creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

ARNICA MONTANA

arnica montana.jpg

Toute la plante (famille des composées) fraîche est utilisée pour préparer la Teinture-mère, laquelle peut être utilisée en usage externe, en compresses par exemple et diluée dans de l’eau, pour aider à résorber une entorse ou une contusion de l’œil – s’il n’y a ni déchirure ni plaie : une vingtaine de gouttes dans de l’eau bouillie refroidie.

ARNICA produit, lors de son expérimentation des états tout à fait semblables à ceux provoquée par un traumatisme, notamment l'extravasation sanguine, Il altère l'état capillaire de telle sorte que le sang peut suinter à travers leurs parois, provoquant des ecchymoses. Ce sera donc le premier remède indiqué des meurtrissures, des contusions, dans divers traumatismes et pour leurs conséquences. Mais il sera également le remède de tous les états présentant les symptômes habituellement provoquée par une meurtrissure ou par un traumatisme. C'est de cette façon qu'il faut appliquer la connaissance du principe de Similitude.

C’est le grand remède des traumatismes, qu’ils soient physiques (suite de coups, contusions, chute, hémorragie traumatique, fatigue et surmenage musculaire) ou psychiques (suite de peur, de chagrin, de surmenage – dans ce cas, une dilution haute sera nécessaire). Sensation générale ou localisée de brisure, de courbature, d’endolorissement. Agitation très caractéristique : la sensation de meurtrissure est telle qu’on ne peut trouver une bonne place.

 

EN AIGU

- Les suites immédiates de traumatismes fermés : hémorragies et infections. Premier remède à prescrire en cas de traumatisme, surtout si état de choc, ou sensation de courbature[1], avec ou sans agitation.

D’autres remèdes peuvent être préférés dans les cas de traumatismes : Bellis perennis, par exemple, et Calendula ; China et Ipeca (pour ce qui concerne les hémorragies).

- la fatigue musculaire[2] (courbature après un effort prolongé). Penser à la prévention, comme précisé en note. Utile aussi pour préparer l’accouchement – ou une opération.

- Suites opératoires.

- Hémorragies de petite et moyenne abondance.

- Les suites d’un choc moral, quand elles s’accompagnent d’asthénie et d’endolorissement.

- les états infectieux et toxi-infectieux, avec comme symptômes caractéristiques : tête chaude et rouge, (mais le nez et le reste du corps sont froids) ; courbature généralisée, adynamie et agitation, avec frissons et soif vive.

Là encore, d’autres remèdes peuvent être préférés : Pyrogenium, Baptisia, Rhus toxicodendron – que nous étudierons ultérieurement.

- épuisement nerveux qui peut générer de l’insomnie ou de la fatigue cardiaque.

 

EN CHRONIQUE

- Les suites éloignées et chroniques de traumatismes, physiques ou psychiques, même anciens. Pour les suites de traumatismes crâniens, toujours penser à Natrum sulfuricum[3].

- Les affections cardio-vasculaires : hypertrophie cardiaque consécutive à un surmenage physique : sensation de striction ou de piqûre dans la région cardiaque. Possibilité d’hypertension artérielle.

- Manifestations congestives : céphalées battantes, bourdonnement d’oreilles quand ils s’accompagnent de l’asthénie et de l’endolorissement spécifiques. Belladonna a des symptômes voisins.

- Hémorragies, soit veineuses : épistaxis, hémoptysie, hématurie ; soit capillaires : ecchymoses spontanées, pétéchies[4].

- Affections de l’appareil digestif, avec l’odeur putride, repoussante de l’haleine, caractéristique.

 

Aggravations

- par le moindre contact

- par le mouvement

- par la fatigue physiquement

- par le repos, couché sur le côté gauche

- par le froid humide.

 

Améliorations

- par les applications chaudes

- en étant couché la tête basse.

 

Exemples de prescriptions :

Un enfant est tombé, petit bobo sans aucune gravité, donner ARNICA en 5 CH : deux granules, à répéter en espaçant les prises, surtout dès qu’il y a amélioration. Une dizaine de prises (étalées sur deux jours environ) devrait suffire.

Un choc un peu plus important, une douleur un peu plus marquée, une fatigue qui n’est pas chronique : même posologie, mais en 7 CH.

Une fracture – ou pour préparer une opération, un accouchement, au moins un quart de dose en 9 CH. L’idéal pour préparer une opération ou un accouchement (on sait que les muscles vont être fortement sollicités), procéder en « échelle » : quatre jours avant : un quart de dose en 7 CH ; 3 jours avant, un quart de dose en 9 CH ; deux jours avant, un quart de dose en 12 CH et la veille un quart de dose en 15 CH.

Pour éviter d’acheter 4 doses, on peut aussi diluer la dose de 9 CH dans 3/4 ou un litre d’eau. On se donne sur trois jours pour boire cette quantité. Chaque fois qu’on va prendre une gorgée, agiter vigoureusement la bouteille.

Lorsque le psychisme est touché, par exemple, après avoir évité de justesse un accident ou après en avoir vu un, lorsqu’on est profondément ébranlé:l commencer par du 15 CH un soir, le soir suivant prendre du 30 CH.

 

[1]En prévention, très efficace lorsqu’on est resté longtemps, soit inactif, soit à pratiquer des activités peu intenses et que l’on sait que l’on va faire, par exemple, une longue randonnée en montagne ou que l’on va reprendre un sport assez intensif : un ou deux jours avant, prendre, loin des repas (au moins 20 mn avant ou après) un quart d’une dose d’ARNICA en 15 CH et laisser fondre sous la langue. Inutile de répéter. Conserver le reste de la dose (on peut dépasser allègrement la DLU : aucun risque. Seulement lorsque les granules ou globules jaunissent, ils ne seront plus efficaces. Aucune possibilité d’intoxication, c’est de la saccharose...

[2]Y compris fatigue des cordes vocales ! Quand on a trop parlé, trop « fatigué » nos muscles de la voix, pour un chanteur par exemple, ou un professeur.... Y compris aussi pour une toux sèche, spasmodique qui épuise !

[3]Pour quelqu’un, comme ce fut mon cas, qui a l’impression de « porter le monde sur son dos » (Atlas), mon homéopathe prescrivait un quart de dose en 30 CH, un soir au coucher. Ne pas répéter. Conserver le reste de la dose.

[4]D’autres remèdes peuvent être choisis en cas d’hémorragies veineuses : Lachesis, crotalus horridus, Hamamelis.

 

 

Article réalisé par Yin Yang

Fiche réalisée par Sophie

 

 

VOIR toutes les fiches-homeopathie



14/12/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2472 autres membres