creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

Pourquoi certains reculent-ils le moment de dormir ?

téléchargement (2).jpg

Cela vous concerne peut-être, ou bien vos proches, sans être insomniaques ou noctambules, certaines personnes retardent systématiquement le moment de se mettre au lit. Au moment du coucher, elles trouvent toujours mille choses à faire ou des prétextes pour différer le moment de se mettre au lit. 

L’horloge interne de certains fonctionne davantage sur vingt-cinq heures que sur vingt-quatre, expliquant une tendance à “être du soir” ou à se décaler dans le temps. L’âge influe aussi sur le rythme jour-nuit : les jeunes sont des couche-tard et lève-tard, tandis que les seniors se lèvent souvent à l’aube. 

Cela peut paraître simple pour certains, quand on a faim, on mange, quand on a sommeil on se couche...  On peut se demander pourquoi les gens manquent de faire ce qu'ils savent bon pour eux. Et il y a des explications et des solutions pour ceux qui souhaitent se coucher à une heure raisonnable, sans pour autant y parvenir. 

 

"La procrastination du sommeil"

 

Elle se définit comme le fait de ne pas réussir à aller se coucher à l'heure prévue alors qu'aucun facteur externe n'y fait obstruction, pour l'équipe de chercheurs de l'Université d'Utrecht, dans une édition récente du journal Frontiers in Psychology. Cette recherche fut récemment mise en exergue dans un article de Betsy Morais dans le New Yorker en ligne.

Si la procrastination traditionnelle vise généralement à repousser des tâches déplaisantes, la procrastination du sommeil vise à différer le sommeil qui n'est généralement pas considéré, en principe, comme quelque chose de déplaisant. Sauf si l'on considère que c'est une perte de temps...

"Nous spéculons qu'il ne s'agit pas tant d'une question de ne pas vouloir dormir, mais plutôt d'une question de ne pas vouloir arrêter d'autres activités". En d'autres termes, pour certains, Twitter, Instagram ou Facebook, est bien plus attrayant que le sommeil, même si l'inverse est aussi vrai le lendemain matin. Il y a des stratégies à adopter pour calmer cette impulsion qui vous pousse à faire défiler les nouveautés du bout de votre doigt sur votre téléphone, même sous la couette.

 

L'expérience

Les chercheurs de l'Université d'Utrecht souhaitaient découvrir les conséquences que la procrastination du sommeil pouvait avoir sur la santé. Les procrastinateurs du sommeil ont moins tendance à faire de l'exercice et à manger des légumes que les autres. Ces deux éléments sont associés à un faible self-control.

 

L'équipe de recherche, menée par Floor Kroese, a interrogé 177 personnes sur le Mechanical Turk d'Amazon pour définir ce qu'est la procrastination du sommeil et qui y est le plus sujet. Ils ont demandé aux participants de noter, sur une échelle de 1 (presque jamais) à 5 (presque toujours) dans quelle mesure les affirmations suivantes leur étaient applicables ("R" signifie que ce n'est pas une affirmation typique d'un procrastinateur du sommeil).

  1. Je me couche plus tard que prévu.
  2. Je me couche tôt si je dois me lever tôt le lendemain matin. (R)
  3. S'il est l'heure de d'éteindre la lumière, je le fais immédiatement. (R)
  4. Je suis souvent occupé à faire autre chose quand il est l'heure de me coucher.
  5. Je me laisse facilement distraire par autre chose quand je veux, en réalité, aller me coucher.
  6. Je ne me couche pas à l'heure.
  7. Je me suis fixé une heure de coucher que je respecte. (R)
  8. Je veux me coucher à l'heure prévue mais je ne le fais pas.
  9. Je peux facilement arrêter ce que je suis en train de faire quand il est l'heure de me coucher

 

 

Différentes causes possibles 

 

Certains souffrent d'un problème biologique appelé le retard de phase, une pathologie du sommeil. Dans ce cas, il est possible de consultez un centre spécialisé pour faire analyser vos cycles. Une resynchronisation grâce à la luminothérapie pourra par exemple être envisagée. Mais il est possible d'essayer de corriger le tire en passant assez de temps à la lumière naturelle ou bien investir dans une lampe lumière du jour (luminothérapie). 

 

Ceux qui refusent d'écouter leur corps et nient ses manifestations de fatigue sont parfois dans le cercle vicieux de "l’agir”, encouragé par la technologie moderne. Et fuit le "rien faire" d'autant que les écrans et téléphones stimulent sans cesse notre attention et procure de la dopamine, ce stimulant auquel nous devenons accros. 

 

Mais pour d’autres,  le soir est un moment de répit  après une journée éprouvant ou anxiogène.  Ils ont besoin d’un moment récréatif pour se distraire des contraintes professionnelles et familiales. Incapables de trouver dans la journée, un moment pour être véritablement en accord avec leur désir et aspirations personnelles, se sentir vivre pour soi... Ils se rattrapent alors quand tout le monde dort et que la nuit leur appartient et ressente un sentiment de transgression jubilatoire

 

Pour les enfants, c'est clair, le moment d'aller se coucher, est le moment de se "séparer". D'où la résistance. Mais pour les adultes, l’instant du coucher peut aussi être douloureux en terme de moment de coupure, de séparation. 

