creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

Le vocabulaire gestuel

 


fiche symbolique doigt.jpg

 

Les gestes véhiculent des informations au même titre que les mots, mais ce code n'est pas enseigné à l'école comme celui de la parole ou de l'écriture. 

Nous les décodons au moins partiellement cependant, à notre insu, de façon plus ou moins inconsciente. Par exemple lorsque le geste est en total opposition, ou décalage avec la parole énoncée. 

Parfois la bouche dit oui, et le corps dit non, est nous le ressentons. 

 

Les gestes qui impliquent les doigts sont très nombreux, les mains et les doigts ajoutent à la communication verbale.

 

Exemples

index sous nez.jpg

L'index droit qui fait moustache

L'index droit est le doigt de l'affirmation de soi, la lèvre supérieure symbolise la colère ou le mensonge. Nous sommes dans la simulation.  

Si c'est l'index gauche on cumule mensonge et jalousie, nous sommes assurément dans  la mauvaise foi. 

 

 

index ancré-1.jpg
Ancrage de l'index droit, 
dévoile un individu qui éprouve des difficultés ou ne parvient plus à s'affirmer. Cet ancrage peut aussi indiquer un sentiment d'infériorité ou un sujet qui se contrôle. L'index droit est le siège symbolique de la maîtrise de soi.

 L'ancrage de l'index gauche indique une peur d'être dépossédé. C'est aussi un ancrage typique des envieux.

 

Les deux index pointés : Le chandelier  symbolise l'immaturité d'un individu resté assujetti  à ses images parentales (son surmoi). 

 

Stylo entre les doigts

Geste barrière typique chez les hommes d'influence, l'objet est alors une arme symbolique censée protéger contre les arguments de leurs détracteurs. C'est aussi l'équivalent de la baguette du chef d'orchestre, substitut de l'index autoritaire de l'homme de pouvoir.

 

Suçoter son majeur droit.

Le contact entre le doigt et la bouche est toujours significative. Mettre de l'ordre dans son esprit ou de restaurer sa confiance en soi. Le majeur est le siège symbolique de la foi et du doute.

 

Index revolver

Pointer ses deux doigts de la main droite, la personne est dans la peau du procureur. Il a besoin d'avoir raison et veut pousser son interlocuteur à le croire. Le geste serait un brin caractériel.

 

Les index amoureux ( pulpe contre pulpe) couplé avec un regard froid du regard, la personne se concentre pour contre attaquer verbalement.

 

Index sur le menton indique la suspicion d'un sujet qui cultive son scepticisme. Le geste, s'il est reproduit en permanence indique une tendance  psychorigide ou encore, ce type de posture donne l'air d'en savoir plus.

 

Le croisement des pouces

Il intervient le plus souvent au moment ou survient une angoisse, un doute, un manque de confiance en soi.

Quand le pouce gauche domine l'imagination, la créativité et l'émotion sont au premier plan et l'on est convaincu par ce que l'on ressent. Si c'est une habitude, vous êtes peu discipliné et plus individualiste, voir réfractaire à l'autorité. 

Mais si c'est le pouce droit qui domine, la cognition est au premier plan, alors nous ne sommes convaincus que par ce que nous voyons. 

 

Les pulpes des pouces jointes : Le refus

pouces.jpgP167 Ces gestes qui vous trahissent

Messinger :" Les pouces scotchés n'expriment ni désir, ni plaisir. Ils sont neutres et trahissent un individu psychorigique dans 99% des cas. C'est le genre de personnage borné et procédurier qui préfèrera au mauvais procès à un arrangement amiable. Et ne vous fiez pas à son air débonnaire. " 

La poignée de main 

 

 Elle permet de marquer une distance, par exemple entre des personnes de différents statuts, tel qu'un employé et son dirigeant. Elle trahit le tempérament de la personne qui est en face de vous. Outre la tonicité de la poignée de main, l'orientation de la main a du sens. 

