humain mais surtout de la conscience de soi. Un petit enfant développe son sentiment d'exister à travers le touché, à travers le contact peau à peau ! 
 
Un trouble peut aussi parfois être un moyen de contrôler l'amour des autres, il peut être lié à un conflit de séparation, de renoncement.
Le psoriasis est une trace visible, qui altère l'aspect physique, en tant qu'organe visible, la peau est soumise au regard des autres dans la vie sociale, ainsi qu'au regard de l'Autre dans la vie amoureuse.
Cette expression de souffrance à travers la peau correspond, donc,  souvent à une blessure narcissique plus ou moins profonde qui se caractérise par une altération de l’image de soi, une atteinte de l’estime de soi et une baisse du sentiment de sécurité interne.
La souffrance ressentie par les malades (mal a dit) n’est donc pas seulement physique, mais aussi psychique.

Le narcissisme de chacun, c'est à dire de l'aptitude du sujet à s'aimer soi-même et à se sentir digne d'être aimé, estimé, respecté par autrui, se construit dans la petite enfance, lorsque l'enfant perçoit son reflet dans une glace, il prend conscience de son image, grâce à l'adulte qui le nome, qui le touche et qui le regarde. Avant cette expérience-là, l'enfant n'a pas une perception unifiée de son corps. Cette étape est essentielle pour l 'élaboration du narcissisme. Lorsqu'on qualifie une personne de narcissique, c'est souvent pour exprimer le fait qu'elle est très sensible à son apparence et que la moindre imperfection lui est insupportable. 

 Cette description nous renvoie invariablement au mythe de Narcisse qui, contemplant son reflet dans l'eau d'une fontaine,  fasciné par ce reflet. Une fascination qui le conduisit à l'autodestruction. 
Il serait plus correct d'affirmer d'une personne " narcissique ", qu'elle est dotée d'importantes failles narcissiques.Si cette personne  a besoin de s'admirer sans cesse dans le miroir ou à travers le regard admiratif des autres, c'est parce qu'elle doute beaucoup d'elle-même, qu'elle n'est jamais satisfaite de son image, qu'elle n'a pas une bonne estime de soi, qu'elle à besoin de se prouver, de se rassurer sur son image et sa valeur.
A l'inverse, un être qui possède un narcissisme suffisamment solide porte un jugement moins sévère sur son apparence tout en étant conscient de ses défauts.
 On comprend pourquoi le psoriasis constitue pour les sujets qui n'ont pas pu se constituer ce " capital-narcissique " une grave blessure pour leur image.
Ces dernières peuvent ainsi ressentir des sentiments de dégoût et de honte envers leur propre corps. Lorsque l'image de soi est très altérée et la souffrance psychique forte, de tels patients peuvent s'enfermer dans un comportement d'évitement social et souffrir d'une dépression plus ou moins sévère.
 
Par ailleurs, le psoriasis, comme tout autre problème de santé, peut venir cristalliser pour certains sujets des difficultés relationnelles préexistant à la maladie. Les dermatologues savent bien que certains patients exploitent - le plus souvent de façon inconsciente - les bénéfices secondaires inhérents à leur maladie de peau. 
 
Le psoriasis fait alors office de paravent, un paravent qui masque certaines difficultés psychologiques.
 
Il est classique, aujourd’hui, de considérer que les poussées de psoriasis, d’herpès, d’eczéma ou d’acné sont favorisées par le stress et la contrariété. Mais le docteur Danièle Pomey-Rey, dermatologue et psychanalyste à l’hôpital Saint-Louis, à Paris, va plus loin. Selon elle, 80 % des maladies de peau ont une origine psychologique : « Celui qui en est atteint est quelqu’un qui a beaucoup de choses à dire, mais qui n’y parvient pas. Il parle alors avec sa peau. » Notre épiderme semble posséder son propre langage, chargé de relayer tous les non-dits de notre vie. Les raisons de cette interaction entre le cerveau et la peau sont simples : ils ont tous les deux la même origine embryologique ! Ils se forment en même temps, au vingt et unième jour du développement de l’embryon.... 
 
