creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

Différence entre Omega 3 et DHA antitumorale

R (1).jpg

 L'article vise à préciser la différence entre Omega 3 et DHA car une étude a démontré l'effet toxique pour les cellules cancéreuse de la DHA spécifiquement. 

C'est un certain type d'Omega 3 qui joue un rôle dans la destruction des cellules cancéreuses. Lors de l'étude en question, la chercheuse nourrit des cellules cancéreuses avec divers nutriments dans des boites de pétri. Les cellules ont besoin de sucre pour croitre, elles en sont gloutonne et dans l'organisme finissent par produire un environnement acide qui rend justement les tumeurs très agressives. 

Par contre, après 2 semaines nourries au gras (DHA) la cellule cancéreuse est oxydée et finit par imploser littéralement. 

 

Ainsi j'ai cherché à savoir quelle est la différence entre cet Oméga 3 particulier et les autres Oméga 3. 

 

La publication de Pubmed (NIH, la bible de la recherche officielle). 

 

Le DHA favorise non seulement l’apoptose (« suicide » des cellules) mais l’autophagie des cellules cancéreuses en rapport avec le facteur de transcription P53 ( quand l’organisme ne « produit » pas assez de p53 le DHA prend le relais) et cela se confirme pour au moins 50 % des cancers.

 

Les Oméga 3

 

Les acides gras oméga 3 sont des composants lipidiques essentiels, ce sont des acides gras polyinsaturés.

Il existe trois principaux types d'acides gras oméga 3:

ALA, EPA et DHA.

Le DHA est essentiel principalement pour les fonctions auditives, pour les yeux et la peau.

Les acides gras oméga 3 apportent de nombreux bienfaits. Il faut donc veiller à en consommer sans compter.

Le saumon, le flétan, les sardines, le germon, la truite, le hareng, la noix, l'huile de lin, l'huile de canola, les crevettes, les palourdes, le thon pâle, le poisson-chat, la morue et les épinards sont riches en acides gras oméga 3.

 

Les acides gras oméga 3 offrent plusieurs avantages pour la santé.

Ils participent au bon fonctionnement de la rétine, la prévention de la DMLA (Dégénérescence maculaire liée à l’âge), préservent le système nerveux : prévention du vieillissement cérébral, dépression, maladie d’Alzheimer… Soutiennent le système cardiovasculaire : diminution de la pression artérielle, du risque d’infarctus…

Ils préviendraient également la survenue du cancer du sein, de maladies rénales…

Ils réduisent les taux de graisse dans le sang, en particulier les taux de triglycérides, réduisent les douleurs et les raideurs articulaires, améliorent la fonction pulmonaire, réduisent le risque de démence, réduisent le risque de mort cardiaque subite, peuvent améliorer les lipides sanguins, diminuer le risque de maladie coronarienne, combattre contre la dépression, favoriser le développement du cerveau et améliorer la santé oculaire, etc.

Les oméga 3 sont les précurseurs de substances anti-inflammatoires qui font partie de la famille des prostaglandines. L’acide eicosapentaénoïque (EPA) se transforme en PGE3 (Prostaglandines E3) dont les effets anti-inflammatoires pourraient être intéressants dans le traitement des maladies inflammatoires : arthrite, arthrose, inflammations chroniques…

La relation étroite entre oméga 3 et bon fonctionnement du système cardio-vasculaire est aujourd’hui reconnue.

 

L’ÉTUDE DE LYON 
Dans cette étude référente, la moitié des patients (environ 600 hommes et femmes âgés de moins de 70 ans) avec des problèmes cardio-vasculaires a suivi un régime de type méditerranéen (enrichi de 3 fois en acide alpha-linolénique, le précurseur de la famille des Oméga 3). Ce régime a été comparé avec l’autre moitié des patients avec un régime pauvre en acides gras saturés classiquement prescrit chez ces malades. Avec le régime de type méditerranéen, la récidive des problèmes cardio-vasculaires a été réduite significativement dès 6 mois de régime. Après 4 ans et demi, un second événement cardio-vasculaire a pu être évité chez 65 % des patients.

 

 

Le DHA 

 

Les oméga 3 DHA sont des constituants des cellules nerveuses et jouent un rôle important dans la structure des membranes. Ils contribuent à la transmission synaptique et interviennent également dans le développement et le fonctionnement du cerveau et de la rétine.

Le DHA est plus particulièrement impliqué dans les fonctions de mémorisation. Il participe à la transmission du signal nerveux. Une étude chez 12 000 hommes et femmes a montré une corrélation entre la consommation de DHA dans l’assiette et une réduction moindre des performances cognitives2.

 

Le DHA est un composant structurel primaire du cerveau humain, du cortex cérébral, de la peau et de la rétine. Par conséquent, le DHA est le plus abondamment présent dans la rétine (œil) et le cerveau. Les faibles niveaux de DHA affectent le cerveau et les yeux. Les problèmes de vision surviennent en raison de faibles niveaux de DHA. De plus, la maladie d’Alzheimer est l’une des principales maladies associées à de faibles taux de DHA. Des niveaux appropriés de DHA réduisent les maladies cardiaques, l'arthrite, le cancer et l'asthme.

