creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

Artemisia, MTC, covid, cancer

artemisia-1.jpg

 

Cette plante possède un incroyable potentiel thérapeutique offert par la Nature et mérite une place d’honneur dans votre jardin !

 

Je vous suggère expressément de visionner cette vidéo 

 

Artémis est la déesse la plus réputée de la Grèce. Dans l’une de ses formes originelles, elle est une déesse de l’agriculture en Arcadie et elle y devient aussi la déesse de la vie sauvage et de la chasse. Son frère jumeau est Apollon. Artémis est vierge et liée à nul homme : sa mission est de protéger les femmes et la vie sauvage.

Artémis est la déesse des païens et la Mère des sorcières; c'est la femme sauvage qui court avec les loups, elle est la déesse de la Lune, elle est la Mère de toutes les créatures, elle est la chasseresse, la sage-femme, elle est celle qui guérit par les plantes. Cela pourrait sembler une incohérence qu’elle soit la déesse de la vie tout autant que de la mort. Mais Artémis est une déesse/shamane : c’est elle qui confère à Chiron, le Centaure — un thérapeute et enseignant réputé — le coffre de médecine contenant les espèces d’Armoises médicinales et magiques. Et tout shaman qui sait guérir, sait occire.

Extrait de «Artemisia : Déesse des Païens et Mère des Sorcières » du blog Xochipelli.fr

 

Sur le site Kokopelli, pour ceux qui ne connaissent pas, ce sont les gardiens des semences anciennes,  on y vente ses vertus thérapeutiques, tout en dénonçant le scandale des traitements “modernes” peu efficaces, très onéreux, donc lucratif au détriment de la sécurité sociale, parfois dangereux pour la santé, imposés par le Cartel pharmaceutique et par l’Organisation des Menteurs de la Santé (je cite). Toujours sur le cite : Ces derniers tentent, depuis des décennies, de déposséder les populations de leurs médecines traditionnelles trop efficaces et pas assez rentables si tout le monde peut cultiver ses médicament dans son jardin.

La Maison de l’Artémisia*, luttent déjà, depuis quelques années pour que les propriétés de l'Artémisia soient reconnues. 

L'invité de Thierry dans la vidéo, nous apprend même que les graines que l'ont trouve en magasin seraient modifiées pour que cette plante ne puisse être cultivée tant elle est dangereuse pour les profits de big pharma ! Mais rassurez-vous, on en trouve sur le site kokopelli et elles germent je vous le garanti, j'ai planté mes graines.  

 

Connue depuis l'Antiquité. Les Gaulois la nommaient « ponema », mais son nom d'origine latine vient du nom de la déesse Artémis. Son nom poétique :  “Fée Verte”

 

la-plante-medicinale-artimisia-est-connue-en-afrique-depuis-la-nuit-des-temps

 

Plante médicinale très puissante, elle se subdivise en  200 espèces connues dont l’armoise commune (Artemisia vulgaris), l’estragon (Artemisia dracunculus), le génépi (Artemisia genipi), l’absinthe (Artemisia absinthium), etc. – toutes espèces reconnues pour leurs très nombreux pouvoirs de guérisons.

Elles ont longtemps été utilisées pour leurs vertus médicinales notamment dans les troubles gastriques et dans les rituels traditionnels. Elles servent aussi comme fongicide et insectifuge. Ce sont des plantes adaptées aux climats secs.

 

 Artemisia annua, communément utilisée pour guérir efficacement le paludisme (tout comme la chloroquine) la maladie infectieuse la plus mortelle de la planète – et la plus rentable pour big pharma.  mais cette plante est également précieuse dans le traitement de nombreuses maladies infectieuses et même certains cancers.

 

La fonction peroxyde de la molécule d'artémisine d'Artemisia annua réagit avec les ions Fer en libérant un radical Oxygène libre extrêmement oxydant et fatal pour les cellule riches en Fer. Ce qui explique la destruction des parasites du sang (Plasmodium falciparum) ou leur forte inhibition ainsi que la destruction des cellules tumorales (cancer du poumon).D'autres substances contenues dans la plante entière agissent en synergie pour une efficacité supérieure, il s'agit en fait d'une multi-thérapie.