Psychologiquement, l’angoisse liée à l’endormissement ou à la nuit est bien souvent une peur de l’oubli, la peur d’être abandonné, de s’abandonner, de perdre le contrôle…  Autant de métaphores de la mort qui nous habitent tous mais sont plus présentes chez certains ou à certaines périodes plus difficiles émotionnellement qui réactivent nos vieilles angoisses. Bien des circonstances réveillent des trauma passés, mémoire de souffrances anciennes, des peurs enfantines qui n’ont pas été suffisamment dépassées, apaisées ou reconnues. Ces traumatismes peuvent être plus ou moins violents, des violences ou pressions ou événements subis ou entendues pendant la nuit ; même anodin mais qui a été très mal vécu, comme un abandon, un oubli, une indifférence. Parfois un sentiment de manque anxieux diffus perdure et devient plus vif au moment de se coucher.

 

Si vous ne parvenez pas à vous coucher à une heure décente, et que vous manquez de sommeil, il est impératif de trouver des solutions.  

Le manque de sommeil provoque stress, découragement aisé, on se sent plus facilement submergé, moins optimiste, énervée, à fleur de peau. La privation de sommeil attise les tensions, les réactions

démesurées, fausse le jugement et altère nos capacités de raisonnement, de concentration.

Le sommeil joue un rôle important dans la consolidation des souvenirs et des apprentissages potentialisant ainsi nos actions.

Des astuces simples peuvent aider. 

 

Une bonne nuit se prépare en amont, sous forme de routine, afin de donner le signal du coucher au cerveau : baisser son niveau d’activité, réduire le bruit, la luminosité, la température, etc. A savoir la lumière rouge favorise la montée de l'hormone du sommeil, la mélatonine. 

 

 

Pour anticiper, mieux vaut prévenir que guérir bien-sûr.

 

Déjà, être attentif aux signes pour ne pas rater le train du sommeil.  Outre les bâillements et le picotement dans les yeux, la difficulté à vous concentrer,  la sensation de faim pour car le corps à besoin de carburant pour tenir. Ne cédez pas, car la digestion entrave le sommeil, allez plutôt vous coucher. Trompez éventuellement la faim avec une boisson chaude, une tisane. 

 

Organisez une coupure entre la journée active en mode "sympathique" (système nerveux central) et passer en mode parasympathique. Trouvez quelque chose qui vous détend, un bon bain chaud par exemple. Marcher dix minutes, lire quelques pages ou écrire un journal. Veillez à ne pas dîner tard. Et rééquilibrer votre alimentation si nécessaire, il est bien évident que trop de sucre par exemple, stimule et dissuade de dormir. Certains manque en vitamines ou oligo-éléments est aussi préjudiciable à l'endormissement et à la qualité du sommeil. 

 

Mettez en place des stratégies, demandez à une personne qui vit avec vous de vous inciter à vous coucher en même temps qu'elle. Mettez une alarme à l'heure limite que vous aurez décidé. Compter 30 mn avant, afin de vous préparer à dormir. Programmez une minuterie sur votre ordinateur ou la TV, qui s'éteindra toute seule. Cela peut suffire comme déclic à vous faire agir ou "lâcher". Interdisez vous le téléphone sur la table de nuit, d'autant que s'il n'est pas en mode avion, les ondes vous sont défavorables. 

 

Ce qui favorise la procrastination du sommeil :

 

Avoir été peu productif dans la journée

Fin de journée et début de soirée sont des moments propices à dresser le bilan, les portes d’entrée à la culpabilité lorsque ce bilan n'est pas positif ou à la hauteur de nos aspirations.

C'est d'ailleurs un cercle vicieux si la fatigue engendrée par le manque de sommeil impacte négativement la productivité de la journée. 

 

Procrastiner par fatigue

Ne pas parvenir à "quitter" le canapé, la table ou l'écran d’ordinateur pour aller se coucher. Il est impératif de reprendre les choses en main pour ne pas glisser vers un pente dangereuse... 

 

Avoir du mal à lâcher une activité qui nous fait plaisir ou un projet motivant

Une idée que l’on a envie de creuser peut nous faire reculer l’heure du coucher. S'il n'y a pas de dead line impérieuse, mieux vaut s'astreindre à  avancer autant que possible dans le temps imparti sans empiéter sur le temps de sommeil.

Noter toutes les pistes et idées à explorer pour ne rien en perdre et retrouver l'état d’esprit du moment lorsque l'on va se remettre au travail sans avoir peur d’oublier quelque chose et se coucher serein.

Sources 

www.journaldunet.com

 

www.psychologies.com

 

 

lejournaldesaxe.com

 

Phyto ashwagandha PT.jpg
Les autres fiches phyto

présentation Agenda 21 copie.jpg

0000 ttes.jpg

 

Frais d'envoie inclus pour la France

 

 

Agenda HE 2021
Prix : 32.70 €
Stock : 18

 

  Agenda 2021 - 52 fiches HE Bonne idée cadeau

 



28/11/2020
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3069 autres membres