Les recherches effectuées sur le psoriasis sont nombreuses et il est clair que sur le plan chimique aucune solution fiable n’a encore été découverte pour résoudre les problèmes de peau de ce type.  En psy clinique les résultats de travaux qui ont été publié, notamment au Canada et en Australie, concluent que le psoriasis se développe exclusivement chez des sujets présentant des troubles psychologiques tel que manque de personnalité (difficulté à s'affirmer), manque de confiance en soi, .... Ce qu’il faut retenir de tout cela, c’est que les pistes de guérison ne se trouve pas dans le domaine dans le traitement chimique ou bactériologique.(Hubert Levinson Montreal) 
 
Selon certaines théories psychanalytiques, les personnes souffrant de problèmes de peau présenteraient un fonctionnement "opératoire", ou des traits " alexithymiques ", c'est-à-dire qui exprimeraient difficilement leurs émotions, seraient entravés dans leur vie imaginaire et auraient tendance, face à leurs conflits psychiques, à " somatiser " leurs tensions internes au niveau de la peau, plutôt que de les élaborer au niveau mental. 
La vulnérabilité de ces patients pourrait être liée à des événements de vie affective traumatiques ou à des contextes relationnel conflictuels remontant à la petite enfance, qui n'auraient pu être élaborés psychiquement. Mais il n'est pas trop tard pour faire sortir ces affect contenus. 
 
Les maladies  racontent souvent des histoires transgénérationnelles. On parle malheureusement encore d'hérédité comme si c'était incontournable, imprimé en nous. 
Si un parent a souffert comme vous, de psoriasis, ce n'est pourtant pas une fatalité pour voir d'en souffrir.  N'oubliez pas que la science n'est pas une science exacte, elle se remet en cause à chaque découverte et évolue sans cesse. Les généticiens se sont emballés à l'avènement de la découverte de L'ADN, du code génétique. On entend toujours depuis "c'est génétique" comme si c'était fatale, alors que la science a évolué depuis et l'on sait aujourd'hui que c'est la membrane et l'échange avec l’extérieur, le terrain, bon nombre d'influences , tout ce qui nous nourri, et pas seulement le comestible, mais aussi nos pensées, nos émotions, nos croyances, qui vons faire que les gènes s'expriment ou s'inhibent ! Non, le gène ne suffit pas ! il lui faut un déclencheur ou un inhibiteur ! 
Ce peut être vous ! 
Assurément, si vous vous croyez condamné, vous le serez. 

 

 
On a souvent parlé d'effet placebo, comme si cet effet n'était pas réel, concret. Si vous êtes guéri en buvant de l'eau sucré parce que vous êtes convaincu que c'est efficace, c'est bien parce que VOUS AVEZ VOUS MÊME LE POUVOIR DE VOUS GUÉRIR !  Votre corps a ce pouvoir, faites lui confiance, écoutez le.  
 
La principale raison qui implique que vous reproduisiez les maux de vos parents, c'est une forme de loyauté, de fidélité inconsciente. 
 
Parfois, c'est un  mode éducatif qui est reproduit et qui induit les mêmes effets. Il arrive aussi qu'un enfant, puis l'adulte qu'il deviendra, exprime à travers son corps un mal qui n'est pas le sien, une malaise qui se transmet effectivement, mais pas de façon génétique ! De façon émotionnelle refoulée, un non dit, un trauma étouffé, un secret de famille par exemple. 
 
Problèmes psychosomatiques 
C’est quoi ?
Le terme de psychosomatique désigne les symptômes ou les maladies d’origine psychique se traduisant de très nombreuses manières et gênant la vie de tous les jours.
 
Ce qui se passe
Psycho : qui part de l’esprit. 
Somatique : qui aboutit sur les organes. 
Voilà ! Vous avez tout compris.
 
Conséquences : tout désordre psychique au sens large, de l’anxiété permanente
au surmenage, peut engendrer au minimum un symptôme, au pire une maladie.
 
Exemple pour l’estomac : cela peut se traduire toute une vie par des brûlures à l’estomac
sans autre conséquence qu’un désagrément. Mais cela peut aller plus loin, et rapidement
évoluer vers un ulcère.
 
Le mot psychique englobe plusieurs facteurs qui conditionnent nos comportements :
 
affectifs, 
familiaux, 
sociologiques, 
professionnels, 
intellectuels 
et pourquoi pas... éducatifs, existentiels ou religieux. 
Les organes cibles
Aucun d’entre nous n’échappe à ce problème. En fonction de notre personnalité et de
notre constitution, un ou plusieurs de ces facteurs agissent sur ce qu’on appelle un organe-cible .
 