  • Artemisia Annua améliore considérablement l'ensemble du système intestinal et stimule l'appétit.
  •  La compréhension exacte des effets anti infectieux  puissants n'est pas complètement élucidé, mais les propriétés de la plante semblent attaquer les membranes des mitochondries du paludisme par exemple. Cette plante peut soulager l'infection par levure. Les infections aux levures sont communes en Occident. Environ 70% des humains les subissent à un certain moment de leur vie.
  • Elle élimine les parasites.
  • Elle élimine les cellules cancéreuses selon une étude selon laquelle l'artémisinine cible les cellules cancéreuses, surtout lorsqu'elle est liée au fer. Les cellules cancéreuses aiment le fer et donc ingèrent le mélange fer-artémisinine. Lorsqu'elle est lié au fer, l'artémisinine est 34 000 fois plus efficace pour tuer les cellules cancéreuses! Et selon des études publiées dans des revues comme Life Sciences, Cancer Letters et Anticancer Drugs , l'artémisinine peut tuer les cellules cancéreuses à raison de 12 000 cellules cancéreuses pour chaque cellule saine. L'extrait de feuilles d'Artemisia Annua a des activités antioxydantes puissantes et une cytotoxicité vis-à-vis des cellules de leucémie.

 

 

 L’armoise annuelle est une plante glabre originaire de Chine et naturalisée en Europe. Ses feuilles très divisées contiennent des substances actives efficaces pour lutter contre le paludisme et le cancer. Elle offre des tiges très ramifiées de 30 à 100 cm, pouvant atteindre plus de 3 m en culture.

 

Grande absinthe, Artemisia frigida - anciennement utilisée par les peuples amérindiens - Connue depuis l'Antiquité, l'Absinthe possède des propriétés tonifiantes, antiparasitaires, stomachiques, et anti-nauséeuses. En usage externe, elle est antiseptique. S’utilise en purin comme insectifuge et fongicide.

Réputée dans la Médecine Mongole. Cette espèce est originaire de divers continents. Aux USA, elle était utilisée par les Peuples Zuni, Cree, Blackfoot, Tewa, pour traiter les refroidissements, les gastrites, les blessures, les parasites intestinaux, etc. 

 

Artemisia ludoviciana 

Cette espèce peut atteindre 1 m de hauteur et produit une abondance de tiges aux feuilles vert-gris offrant un parfum très aromatique ainsi qu’une saveur amère et sucrée. Les fleurs sont tubulaires et jaunes.

Les jeunes pousses tendres et sucrées peuvent être utilisées dans des salades ou dans des apéritifs.

Utilisée par les Amérindiens à des fins médicinales et rituelles. Les premiers colons s’en servaient d’encens. À haute dose elle présente un caractère toxique. Ses propriétés sont multiples: tonique, fébrifuge, antispasmodique, vermifuge et stomachique. En infusion, elle régularise le cycle des menstruations à la ménopause et elle soigne les infections urinaires. Placée dans les chaussures, elle aurait comme vertu de diminuer la fatigue pendant la marche. Elle peut aussi être utilisée en cas d’épilepsie. En médecine chinoise, elle est utilisée pour fabriquer les moxas, des bâtonnets d'armoise séchée que l'on fait brûler à proximité des points des méridiens pour les chauffer. Ce principe est une alternative à l'acupuncture et l'acupression.

 

Artemisia scoparia

 Cette espèce d'Artemisia, nommée dans la pharmacopée Chinoise “Yin Chen Hao”, est associée avec les méridiens du foie, de l’estomac, de la rate/pancréas et de la vésicule biliaire. C’est l’un des remèdes les plus antiques pour lutter contre les jaunisses. Elle est utilisée traditionnellement comme antioxydant et pour soigner le cancer et la malaria.

