creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

Les bienfaits de l'oméga 3

omega3.png

Les bienfaits de l'oméga 3 sur le corps et pour lutter contre les maladies

 

Les oméga-3 sont très à la mode ces dernières années, et pour cause, ils sont très bénéfiques pour le corps. Ils ont des pouvoirs incroyables sur le bien-être physique et moral, ils aident à lutter contre une multitude de maladies.

 

Les oméga-3 sont de bons gras dits «essentiels », ce qui signifie que notre corps ne peut les fabriquer lui-même. On doit alors s’en approvisionner via l’alimentation. Ainsi, on en trouve dans les poissons gras tels que le saumon, hareng, maquereau, sardine, thon, truite, mais aussi dans les huiles végétales : de lin, de canola, de noix, les noix de Grenoble, le soya, les graines : de lin, de chanvre, de chia. On recommande de prendre deux ou trois repas de poisson, préférablement gras, par semaine pour avoir la dose nécessaire.

 

En outre, ils ont démontré leur efficacité dans la prévention et le traitement de certaines maladies cardiaques-vasculaires, en effet, ils protègent le cœur des palpitations, de la tachycardie, ils régulent le flux sanguins.

Mais indéniablement leurs effets positifs sur notre état de santé sont très nombreux, voici quelques exemples de leurs considérables apports :

 

  • Régularisation de l’hypertension

  • Ralentissement de la maladie d’Alzheimer

  • Soulagement de la polyarthrite rhumatoïde et ses douleurs

  • Lutte contre les maladies inflammatoires et les douleurs musculaires

  • Renforcement du système immunitaires

  • Combattent le poids, l’obésité, le mauvais cholestérol et réduction du taux des lipides sanguins

  • Prévention du diabète

  • Fortification du système nerveux

  • Lutte contre la dépression et ainsi favorisent la bonne humeur

  • Meilleure résistance au stress

  • Amélioration de la concentration et de la mémoire

  • Amélioration de l’état de la peau, des ongles et des cheveux plus sains : l’Oméga 3 aide à lutter contre le psoriasis, l’eczéma, démangeaisons, urticaire, acné, peau sèche

 

Il est donc très important de pouvoir compter sur des produits naturels qui peuvent donner au corps un apport calibré et correct d'acides gras et d'oméga 3.

Si l’apport alimentaire de ces bons gras n’est pas suffisant, il est possible de se tourner vers des suppléments d’oméga-3 afin de préserver une bonne santé générale, un petit coup de pouce indispensable aux personnes actives, quand bien même elles ont une alimentation saine. Vous trouverez facilement des compléments en parapharmacie et sur certains sites en ligne comme glucosamine qui offre une large gamme de produits Oméga 3 qui vous aideront à vous sentir Mieux.

 

Marine Georges pour Créer Son Bien-être

 

Il existe des oméga-3 d'origine végétale, d'autres d'origine marine. Les premiers sont présents dans les huiles de colza, de noix ou de soja. Les oméga-3 d'origine marine sont présents dans le poisson, en particulier dans les poissons gras tels que le maquereau, le hareng, le saumon ou la sardine. 

Le foie humain sait fabriquer l’EPA et le DHA à partir de l’acide alpha-linolénique qui se trouve aussi dans l’alimentation, mais cette production est insuffisante. Il faut donc aussi se procurer ces acides gras directement préformés, dans les poissons, les crustacés, les coquillages ou les œufs de poules nourries aux graines de lin.

 

Sources 

- Les huiles d’origine végétale : colza (le plus riche et le moins cher), noix, lin
- La mâche (240mg/100g), la salade, les épinards
- Le lapin, l’oie, le cheval, le gibier sauvage ou les escargots

 

- Les poissons et les fruits de mer, en particulier les sardines, les harengs et les maquereaux, les saumons
- Les poissons des mers froides

La teneur varie en fonction de l’origine, de l’espèce et de la saison.
Pour les poissons d’élevage (saumon par exemple), tout comme les œufs les poules, tout dépend de l’alimentation, des poissons ou de la poule. La teneur en oméga 3 peut ainsi varier de 1 à 40 !

Il faut consommer des poissons gras plusieurs fois par semaine pour augmenter les apports en EPA/DHA. D’après l’AFSSA, la consommation de poisson ayant une faible teneur en mercure, au mois 2 fois par semaine et la consommation d’huile de colza sont de bons moyens pour parvenir à un rééquilibrage des apports en acides gras oméga 3.

 

- Les œufs : le jaune exclusivement et il faut que la poule ait été nourrie avec des herbes sauvages ou des graines de lin pour que la teneur en oméga-3 dans l’œuf soit importante
- Le lait de vache et le beurre mais cela dépend encore de l’alimentation de la vache.

 

les produits les plus riches :

omega3-2.png

Source : www.guerir.org

 

De nos jours, les aliments les plus consommés sont les plus mauvais pour la santé.

 

Le gras est diabolisé, pourtant il est indispensable à la santé de nos cellules et le bon fonctionnement de notre intellect.

 

L'alimentation primaire humaine, avant l'introduction massive des céréales conséquence de l’agriculture intensive, était très riche en acides gras saturés.

 

Les dernières tribus ayant conservé un mode de vie traditionnel mangent très gras et pourtant,

ils ont un très faibles taux de décès pour cause de maladie cardiovasculaire :

massai-les-guerriers-de-la-pluie.jpg

 

inuit_family.jpg

 

tokelau_people_266edit.jpg

 

Les Massaïs,  ethnie semi-nomade du Kenya, les Tokelauiens, situés dans un archipel du Pacifique

dépendant de la Nouvelle-Zélande, qui se nourrissent de noix de coco et de poisson , les Inuits (Esquimaux)

de l'Arctique qui, jusqu'à récemment, mangeaient essentiellement de la graisse de phoque, de morse,

de baleine, des poissons gras, qui contiennent une forte proportion de graisses saturées.

 

allaitement-bebe.jpg

 

Le lait maternel humain est naturellement extrêmement riche  en graisses

( 54 % d'acides gras saturés). Ce taux de gras est pourtant très sain !

 

- En 2010, une très importante étude, portant sur plus de 347 000 personnes, n'a constaté aucun lien entre la consommation de graisses saturées et le risque d'infarctus, d'attaque cérébrale (AVC) ou d'autres maladies cardiovasculaires. (1)

 

- Une autre étude publiée en 2010 dans la revue médicale American Journal of Clinical Nutrition, a montré que les personnes qui souhaitent diminuer leur risque cardiovasculaire ne doivent pas diminuer leur consommation de graisses mais plutôt réduire celle de glucides, dont les féculents et l'amidon (et donc le pain, les pâtes, les céréales, y compris complètes). (2) Les personnes qui diminuent leur consommation de graisses saturées, et les remplacent par des glucides raffinés (pain blanc, pâtes, pomme de terre) augmentent leur résistance à l'insuline, leurs problèmes d'obésité, leur dyslipidémie (niveau anormal de lipides dans le sang), leur niveau de triglycéride et de cholestérol.

 

 

 

Depuis les années 60,  nous sommes conduit à manger plus de glucides surtout des céréales et qui sont raffinés de ce fait font office de sucre rapide !!! et moins de graisses, est responsable d'une telle hausse de l'obésité, du diabète et des maladies cardiaques qu'il est devenu presque impossible pour nos contemporains de se souvenir que, il y a seulement un siècle, moins d'une personne sur cent était obèse (y compris aux Etats-Unis !) et les maladies coronariennes étaient pratiquement inconnues.

 

 

Source  cheminsdelasante.canalblog.com

 

 

 



01/07/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5397 autres membres