creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

► 20 ans de silence en France au sujet du glutamate

produits_glutamate.jpg

 

 

Le glutamate monosodique (couramment appelé glutamate) est l'un des additifs alimentaires (code E 621) les plus utilisés dans l'industrie agro-alimentaire (1 500 000 tonnes par an) et dans la cuisine asiatique (qui utilise 80% de la production mondiale en cet additif), notamment parce qu'il est peu coûteux et efficace pour renforcer le goût, c'est un exhausteur de goût. Faisons un point sur les raisons pour lesquelles le glutamate de monosodium est utilisé, quelles nourritures en contiennent, les sources cachées de GMS et les dangers possibles provoqués par cet additif. 

 

Voir aussi les 12 additifs à éviter :  http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=392

 

20 ans de silence en France au sujet d'un additif qui est utilisé depuis 1909 : Le glutamate monosodique, GMS ou E621.

 

Une vidéo plus bas, pour ceux qui n'aiment pas lire. 

 

De nombreuses études tendent à démontrer que le glutamate monosodique (GMS ou MSG), cette simple petite poudre blanche, un exhausteur de goût très largement utilisé dans la cuisine asiatique et qui se cache derrière à peu près 25 noms différents est un poison lent.   Irritant du tube digestif, il déclenche une faim mécanique qui pousse à la consommation.

la recherche scientifique, que le glutamate monosodique, administré à des rats à leur naissance, les rend systématiquement obèses et a pour effet de tripler la quantité d’insuline que secrète leur pancréas…  Une découverte très utile pour les scientifiques qui se penchent sur les tests d’études portant sur les régimes amaigrissants ou sur le diabète. 

 Génétiquement, le rat ou la souris ne sont pas obèses. 

Quand on jette un œil sur les produits courants d’une épicerie, cet œil pourrait bien s’agrandir jusqu’à sortir de son orbite parce qu’il y en a partout, de ce glutamate : chips assaisonnées, soupes chinoises, sauces de Heinz, nuoc mam, sauces Kraft, ramen, soupes en boîte…  et j’en passe.  Tous ces produits n’inscrivent pas MSG, GMS ou glutamate monosodique, mais protéine végétale hydrolysée, monosodium glutamate, monopotassium glutamate, acide glutamique ou, plus subtile, plus difficile à identifier, caséinate de calciummaltodextrineextrait solide de laitextrait de levurefarine de sojaextrait de maltlevure autolysée,  gélatine alimentaireaccent,aginomotonatural meat tenderizer, etc.

Introduit dans l’alimentation américaine il y a plus ou moins 50 ans (en droite ligne venu du Japon où il venait d’être commercialisé), le glutamate est apparu en doses de plus en plus grandes dans les repas préparés, les potages, les collations et la restauration rapide, tous ces auxiliaires de la vie trépidente et surchargée que nous menons dans notre société post-industrielle et de consommation de plus en plus active.  Tous les restaurants de type “fast-food” utilisent généreusement le glutamate parce qu’il pousse les gens à manger davantage.  D’ailleurs, des études ont prouvé que les personnes âgées mangent plus si du glutamate est ajouté à leur nourriture, ce qui peut être un bien pour elle.  Mais qu’en est-il du reste de la population ?

 

Les premières études constatant les effets secondaires du glutamate datent de 1978 ! Les chercheurs scientifiques et les fabricants de produits alimentaires connaissent depuis très longtemps les dégâts que peut causer à notre santé la consommation systématique de glutamate.  Pour vous en convaincre, il vous suffit d’introduire “MSG Obese” sur Google et vous tomberez sur de très nombreux articles et de très nombreuses études médicales sur le sujet…

Un acide aminé faisant fonction de neuro-transmetteur, déjà présent dans le cerveau et qui joue sur les hormones et les neurones.  Il est essentiel dans le processus de mémorisation et d’apprentissage.  Le problème est qu’il y a une différence de structure moléculaire entre le glutamate naturel biologique et la molécule chimique de synthèse, purifiée, qui n’est pas reconnue par le vivant.  Et quand les fabricants nous serinent que le glutamate étant produit par la nature, il ne peut être dangereux, ils nous manipulent : c’est faux ! Ingéré à doses répétitives et régulières, ce produit de synthèse est un poison dangereux, d’autant plus que l’organisme ne peut identifier son goût.  Ceci a pour effet que le consommateur dépasse, sans le savoir, son seuil de tolérance.