 

• "La pieuvre", votre interlocuteur vous serre la main et vous prend en même temps l'avant bras. Votre interlocuteur cherche à vous dominer. Ici aucune marque de complicité, ou affection particulière, bien au contraire.

 

 "Le mollusque", votre interlocuteur vous serre la main avec mollesse et exprime ainsi son refus de s'engager. Il ne vous méprise pas, mais ne vous porte aucune importance quelconque. Vous lui êtes totalement indifférent. 

 

 "Le broyeur", votre interlocuteur veut imposer sa volonté. Il manque probablement d'assurance, et cherche à affirmer le contraire.

 

La main présentée horizontalement vers le ciel est dite "supinatrice", car elle dispose de plus de poigne de la main "pronatrice" présentée horizontalement vers le sol. En observant ce détail, il est alors plus facile de déterminer quelle est la personne en position de force face à une autre. La main présentée verticalement n'est ni dominante, ni dominée, mais égalitaire. Il n'y a donc pas de confrontation directe entre les deux personnes. 

poignee de main.jpg

 

 La main collée sur la cuisse La main gauche, collée sur la couture du pantalon, mental est figée, le geste exprime un malaise ou peut découler d'une contradiction entre sa vraie nature et la posture que l'on se sent obligé d'adopter dans une circonstance précise.

 

Ancrage de l'avant-bras 

Agripper son avant-bras droit de sa main gauche, a pour vocation de résister à la frustration. Il peut augurer une rebiffade. Ce geste peut être aussi le reflet d'un refus de s'engager.

 

 

La main ouverte La paume en avant, avec les doigts collés, trahit la rigidité, pas d'ouverture à la remise en question de ses préjugés. Le sujet redoute de se livrer entièrement. Le pouce est en érection, décollé du reste des doigts. Ce détail indique un individu fortement impliqué dans ses ambitions. Cette main ouverte est celle du politicien séducteur de masse.

 

 

Mains en prière Le geste peut à la rigueur évoquer un voeu, il peut aussi traduire une demande d'assistance muette adressée. Mais pourtant il s'agit a priori d'un geste lié à la réflexion et non à la compassion. Quand les mains se rejoignent, les aires cérébrales se mobilisent pour barrer la route aux émotions.

 

 

Repérer quelques gestes trahissant le mensonge ou de la manipulation 

 

La vie sociale implique de mentir, plus ou moins selon qu'une personne est plus ou moins "authentique" mais le mensonge est indispensable pour être adapté à la vie en collectivité, nous ne pouvons décemment pas exprimer tout ce que nous pensons ! Mais on se passerait bien de certains types de mensonges. Ou du moins, si on peut les repérer pour sa sauvegarde.... 

Mentir peut entraîner un certain stress qui peut faire apparaître des signaux dans le corps, la voix ou les mots. Normalement, on peut le sentir, mais certains sont habiles ou encore, on a tellement envie de les croire qu'on occulte les signaux. Les sentiments du cerveau limbique sont difficiles à neutraliser. Essayez de sourire sincèrement à une personne que vous n’aimez vraiment pas. C’est extrêmement difficile. Comme un sourire forcé, une fausse déclaration s’accompagne de signes non verbaux faibles ou passifs.

Voici quelques astuces pour savoir si une personne ment. Mais attention, d'une part, il y a plusieurs types de menteurs, les plus chevronnés ne réagissent pas comme les menteurs occasionnels. D'autre part, nous sommes toujours plus attentifs aux paroles, et ce faisant, nous ne sommes plus très attentifs à tout le "reste". 

 

Le geste typique du menteur :

- Se frotter le bout du nez.

- Se toucher le visage, les oreilles ou l'arrière du cou.

Un signe qui devrait surtout vous mettre en alerte lorsque la personne en face de vous semble sure d'elle. Si le geste est fait par celui qui écoute, c'est qu'il pense que l'autre ment.