Elle est utilisée pour traiter la cyrrhose du foie, les hépatites virales et la cholcystite ainsi que des problèmes dermatologiques (en particulier les champignons de main et de pied) et des fièvres. Elle favorise la sécrétion de la bile et la régénération des cellules du foie. Le dosage quotidien prescrit est de 10 à 30 grammes. Elle est utilisée traditionnellement comme anti-oxydant et pour soigner le cancer et la malaria. Elle possède, également, des qualités diurétiques, antiseptiques, vasodilatatrices, anti-hyperlipidémiques, anti-hypertensives et anti-inflammatoires. Elle est utilisée, également, dans le traitement des inflammations de la vésicule biliaire et des pathologies rénales. Elle possède une action anti-bactérienne à l’encontre de : Staphylococcus aureus, Streptococci, Bacillus dysenteriae, Bacillus typhi, Bacillus subtilis, Pneumococci, Corynebacterium diphtheriae, Mycobacterium tuberculosis, Pseudomona eaeruginosa et Diplococcus meningitidis. Une étude récente, publiée en 2017, met en valeur ses qualités résolument anti-cancéreuses. Une étude récente, publiée en 2019 au Pakistan, met en exergue son utilisation médicinale à l’encontre de la leishmaniose. Elle possède également des qualités anti-obésité. Elle est biologiquement active à l’encontre des insectes Callosobruchus maculates et Sitophilus zeamais.

 

 

Artemisia princeps - 
Armoise Japonaise / Kui Hao

Cette Armoise vivace peut dépasser un mètre de hauteur. Elle est appelée au Japon Yomogi, Kui-hao et Ssuk. C'est l'une des sources des moxas tout en étant une plante condimentaire et purificatrice car ses feuilles peuvent être utilisées en encens. C'est également une espèce aux vertus médicinales.En médecine traditionnelle chinoise, cette plante est l''Armoise (Artemisia vulgaris) est une analogue de l'Absinthe (Artemisia absinthum). Ainsi présente-t-elle à forte dose un caractère toxique.

Plusieurs propriétés lui sont reconnues: toniquefébrifugeantispasmodiquevermifuge et stomachique. En infusion, elle régularise le cycle des menstruations à la ménopause. On l'utilise aussi pour soigner les infections urinaires.

Mise dans les chaussures, cette plante aurait comme vertu de diminuer la fatigue pendant la marche. Avant, on l'utilisait pour aromatiser la bière et pour farcir la dinde. Elle a un goût amer et sucré, ce qui se ressent en mangeant la viande ou en buvant le lait des animaux qui les mangent. Ces plantes peuvent aussi être utilisées en cas d’épilepsie. Ses jeunes pousses sont tendres et sucrées et peuvent être utilisées dans des salades ou dans des apéritifs

En médecine chinoise, on l'utilise pour faire des moxas : bâtonnets d'armoise séchée que l'on fait brûler à proximité des points des méridiens pour les chauffer. Ce principe est utilisé en moxibustion et est une alternative à l'acupuncture et l'acupression.

 

moxa.jpg

Baton de moxa, c'est de l'Armoise qui se consume. 

Voir  indications-pour-la-moxibustion

 

 

 

L’utilisation médicinale de l’Artemisia annua a été bien établie dans la pharmacopée Chinoise, depuis 168 avant notre ère, et a obtenu une place importante parmi les thérapies à base de plantes.

Les premières traces de l’utilisation de l’Armoise annuelle, appelée Gin Ghao, furent découvertes dans une tombe de la dynastie Han où un manuscrit, datant de 168 avant notre ère, expose son utilisation pour guérir une cinquantaine de maladies. Elle fut mentionnée pour la première fois dans le traitement des fièvres dans “Le traité de prescriptions urgentes”, de Ge Hong, en 340.

Depuis des millénaires, les villageois chinois l’utilisent même, contre les moustiques, l’Artemisia annua en fumigation !

C’est à la suite des ravages du paludisme dans les rangs de soldats Viêt-cong que Mao Tse Tung a mis en route en 1967, en pleine révolution culturelle, un programme secret de recherche sur le traitement du paludisme, fondé sur l’étude des traitements de la médecine traditionnelle chinoise.