COMMENT EN SORTIR ?

 
 
Il est nécessaire de travailler sur tous les fronts améliorer voire
guérir le psoriasis et le plus gros boulot, c'est à VOUS de le faire  : 
 

1-l'alimentation

 
Hippocrate : "Fais de ton aliment ton médicament". Pasteur : Le terrain est tout dans la santé.
L'équilibre acido-basique est ici essentiel comme dans la majorité des
affections. L'alimentation acide favorise inflammation et problème de peau, entre autre....  
 

Une petite précision au passage, car une personne vient de poster un commentaire à mon article sur FB : 

"Le psoriasis est une maladie inflammatoire". 

Je réalise en lisant ceci, que sans doute bien des gens ne comprennent pas en quoi consiste une inflammation. La majeur partie des maladies provoquent une inflammation dans la mesure ou le corps réagit ! L'inflammation est un ensemble de réactions générées par l'organisme en réponse à une agression  extérieure comme une blessure, une infection, un traumatisme ou provenir de l'intérieur de l'organisme lui-même comme c'est le cas dans des pathologies auto-immunes. Ces réactions ont pour but la défense de l'organisme et l'inflammation lorsqu'elle est visible se manifeste classiquement par 4 signes cliniques : une rougeur, une douleur, une tuméfaction et une augmentation de la chaleur.  

 Pour vous aider    liste-d-epices-plantes-et-aliments-anti-inflammatoires

 

 
           Synbiotique
 

2-Un travail sur soi 

 
Prenez le temps de réfléchir, dans quelle mesure  réprimez-vous des émotions, lesquelles ? Est-ce éducatif ? Quelles émotions vous autorisez-vous à exprimer ? Dans quelles circonstances ? 
Pouvez-vous retrouver des fractures affectives, des séparations qui vous ont marques. 
Prononcez le plus souvent possible, chaque fois que vous pensez à vos maux, au psoriasis ou aux raideurs articulaire, le matin au réveil ! (même intérieurement, si vous n'osez pas à haute voix : 
" Mon corps me parle et chaque partie de mon corps est un alphabet, je dois apprendre à le décoder.  Je dois apprendre à écouter mon corps."
 

3- Un travail énergétique (ré-équilibrage) 

 
Les techniques variées sont largement exposées sur ce site. Shiatsu, acupuncture, Energéticien, ostéopathie,  etc... 
 

4 - L'activité physique

 
Elle est essentiel,ainsi que le travail du souffle Le souffle qui guérit. Marchez tous les jours au moins 20 mn. Vélo de temps en temps et natation ou autre. 
 
Tout cela parait plus difficile que juste prendre des pilules, mais cet ensemble la, vous garanti la santé globale à long terme, à vous de choisir de vous reprendre en main en écoutant le signal d'alerte que vous envoie votre corps. C'est maintenant qu'il faut le prendre en compte et réagir dans le bon sens. 
 
230.jpg

 Source : http://www.docteurclic.com 

 

"Selon une étude américaine, il semble qu'une partie des personnes atteintes de psoriasis auraient de la peine à exprimer leur colère. Selon cette étude, ceux qui refoulent trop leur colère seraient plus susceptibles de développer du psoriasis avant 40 ans." pour en savoir plus :
  
 
 
 

 Le silicium organique traite certains problèmes de peau et d'articulation 

Voici comment Loïc Le Ribault l'a découvert.

Il souffrait de psoriasis sur les deux mains et l'une de ses mains s'est trouvée guéri, il a découvert pourquoi... 

Une histoire vraie, à écouter comme un roman ! Très instructif du même coup. Loïc Le Ribault ,un sacré personnage ! Une belle découverte et un bel exemple. Etre un génie, ça peut vous attirer de très gros ennuies et beaucoup d'envie, et d'acharnement malveillant et de mauvaise foie. Franchement, ce documentaire vaut le coup, je vous le recommande, vous m'en direz des nouvelles. 

Voir à partir de 2h 23, l'interview radio se recoupe avec le documentaire. Pour commander le produit original en Irlande :   http://www.llrg5.com




01/09/2014
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5397 autres membres