 

- Fermer les deux poings en cachant les pouces

- Appuyer son index et son majeur sur ses lèvres

- Le regard qui fuit et les yeux qui clignotent de façon intempestive. Il est en effet très difficile de mentir en regardant quelqu'un droit dans les yeux. Il arrive que ce soit tout de même le cas. Il se force pour avoir l'air franc, au contraire, son regard est anormalement appuyé et les yeux du menteur auront alors tendance à vagabonder. On regarde vers la gauche lorsqu'on essaye de se souvenir, on regarde vers la droite lorsqu'on réfléchit de manière créative et enfin on regarde dans tous les sens lorsqu'on ment afin d'éviter tout contact visuel avec son interlocuteur. OU, au contraire, l'escroc notoire, pour compenser, aura tendance à vous regarder fixement, droit dans les yeux, sans cligner. 

- En cas d'émotions négatives, la pupille se contracte.

- Un menteur a aussi souvent la gorge sèche. Il se racle la gorge

- La main devant la bouche ou sur les doigts sur les lèvres, cela signifie qu'on ne dit pas tout on qu'on ne veut pas dire la vérité.

- Ses mains, bras et jambes raides ou qui se meuvent lentement peuvent être des indices pour indiquer que la personne ment.

- De même que cacher ses mains ou les occuper avec n'importe quoi. Si un proche se cure les ongles, en vous parlant, c'est peut-être un signe.

- Lorsque la main se porte à sa gorge, son buste, sa tête ou son abdomen, une zone vulnérable du corps, le sujet traduit ainsi qu'il est en mauvaise posture, il évoque un terrain sensible. 
Bouger ses pieds signifie signifie que l'on est mal à l'aise et nerveux. Que l'on veut fuir la situation. 
- Lorsqu'un menteur se sent démasqué, il devient hostile car il se retrouve sur la défensive, il essaye de renverser la situation, sa colère (que vous ayez découvert ses mensonges), l'amène à pointer du doigt d'une façon menaçante et intempestive.
 

- Les phrases douteuses : Un menteur va employer vos propres mots ou ne pas répondre directement. Se méfier aussi des phrases comme "je sais que tu ne vas pas me croire, mais...". Une personne qui ment va aussi rarement utiliser le "je". Il va aussi parler trop vite ou trop lentement. L'intonation est d'ailleurs un signe fiable, car elle n'est pas contrôlée par le cerveau. La répétition est aussi un moyen pour eux de gagner du temps car ils essayent de rassembler leurs idées, ou encore, insister pour forcer le mensonge à rentrer dans votre crane. 

 

- Trop de détails pour paraître crédible :  afin d'être le plus convaincant possible un menteur à tendance à exagérer ses mouvements mais aussi sa façon de parler et donne beaucoup de détails dans son récit. Les menteurs parlent souvent beaucoup parce qu'ils espèrent qu'avec tout leur discours et leur apparente franchise, les autres les croiront.

 

- Les micro-expressions. Soit des expressions furtives qui peuvent ne durer qu'un 20e de seconde. Au vu de la fugacité de la chose, il faut donc être très attentif, mais ces dernières seraient bien plus fiables si l'on veut connaître le fond de la pensée de l'autre. Le moment où l'on remarque cette micro-expression est aussi important, car le processus est inconscient et donc spontané. Les micro-expressions s'étalent autour des 10 émotions universelles qui sont le dégoût, la colère, la peur, la tristesse, la joie, la surprise et le mépris.

 

- Le réflexe de fuite. Bien que la personne reste bien en face de vous, il se peut qu'elle ne puisse contrôler un léger réflexe de fuite ou d'attaque qui va se trahir par un mouvement d'épaule ou de coude. Il faut donc se méfier d'un interlocuteur trop positif qui lève une épaule.

 

- Soyez plus particulièrement attentif aux changements signifiant de la posture qui pourraient indiquer la duplicité, surtout lorsqu’ils se produisent en même temps qu’un changement de sujet.

