creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

Détox, intox?

detox.jpg

 

Les magazines féminins, les articles du net, ont très souvent des titres accrocheurs sur le thème de la détox. C’est un phénomène mode et a majorité d’entre nous tombe dans le panneau du marketing qui tourne autour. Quand on ne parle pas de détox, on parle alors de drainage.

 

 

Les adeptes de la détox pensent qu'il faut donner un coup de pouce à notre corps pour se débarrassé de ses toxines. Des régimes, des cures ou encore des compléments alimentaires leur promettent de retrouver un corps sain, purifié et débarrassé de toute substance toxique. Cette idée, qui en en a déjà séduit beaucoup, est loin de faire l'unanimité chez les professionnels de santé. Des scientifiques et experts en nutrition estiment que le terme détox cache avant tout des illusions et des abus.

 

Dans le même esprit, le drainage, et tout aussi controversé. Certains thérapeutes de divers horizons conseillent même parfois, le drainage du colon, dit hydrothérapie du colon, qui consiste à le nettoyer à grand eau, et ce procédé comporterait pourtant plus de risques que de bienfaits pour la santé ! N’entreprenez jamais de grand nettoyage intérieur sans vous documenter ! Notre système ne s’apparente pas à de la plomberie qu’il faudrait nettoyer ! L’équilibre intérieur est subtil et s’il est déréglé par des abus, il lui est difficile de retrouver son équilibre, en voulant trop bien faire, pour pourriez obtenir l’inverse, mettre en péril votre santé !

 

 

Dans une tribune intitulée "l'illusion de la détox", David Bender, Professeur en biochimie de la nutrition à l'University College de Londres, estime que "les promesses des cures détox » n’ont aucun fondement scientifique démontré. Toute la philosophie de la détox est la plupart du temps basée du des opération marketing pour vous faire acheter des suppléments ou venter des méthodes miracles ou des appareils qui promettent d'éliminer vos toxines en trempant les pieds dans un bain d'eau chaude. Après quelques minutes, l'eau claire vire au noir, preuve que vos toxines ont été excrétées par votre corps. "Ça a l'air merveilleux, mais c'est en fait quelque chose que nous avons tous fait à l'école, en cours de chimie […]. Ce changement de couleur et de viscosité se produira, que vous mettiez vos pieds dans le bain ou non".

Attention aux fausses promesses

 

Quant aux cures de détox proposées dans certains centres de remise en forme, là encore gare aux abus de langage. "S'occuper de soi, se faire masser et passer une semaine de détente, c'est un vrai plaisir. Après, que l'on appelle ça détox, détente, bien-être ou autre, peu importe. L'important, c'est d'écouter son corps et si on associe à cela l'équilibre alimentaire, c'est très bien. Mais il faut alors espérer que cette partie soit gérée par un professionnel de santé expert en nutrition, ce qui n'est pas toujours le cas" estime Florence Rossi.

 

"Je ne peux pas expliquer pourquoi certaines personnes croient encore aux régimes détox" déplore le Pr Bender. Selon lui, la seule détox réelle est celle qu'effectue naturellement notre corps : "Nous sommes dotés de mécanismes biochimiques de détoxication efficaces dans notre foie".

 

 

La détox pourrait même être dangereuse écrit le Dr. Wright, hépatologue à l'hôpital de Southampton (Angleterre). Une opinion que partage Florence Rossi, porte-parole de l'Association française des diététiciens nutritionnistes : "Certains penseront qu'ils peuvent manger ce qu'ils veulent et en grande quantité, puis se mettre à la diète le lendemain pour tout arranger. C'est faux. Le corps est une machine complexe et bien huilée, mais il ne faut pas lui faire subir des variations trop importantes. Bousculer un peu trop son organisme peut être dangereux". "Ce n'est pas parce que nous avons beaucoup mangé le 31 décembre que notre organisme n'a pas besoin de nourriture le 1er janvier.

 

 

Pour la diététicienne, le principe même d'inciter à "faire une détox" est à bannir puisque cela donne "l'impression que s'alimenter est un danger. Et cela pousse les gens à adopter des comportements alimentaires complètement loufoques. Avec la détox, certains ont trouvé un créneau très prolifique, non pas pour la population, mais pour eux... Il y a là une déviance qui est embêtante".

 

Ecouter son corps et éviter les excès

 

Ainsi, "détoxiquer" ou "détoxiner" son corps s'apparente plus à un abus de langage qu'à une réalité scientifique. Sauf si détox est synonyme de cure de vitamines et fibres et donc de fruits et légumes frais,  dans ce cas, elle bien sur saine pour le corps.  

Un excès de temps en temps n'est pas catastrophique ! C'est abuser régulièrement qui crée le plus de dégât à long terme. 

"Il faut avant tout écouter son corps, prendre du plaisir à manger et éviter les excès, dans un sens comme dans l'autre" préconise Florence Rossi. "Il faut aussi respecter l'équilibre alimentaire. Et cela passe par au moins 5 portions de fruits et légumes par jour pour un apport en vitamines et en fibres suffisant. Mieux vaut les manger crus et frais, si on en a l'occasion, afin de maximiser l'apport en vitamines".