 

Des signes comme les migraines, les pertes de cheveux (surtout chez la femme), la prise de poids rapide, la dépression, les troubles gastro-intestinaux, les irritations dermatologiques, les troubles neurologiques comme la fatigue extrême, la dépression, l’irritabilité, l’anxiété, les crises de panique et même la sciatique, les troubles musculaires, respiratoires  !

 

D'autres personnes sensibles au glutamate de monosodium (environ 1 sur 5 000 dans le monde, mais 1 sur 50 000 en Asie) ont rapporté d'autres dangers de cette substance :

  • Sensations de brûlure dans le dos, le cou, la poitrine, la bouche,
  • Engourdissement dans les mêmes régions du corps,
  • Paralysie,
  • Bronchospasme (difficulté à respirer) chez les personnes asthmatiques qui souffrent d'intolérance au GMS, incapacité à respirer, manque de souffle,
  • Enflure,
  • Transpiration excessive,
  • Picotements ou chaleur au visage, aux mains, au dos,
  • Nausées,
  • Faiblesse,
  • Contraction faciale,
  • Accélération du rythme cardiaque,
  • Douleurs à la poitrine,
  • Crises d'asthme,
  • Somnolence,
  • Envies de manger des nourritures malsaines.

 

Même en pharmacie, dans plus de 200 médicaments courants, on trouve du glutamate sous les appellations suivantes :  huile de ricin ou de soja hydrogénéeglutamate de sodiumglutamate monosodique,acétylglutamique acidearginine glutamateglutamate calcique,glutamate de magnésiumglutamique acideantisthène glutamique vitamine Cglutadouzeglutavene

Le glutamate est un acide aminé non essentiel, c’est-à-dire que notre organisme en produit lui-même.  Il est le neurotransmetteur excitateur le plus important du système nerveux central.  Son action est contrebalancée par les effets inhibiteurs du GABA dont il est d’ailleurs, le précurseur principal.  Lorsque l’équilibre est rompu et que la concentration en glutamate atteint un niveau excessif, il peut hyperstimuler les neurones et provoquer leur mort(Wikipedia).

 

En fait, quand notre sang chargé en glutamate vient irriguer notre cerveau, il atteint nos neurones.  A ce moment-là, ceux-ci laissent soudain entrer massivement calcium, sodium, eau, bien au-delà de nos possibilités physiologiques, provoquant une brutale dépolarisation* qui les tue.  En mourant, les neurones relâchent massivement le glutamate qu’ils contiennent.   Celui-ci va alors exciter d’autres neurones, qui meurent à leur tour, et ainsi de suite, par effet boule de neige.

Les doses de glutamate ingérées par les enfants sont parfois si élevées, qu’administrées oralement à un jeune animal, ces mêmes doses entraîneraient ladestruction pure et simple du système nerveux central.  Il faut savoir que le cerveau des enfants n’a pas de protection contre le glutamate et son développement intellectuel peut être mis en danger par les influx nerveux incessants que ce produit provoque de façon désordonnée.   Le glutamate peut aussi provoquer la calvitie ou l’acné.  Par ailleurs, un pourcentage élevé des rats de laboratoire nourris au glutamate sont atteints de cécité

*Les cellules sont chargées électriquement d’ions positifs et d’ions négatifs (c’est la polarité) qui se repoussent ou s’attirent.  Le milieu intracellulaire et le milieu extracellulaire sont séparés par une membrane dite plasmique qui contrôle cette polarité et joue un rôle fondamental en termes de fonctions de la cellule.  L’intérieur de la cellule est de charge négative alors que l’extérieur est de charge positive.  La dépolarisation, c’est l’inversion de cette polarité, ce qui est le fonctionnement normal et habituel de l’influx nerveux.  Le problème, c’est que, sur-stimulé, ce processus de polarisation et de dépolarisation finit par ne plus fonctionner…  Le glutamate a donc le même type d’influence sur le fonctionnement neuronal que le sucre sur le fonctionnement du pancréas…

pour en savoir plus voici la source : http://www.cuisine-en-sante.com/glutamate-danger/

 

Voici la liste de 100 produits courants toxiques à éviter :  http://swagactu.com/coca-cola-tuc-colgate-100-produits-quotidiens-toxiques/

 

En vidéo : 

 




07/03/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7299 autres membres