creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

Un éleveur dénonce l’empoisonnement ordinaire.

0 - omerta 2.jpg0 -omerta.jpg

 

OMERTA SUR LA VIANDE

 

 

Eleveur, fils d’éleveur, ingénieur agronome et ancien créateur de marché bio à Paris,  Pierre Hinard entre il y a 10 ans dans une importante société d’abattage et de découpe de Loire Atlantique qui sert tout le bottin de l’agroalimentaire, de Mac Do à Flunch, de Auchan à Willian Saurin …

Parcours d’exception très spécialisé, allant des vertes prairies normandes aux steak hachés, en barquette, via le monde secret des abattoirs (comparable à une vraie mafia dénoncé dans un documentaire  déjà il y a plus de 10 ans…)  Pierre Hinard, qui a longtemps voulu croire que la qualité et l’excellence pouvait trouver leur chemin jusqu’aux rayons des supermarchés, découvres les dessous pas très propres des usines à viande : asticots dans la viande haché, des pièces décongelées et recongelées, des analyses faussées, des dates truquées, du sang déversé dans les champs.

Face à ces manquements, les services vétérinaires sont absents ou corrompus et les pouvoirs publics pour le moins distraites. En bout de chaîne des consommateurs lésés, méprisés et trop souvent malades.

Quand il lance l’alerte Pierre est licencié. 5 plus tard, rien n’a changé. Il décide de raconter de l’intérieur les dérives d’un système qui méprise paysans et consommateurs, et présente dans son ouvrage des documentaires inouïs et révèle tout le circuit de l’empoisonnement ordinaire. Il propose aussi des solutions concrètes.

 

Aujourd'hui, Pierre Hinard choie et engraisse une trentaine de vaches, des Salers, élevées à l'herbe et soignées aux huiles essentielles.

 

 

Ancien directeur qualité chez Castel viande, il témoigne, après ses accusations,  en mars 2013,  une perquisition largement médiatisée se tient dans les locaux de Castel viandes à Châteaubriant. La ville est en émoi : les salariés de l’entreprise défilent aux côtés des élus. Castel viandes est un des plus gros employeurs de la ville avec 330 salariés. L’avocat de Castel viandes parle de “calomnie”. Une page Facebook est créée, pour “soutenir Castel Viandes et ses salariés”

 

Une information judiciaire est ouverte, s’en suivent 3 mises en examen de responsables de Castel viandes pour “tromperie sur la qualité substantielle de la marchandise et non respect du cahier des charges”, et “mise sur le marché de produits d’origine animale préjudiciables à la santé.”

 

Dans son livre choc, Pierre Hinard se définit comme un lanceur d’alerte : il révèle son parcours au sein de l’entreprise, et dénonce des pratiques de remballe frauduleuse, des irrégularités dans la traçabilité, la défaillance des services de l’état et des services vétérinaires.

 

L’enquête est toujours en cours.

Un extrait du livre

"Nous sommes le 8 décembre 2008 : je le préviens (NDLR : le chef vétérinaire de l’entreprise) que j’ai un sérieux doute sur la légalité de certaines pratiques de découpe concernant des retours de colis. Nous rentrons dans son bureau où il me confirme que la limite maximale autorisée entre l’abattage et le début de congélation est de huit jours ou, si la date d’abattage n’est pas connue de l’opérateur, la congélation peut intervenir dans le tiers de la date limite de consommation, pour une viande découpée. A savoir qu’on ne peut en aucun cas, passé dix jours (si la date limite de consommation est de trente), retailler une viande qui a déjà été conditionnée pour être congelée… “Il y a bien un problème puisque les viandes dans notre atelier de piéçage ont été découpées de vingt-cinq à quarante jours après la mise sous vide, pour être congelés…” lui dis-je. Ce jour-là, j’ai pris la précaution d’enregistrer ce zélé fonctionnaire de l’Etat, ce qui me permet de retranscrire ici précisément nos propos. “J’ai plus grave aussi : samedi dernier, le 29 novembre, on a fait de la remballe d’un lot périmé…” “Ahhh ce Jeff ! “ l’entend-on répondre. Et de partir d’une franche rigolade.

Ainsi, le chef vétérinaire rit de cette bonne blague. Je sors sonné de son bureau. Deux de ses subordonnés m’emboîtent le pas et me suivent dans le couloir, des gens bien qui ont abandonné leurs illusions après avoir vainement bataillé, au fil des années."

 

“Tu n’aurais pas dû te confier à notre patron, me disent-ils. Il est de mèche avec le tien”. Trop tard. Dans l’heure, la DG, Véronique Viol traverse la rue qui sépare son bureau du mien et s’exclame : “Dehors !” Celle-là même qui m’avait confié un an plus tôt, en pleine affaire Flunch : “Pierre, vous êtes le gendarme de l’entreprise. Vous ne devez pas céder aux pressions… Ils sont inconscients des risques qu’ils font prendre à l’entreprise…”

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maladies liées à l'augmentation de la consommation de viande :

 

- Maladies cardiovasculaires en progression constante
- Hypertension

- Surpoids
- Diabète type 2
-Maladies articulaires
- Maladies tumorales
- Attaques cérébrales
- Goutte
- Affection de la mémoire
- Démence

- Plus d'agressivité

- Plus d'angoisses

0 - viande-1.jpg

 

 

 

Désastre écologique 

 

 

Besoin en eau.jpg

 

 

0 - viande pas ecolo-2.jpg

 

 

 

Le coût pour chaque citoyen, outre le coût de la santé publique affectée

 

 

Plus de la moitié du budget de la communauté européenne est alloué aux subventions agricoles et la plus grande partie est investie pour la production animale

Par ailleurs le taux de TVA rabaissé de la viande encourage sa consommation. 

 


 

 

 

 

Outre la santé, et l'économie, la conscience !!

 

 

 

 

 

 

 

 

Video à voir ... (cliquer) 

 

10440756_10152416229649475_7683859011021390459_n.png

 

 

 0 - viand.jpg

 
Les vaches à hublot ou fistulées : un trou de 15 centimètres de diamètre a été percé sur leur flanc gauche.


13/11/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5365 autres membres