 

Frais, surgelés, en conserves, soupe, compotes, pur de jus de fruits… Tout est bon pour faire le plein de fruits et légumes ! A condition de garder un oeil sur les étiquettes de manière à repérer les produits trop salés/sucrés/gras ou bourrés d’additifs ou conservateurs. Et dans l'idéal, tâchez également de privilégier les produits de saison pour profiter des bienfaits offerts par la nature.

 

Sources :

 

Pr. David A. Bender, The Detox Delusion. In The Biologist, Society of Biology, décembre 2011

The British Liver Trust, A January liver detox is medically futile, 3 janvier 2012

Entretiens avec le Pr. Bender et Florence Rossi Si la détox n'était qu'une intox?

 

 

 

Le sage observe la nature et s’en inspire… Que font les animaux dans la nature ?  Ils consomment épisodiquement instinctivement des herbes qui les purgeront. La médecine traditionnelle comprenait ces notions de drainage, de manière empirique, pas toujours à bon escient. Tout n’est pas à prendre en exemple dans les « vieux remèdes ». C’est le Dr Nebel, de Lausane, qui a introduit le terme de drainage appliqué à l'homme au début du XXe siècle. Il utilisait la phytothérapie raisonnée pour drainer ce que l’on appelait les émonctoires.

 

En principe, si vos émonctoires font bien leur travail, vous n’avez aucun symptôme grave. Les soutenir, c’est en premier lieu avoir une bonne hygiène de vie.  On peut utiliser certaines plantes pour les stimuler ponctuellement, mais de façon très ponctuelle, il ne faut surtout pas en abuser car elles forcent l'organe à augmenter son action épuratrice. Sur stimuler un organe ne peut manquer d’avoir des conséquences fâcheuses à long terme. Les émonctoires sont les organes épurateurs du corps humain. Ils sont au nombre de cinq, comme les cinq doigts de la main, les cinq sens, les cinq extrémités de l'homme.

 

Le foie

C’est l'organe éliminateur le plus important. À lui seul, il filtre et neutralise une grande quantité de toxines et déchets qui sont éliminés par le circuit biliaire.

Les plantes qui ont une action sur le foie sont dites cholagogues (qui facilitent l'élimination de la bile) et cholérétiques (qui augmentent la sécrétion de la bile par le foie)

Parmi celles-ci, on peut citer les plus actives dans leur effet cholagogue : olivier, radis noir, ortie, romarin. Les plantes à visée cholérétiques : sauge, pissenlit, thym, tilleul, romarin, fumeterre.

Attention, l’artichaut est réputé pour activer les fonctions du foie, hors, il est particulièrement difficile à digérer, en réalité, ce sont ces feuilles qui ont cette propriété, et nous n’avons pas l’occasion de les utiliser sauf en gélule !

Nous avons aussi le chardon marie, l'ortie,  le persil.  Le jus de pomme qui contient de "l'acide malique" bon pour la vésicule biliaire.

Pour soulager le foie, et tout le système digestif, pour ma part, je privilégie le jeune régulier. Personnellement je jeune pratiquement une fois par semaine, le système digestif a besoin de repos ! Le corps s'habitue très bien. Bien entendu une personne diabétique ne peut se permettre de jeûner. 

 

 

Les reins.

Ils purifient et détoxiquent le sang, éliminent les impuretés ou ce qui n’est pas assimilé, par les urines.

Plantes qui stimulent les fonctions rénales :  reine des prés, l’ortie, le pissenlit, la bruyère, le cassis. Le pissenlit agit en différé quelques heures après l’absorption.

Le persil est excellent pour les reins et l'huile d'olive avec le citron ! 

Il faut savoir que les diurétiques ne font pas maigrir. Si perte de volume il y a, c’est bien entendu de l’eau que l’on perd et non de la graisse. La perte de volume corporelle sera de très courte durée. Et le corps en réaction, fera de la rétention d’eau ! Ce qui amène parfois le patient à prendre des diurétiques de manière répétée ou prolongée. Cet abus peut provoquer des dégâts aux reins en forçant les reins à évacuer des liquides et de l’humidité indispensable au bon fonctionnement de l'organisme et de manière non naturelle. Eliminer trop d’eau est préjudiciable, elle provoque la déshydratation en premier lieu et le risque d’éliminer trop des nutriments utiles, tels les minéraux, comme le sodium et le potassium, mais aussi beaucoup d’autres. Cela peut entraîner aussi une perturbation du comportement alimentaire et de la tension artérielle.  Le cœur est sous-alimenté si l’on est déshydraté,  le cerveau également ! Mais beaucoup d’autres fonctions. Des abus peuvent même aller jusqu’à provoquer un arrêt cardiaque, de l'insuffisance rénale, un coma ...

Il faut savoir que lorsqu'une partie du corps est obligée de fonctionner de manière non naturelle, elle peut en fait désapprendre sa propre fonction, dysfonctionner ! Il faudra alors du temps aux reins pour se recycler et retrouver leur fonctionnement naturel.