 

Le DHA intervient dans le développement du système nerveux et de la rétine du bébé. Le DHA se met en réserve dans le tissu adipeux du bébé pour terminer le développement cérébral après la naissance contrairement au bébé singe qui a terminé son développement cérébral à la naissance. Augmenter sa consommation en Oméga 3 pendant la grossesse est donc particulièrement recommandé.

 

Le DHA est l'un des trois principaux types d'acides gras oméga 3. L'ALA (acide alpha-linolénique) est le précurseur de la production de DHA dans notre corps.

Cependant, la conversion de l'ALA en DHA est extrêmement faible. Par conséquent, pour produire les quantités requises de DHA, nous devons consommer beaucoup d'aliments contenant du DHA.

Ou bien, se suppléer  avec des compléments alimentaires.

Le DHA est naturellement présent dans les sources alimentaires marines telles que les poissons gras - saumon, thon, maquereau, hareng - crustacés et algues marines.

 

La production commerciale de DHA implique des algues marines ou des microalgues.

 

 

Quelle est la différence entre le DHA et les oméga 3?

Chacun des acides gras intervient de manière spécifique sur certaines fonctions de l’organisme. Les précurseurs des Omega 3 et Omega 6 activent des enzymes qui vont entrainer des réactions biochimiques permettant la synthèse des acides gras à longue chaîne : l’Acide Eicosapentaénoïque (EPA), l’Acide Docosahexaénoïque (DHA), l’Acide Gamma-Linolénique (GLA), l’Acide Dihomo-gamma-linolénique (DGLA), l’Acide Arachidonique (AA)… 

Le DHA est l'un des trois principaux types d'acides gras oméga 3 que l'on trouve couramment dans les aliments marins, tandis que les acides gras oméga 3 sont des acides gras polyinsaturés essentiels. C'est donc la principale différence entre le DHA et les oméga 3.

De plus, le DHA est un type, tandis que les acides gras oméga 3 sont de trois types: ALA, EPA et DHA, nous pouvons également considérer cela comme une différence entre le DHA et les oméga 3.

 

Où trouver les oméga 3 de type DHA ALA et EPA ?

Les oméga-3 sont principalement apportés par des sources végétales (huiles, graines…) et animales (poisson). Pour répondre aux recommandations, il est conseillé de consommer entre 1,8 et 2,2 g/jour d’ALA et 500 mg/jour d’EPA + DHA.

Le taux de conversion de l’ALA en DHA dans l’organisme n’étant pas suffisant pour couvrir les besoins en DHA, il est important de consommer des poissons gras (saumon, maquereau, sardine…) à raison d’une fois par semaine minimum.

 

Les oméga 3 de type DHA et EPA peuvent être apportés uniquement par l’alimentation. On les retrouve dans les huiles végétales :

  • huile de colza
  • huile de noix
  • huile de cameline

Ils sont également présents dans certains aliments qu’il convient de privilégier :

  • Les poissons gras de type maquereaux, sardines ou saumon
  • Les noix

 

Le chef de file des oméga-3 est l’acide alpha-linolénique (ALA), un acide gras dit « indispensable » car l’organisme ne sait pas le synthétiser. Il doit donc être apporté par l’alimentation. Cet acide gras permet de fabriquer une partie des autres acides gras oméga-3 essentiels au bon fonctionnement de l’organisme : l’acide éicosapentaénoïque (EPA) et l’acide docosahexaénoïque (DHA).

Les aliments les plus riches en ALA :
  • Huile de lin : 53,3 g
  • Graine de lin : 16,7 g
  • Huile de noix : 11,9 g
  • Huile de colza : 7,6 g
  • Noix fraîche et séchée : 7,4 g

 

Pour l’ALA, il suffit d’utiliser chaque jour une huile végétale qui en est riche et de compléter avec des oléagineux : 1 c. à s. (10 g) d’huile de colza + 1 noix par exemple.

 

Le précurseur, l’ALA, est présent dans certains végétaux (oléagineux, microalgues, soja, etc). Consommé par les animaux et certaines algues, il est transformé en EPA et DHA que l’on trouve dans les poissons, les viandes et les oeufs.

Les aliments les plus riches en DHA et EPA :
  • Huile de foie de morue : 19,8 g
  • Foie de morue en conserve : 7,1 g
  • Sardine grillée : 4,1 g
  • Maquereau fumé : 3,7 g
  • Œufs de lompe : 3,1 g

* Toutes les valeurs présentées sont pour 100 g d’aliment

Ceux en EPA et DHA sont couverts avec du poisson 2 fois par semaine dont 1 fois du poisson gras.

 

omega.jpg

Ce qu'il faut retenir

  • Chacun des acides gras intervient de manière spécifique sur certaines fonctions de l’organisme.
  • Les oméga 3 de type DHA sont des constituants des cellules nerveuses et interviennent notamment dans le développement et le fonctionnement du cerveau et de la rétine.
  • Des études ont montré la relation étroite entre les oméga 3 de type EPA et le bon fonctionnement du système cardio-vasculaire.
  • Les oméga 3 de type DHA ont des propriétés antitumorales
  • Les oméga 3 de type DHA et EPA peuvent être apportés uniquement par l’alimentation et notamment certaines huiles végétales et les poissons.

 

 

 

 

 

 

 

 

Sources 

role-specifique-omega-3-dha-epa

les-aliments-riches-en-omega-3

dha-and-omega-3-



07/04/2023
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2037 autres membres