Lorsqu’une personne est malhonnête, elle a inconsciemment tendance à se voûter et à s’enfoncer dans son siège. Les gens mal à l’aise ou qui manquent de confiance en eux, dans leurs pensées ou leurs convictions, reflètent ce malaise dans leur posture, en se voûtant légèrement, voir même de manière plus prononcée en baissant la tête et en remontant les épaules jusqu’aux oreilles, typique d'une personne mal à l’aise qui essaye de se faire tout petit. C’est indubitablement une manifestation d’insécurité.

 

- Haussement d'épaule : il nous arrive tous de hausser les épaules en cas de doute, les menteurs ne le font pas de la même façon ni dans les mêmes circonstances. Le haussement d’épaules du menteur est plus rapide car celui qui manifeste ce comportement ne s’implique pas réellement dans ce qui est dit. Hausser une seule épaule ou monter les épaules presque jusqu’aux oreilles – la tête semble alors disparaître, est signe de grand malaise, parfois visible chez qui se prépare à répondre à une question par un mensonge. »

 

- Tout ce qui est surjoué est douteux de la part d'un menteur chronique. (La personne qui ment occasionnellement est au contraire sans emphase, avec des gestes discrets. Les menteurs occasionnels ne s’impliquent pas et n’ont pas confiance en ce qu’ils disent et sont hésitants). Si la personne sincère qui veut être cru peu appuyer avec véhémence ses dires dans la gestuelle, le menteur chronique en rajoute un peu trop...

 

-Supplication : Quand on a les bras tendus devant soi, paumes tournées vers le ciel. Les croyants tournent la paume des mains vers Dieu pour demander grâce. Les soldats capturés aussi, en se rendant à l’ennemi. Ce geste apparaît aussi chez ceux qui émettent une affirmation et qui veulent que vous les croyiez. Pendant une conversation ordinaire, au cours de laquelle des idées sont échangées et qu’aucune partie ne défend avec véhémence un point de vue particulier, il faut s’attendre à voir à la fois des gestes avec les paumes tournées vers le haut et vers le bas. 

Toutefois, quand une personne fait une déclaration passionnée avec assurance, du type : « Vous devez me croire, je ne l’ai pas fait », ses paumes doivent être tournées vers le sol. Si la déclaration se fait paumes tournées vers le ciel, la personne supplie d’être crue, cette déclaration peut-être suspecte. Cela pose question. Cette position n’est guère affirmative et suggère que la personne demande à être crue. Les gens honnêtes n’ont pas à implorer d’être crus ; leur déclaration est plausible en tant que telle.

 

- Manque de mouvement. Lorsque vous vous exprimez et que vous engagez une conversation normale, le corps n'est pas statique. Il effectue des mouvements légers, naturels, détendus et, pour la plupart, inconscients. Donc, si vous observez des positions rigides et dépourvues de mouvements, il s'agit souvent d'un signal que quelque chose ne va pas, si c'est une personne qui n'a pas l'habitude de mentir, rien n'est surjoué, mais plutôt contenu et tout respire le malaise. 

 

- Le front plissé Les rides expressives du front appartiennent au vocabulaire des gestes dits "de diversion". Si on y ajoute la grattouille de l'index au niveau du sourcil, surmontant un regard perdu, nous sommes en présence d'un geste tactique. Traduction : quel mensonge vais-je pouvoir lui servir ?

Les rides du front, indiquent un sujet pressé de convaincre de l'urgence de son action.

  

- La main gauche enveloppe le poing droit. Ce geste, dit "rotule gauche", la personne vous promet la lune mais ne vous prêtera même pas une longue vue pour l'apercevoir. Ce geste est caractéristique des beaux parleurs et de ceux qui veulent prendre le dessus coute que coute. 

 

 Pour en savoir plus sur  d ou-vient-le-besoin-de-mentir

 

 

Pour Messinger  la gestuelle permet une analyse poussée de notre caractère.messinger-1.jpg

 

2.jpg

3.jpg4.jpg5.jpg

Source la-gestuelle-des-politiques


 

Recevoir tout l'article en PDF

PDF vocabulaire gestuel
Prix : 3.99 €

 



02/11/2020
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2984 autres membres