 

Les poumons

Organe de la respiration permettant les échanges gazeux.

Plantes : l’hysope, le marrube, la guimauve. Le jus de carotte naturel,

la coriandre et le clou de girofle ! L'activité physique; 

Pour aider les poumons en cas d’affection : décoction de gingembre.

Aider vos poumons à se décrasser

 

 Les intestins.

L'intestin grêle est responsable de la fin de la digestion et de l'absorption des produits

nutriments utilisables dans la circulation sanguine. L'intestin grêle est un tube étroit,

mesurant environ 6 à 7 mètres de long qui part du duodénum (où il reçoit le chyme, ou

aliments prédigérés, provenant de l'estomac), à l'orifice iléo-cæcal (où il fait passer les produits

semi-liquides de la digestion vers le gros intestin). La digestion des aliments se poursuit grâce

à la bile et autres sucs digestifs sécrétés dans le duodénum par la vésicule biliaire, le pancréas

et le foie. Les aliments en cours de digestion passent par les millions de villosités (projections)

présentes sur la paroi interne des intestins, qui absorbent les protéines et les glucides dans

leurs capillaires et les transmettent au foie pour qu'il assure leur transformation métabolique.

Toute matière alimentaire non absorbée est stockée dans le gros intestin, jusqu'à ce que*

l'organisme ait partiellement réabsorbé l'eau qu'elle contient. Le reste est propulsé vers le

rectum pour être expulsé par l'anus. Le gros intestin se divise en huit segments : le cæcum,

l'appendice vermiculaire, le côlon ascendant, le côlon transverse, le côlon descendant,

le côlon sigmoïde, le rectum et l'anus.   

 

La vigne, l'ail, l’olivier sont les plantes conseillées. Eviter autant que possible les sucreries industrielles ! 

Ce que je préconise pour les intestins, aussi le jeune, et le suivre par une cure d’une journée

de fruits et ou légumes et du kéfir pour relancer la flore. L’idéal étant 3 jours de jeune

(le troisième est un jeune partiel avec seulement des jus de fruits et légume et du kéfir) pour

renouveler complètement sa flore. Une étude a démontrer que les rats qui jeûnaient une fois

par semaine avait une longévité double à ceux qui ne jeûnaient pas.

Par ailleurs équilibrer sa flore est un facteur de santé qui n’est plus à démontrer.

Encore une fois, les diabétique ne peuvent se permettre de jeûner. Pour ce qui est du 

jeûne de 3 jours, dans un premier temps je ne jeûnais que 24h. J'en profitais pour faire un hammam. 

Je jour suivant, j'avais une énergie terrible ! Je n'ai jamais été fatigué pendant la journée de jeûne. 

Selon les personnes, il est préférable de profiter d'une période de repos pour jeûner un ou plusieurs jours.

Quand j'ai commencé à jeûner davantage, j'ai évité  le sport le second jour. Et puis j'ai essayé quand même. 

Pour découvrir que j'avais beaucoup d'énergie au contraire ! Pendant 36 h je ne prends que de l'eau.

Ensuite que des jus de fruits ou légumes frais jusqu'au matin du 3ième jour au moins.

J'introduis ensuite des fruits secs. Puis des légumes cuits. Je pense que la digestion demande beaucoup

d'énergie. Les jus se digèrent vite et facilement. Donc l'énergie est restaurée par cette source

alimentaire et préservée car on ne dépense pas beaucoup d'énergie en assimilation et tout est riche en

vitamines oligo éléments et fibres. 

 

microbiote.jpg

le-microbiote-determine-la-prise-et-la-perte-de-poids 

 

La peau

La peau a en premier lieu une fonction protectrice des agressions extérieures et empêche les tissus profonds d’être en contact avec une atmosphère ambiante qui les dessècherait très rapidement. La peau exerce également un rôle dans l'immunité car elle est capable de rendre compétents certains globules blancs, les lymphocytes T, spécialisés dans les défenses immunitaires.

Grâce à un réseau complexe de petits vaisseaux, la peau est fortement impliquée dans la régulation de la température du corps. Ces vaisseaux se dilatent pour permettre d'augmenter les déperditions de chaleur ou se contractent, lorsqu'il fait froid, pour limiter les pertes de chaleur. Grâce à l'évaporation, la sueur contribue aussi à éliminer la chaleur excédentaire de l'organisme.

Les glandes sudoripares produisent la sueur, libèrent de l'eau et des sels minéraux ce qui participe à la constance du milieu intérieur. C’est une fonction sécrétoire. De plus, ces glandes éliminent un certain nombre de déchets tels que des produits de dégradation de certains médicaments.

 Elle a aussi une fonction sensorielle, grâce à la grande variété des récepteurs nerveux qui répondent à différents stimuli comme le toucher, le froid, le chaud, la douleur…

 Et enfin, elle joue aussi un rôle de réservoir sanguin, en stockant ou en libérant des quantités de sang.

Les épurateurs connus de la peau : la bourrache, la pensée sauvage, la bardane.

 

 

 

 



15/09/2016
7 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5380 autres membres