L’Académie de Médecine Traditionnelle Chinoise a confié cette recherche à l’un de ses membres, Tu Youyou, jeune pharmacienne, dont le nom est resté totalement ignoré jusque récemment, qui fût à l’origine de la découverte “officielle” de l’efficacité de l’artémisinine contre la malaria. Ce n’est que 9 ans plus tard, en 1981, que l’artémisinine devient connue dans le monde entier lors du IV° congrès du Groupe de travail scientifique sur la chimiothérapie du paludisme. Elle suscite l’intérêt des grandes firmes pharmaceutiques qui se mettent à fabriquer des dérivés semi-synthétiques (entre autres, à base de levure chimérique qui n’ont plus le moindre lien avec l’artémisinine “naturelle”) et déploient sur le marché, en 1986, les premiers médicaments qui n’ont eu de révolutionnaire que leur coût.

C’est cette artémisinine qui va focaliser toutes les attentions, les actions, les finances et très rapidement les résistances, car les parasites mutent et s’adaptent instantanément à la monothérapie à base d’artémisinine relayant les traitements au rang de mauvaise blague… En 2002, l’OMS incite ainsi à l’utilisation de molécules synthétiques combinées : Artemisinin-based Combination Therapy (ACT). Les ACT sont aujourd’hui encore les seuls traitements médicamenteux recommandés par l’institution pour lutter contre le paludisme, malgré un prix très couteux, alors qu’il touche principalement des populations pauvres qui ne peuvent pas se permettre d’acheter ces traitements, d’une efficacité toute relative, auprès du cartel pharmaceutique.

Une étude publiée en avril 2017 par une équipe internationale menée par Pamela Weathers a triomphalement annoncé la guérison de 18 patients soignés avec des tablettes de plantes sèches d’Artemisia annua, correspondant à une dose quotidienne de 50 mg d’artémisinine. Ces 18 patients Congolais ne pouvaient plus être soignés par la médecine conventionnelle de par la résistance du parasite aux remèdes ACT.

Pamella Weathers conclut, de toutes ces découvertes et succès, que c’est la multitude de molécules présentes dans les feuilles sèches d’Artemisia annua qui dynamise l’absorption de l’artémisinine par le flux sanguin mais, également, qui amplifie son activité antipaludique et explique la difficulté de Plasmodium falciparum, le parasite responsable de la maladie, à créer une résistance contre cette plante.

 

 De nombreuses études récentes révèlent également les actions biologiques de l’Artémisia pour guérir diverses maladies. C’est une source importante en phytoconstituants actifs et plus particulièrement l’une de quelques sources en artémisinine et de nombreuses recherches se concentrent même sur ses effets anticancéreux et antiviraux : notamment pour la lutte contre le VIH.

En plus de ses très nombreuses applications dans le traitement de maladies infectieuses graves elle est;

répulsive, digestive, cicatrisante, antipyrétique, anticancéreuse, antifongique, antioxydante, anti-inflammatoire, antiparasitaire et même abortive.

 

Il existe de nombreuses études, in vitro et in vivo, menées par une équipe de Washington et dirigées par le Pr Singh, montrant que l’artémisinine possède un effet thérapeutique efficace contre différents types de cancer. Son équipe a commencé à l’utiliser sur des malades en privilégiant de faibles doses sur des durées assez longues. Des réductions des tumeurs de l’ordre de 40 à 45 % ont ainsi été obtenues.

L’Artemisia annua est composée d’une multitude de molécules, autres que l’artémisinine, et il est raisonnable de s’attendre à ce que les feuilles sèches procurent un effet thérapeutique puissant. C’est l’étude que le Pr Pamela Weathers a menée sur des cellules d’un type de cancer du poumon (non-small-cell long cancer). Son équipe démontre l’efficacité de la plante dans tous les tests, induisant même une réduction de 50 % des tumeurs.

De plus, la plante est riche en polyphénols, connus pour être des substances aux propriétés antioxydantes puissantes, luttant ainsi contre les maladies cardio-vasculaires, contre les cancers et également contre l’ostéoporose.

 

Ici les graines de plusieurs espèces

Kkopelli

 

Video et plus de détails sur ce lien etapes-culturales-de-lartemisia

 

arte-1.jpg

 

Merci de partager l'article

 

DON
Prix : 2.60 €

 



23/05/2020
11 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2875 autres membres