creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

Associations et gestion des groupes d'aliments pour préserver sa santé

digestion.jpg

faire son storybord sur www.storyboardthat.com

 

Vous connaissez le vieil adage selon lequel on creuse sa tombe avec sa fourchette... 

 

 

On a tendance à manger plus par plaisir que dans le but de prendre soin de son corps, pourtant, Le rôle principal de l'alimentation est d'apporter tous les éléments nécessaires au fonctionnement de l'organisme. Les aliments passent par différentes étapes avant d'être convertis en nutriment assimilable capable de remplir leurs fonctions. Ils doivent être digéré puis absorbés par voie intestinale.  Ces produits issus de la digestion forment les nutriments. Les glucides sont transformés en glucose, les lipides en acides gras et cholestérol, et les protides en acides aminés. L'eau, les vitamines et les sels minéraux ne subissent aucune modification. 

 

Il est bon de bien manger mais encore faut-il bien assimiler !

 

L'association de certains aliments est bel et bien néfaste à l'assimilation. Plusieurs facteurs favorisent ou perturbent la digestion, l'environnement, l'état d'esprit (présent à soi, détendu, ou stressé, le temps que l'on prend, à mastiquer notamment, car la salive joue un rôle important.

La température des aliments est importante aussi, il est préférable de manger frais l'été et chaud l'hiver, mais jamais trop froid ou trop chaud. Le corps supporte mal les chocs thermiques. La trop forte chaleur crée de l'acidité et affaiblit l'estomac tandis que le froid le paralyse. 

 

J'ai pris pour principe de précéder tous mes repas par du cru. ("Le vrai médecin est le médecin intérieur. Malheureusement, la plupart des médecins ignorent cette science qui, pourtant, fonctionne si bien." Dr Albert Schweitzer)

 Je mange souvent un fruit de 15 à 30 mn avant le repas. L'assimilation des fruits est rapide, il passe très vite par l'estomac et sera digéré par l'intestin grêle, contrairement aux autres aliments, les fruits et légumes crus facilitent la digestion grâce aux enzymes contenus dans le cru. Un fruit mangé en fin de repas ne pourra pas passer rapidement par l'estomac (s'il n'est pas vide) les aliments à digestion lente ralentissent leur transite, alors les fruits fermentent, et produisent, inconfort digestif, ballonnement et gaz.

Autre bénéfice, si vous commencer par un fuit et attendez de 10 à 30 mn, une fois à table, votre appétit sera moindre et vous mangerez moins.

 

Pour profiter un maximum des bienfaits des fruits, ils doivent être frais, de saisons, ayant subi le moins de transports et de conditionnements. 

 

Si vous préférez prendre vos fruits entre les repas, toujours est-il qu'il est primordiale de toujours commencer un repas par des crudités. 

La cuisson détruit les enzymes digestives des aliments crus. Le pancréas doit alors compenser cette pénurie fort préjudiciable. Le pancréas ne peut alors plus mettre autant de travail pour sécréter ses enzymes métaboliques. Ces enzymes ont des fonctions désintoxiquantes et réparatrices et maintiennent notre système nerveux, nos organes et nos glandes endocrines en santé.

En commençant par du cru, vous favorisez l'assimilation de vitamines, car la cuisson ne détruit pas seulement les enzymes digestives, elle détruit également une partie des vitamines présentes dans les aliments. Pour minimiser les pertes, pour la cuisson, utilisez peu d'eau, une chaleur peu élevée, un temps réduit, peu de contact avec l'air et peu coupé, surtout pas en tout petits morceaux. Plus c 'est coupé, plus les aliments s'oxydent.  

 

Comme pour les fruits, il est préférable de boire entre ou avant les repas, boire en mangeant dilue les enzymes digestives.

 

Les noix, graines, céréales et légumineuses contiennent des inhibiteurs d'enzymes, ceux-ci seront désactivés si vous les faites tremper, ou germer. Ces procédés leur font aussi évacuer les sucres, les gras et permettent la transformation des protéines sous une forme plus assimilable.

Les aliments germés et trempés ont l'avantage de pouvoir être consommés crus et ils sont plus faciles à digérer comme s'ils étaient prédigérés. On peut alors les combiner ensemble sans problème, et même avec des fruits.

 

L'alimentation occidentale a tendance à être trop acide ; l'acidose métabolique affaiblit le système digestif. Les légumes, les germinations, le millet, le quinoa, le sarrasin, les graines de tournesol, de lin, de citrouille, de sésame, les amandes, les noix du Brésil, le jus de citron, l'avocat et les assaisonnements sont quelques exemples de bons choix pour diminuer l'acidité du corps.

 

Mais aussi la relaxation ou la cohérence cardiaque (3 mn de cohérence cardiaque avant le repas a des effets sur la digestion, l'assimilation et évite la prise de poids), toutes techniques d'état de conscience modifiée aura des effets équivalent. 
Il est souhaitable aussi de se relaxer après le repas, et non dormir, pour bien digérer.

 

Attention certains suppléments, le café, le tabac, l'alcool et les médicaments peuvent nuire à l'assimilation des éléments nutritifs

 

Les aliments ne s'assimilent pas tous de la même façon et même, ne sont pas digérés au même niveau. Certains entravent l'assimilation d'autres aliments. Chaque famille d'aliments est différente. Certains aliments peuvent s'associer, d'autres sont carrément incompatibles et leur association peut provoquer des dysfonctionnements.

La fatigue en premier lieu (apathie), la digestion demande plus ou moins d'énergie selon ce que nous mangeons. D'où l'intérêt de ne pas manger de viande à tous les repas et de préférence ne pas en manger le soir. Pour digérer la viande, l'organisme libère de l'acide chlorhydrique (HCI) d'un pH 2 à 4, très acide. La principale transformation chimique des protéines se fait dans l'estomac en milieu acide.

La viande, ce sont des protéines toutes faites, c'est à dire que tous les acides aminés sont déjà associées par l'organisme de l'animal, on pourrait penser que ce travail déjà effectué est un gain de temps pour notre organisme, mais non, il doit tout décomposer et dissocier à nouveau les acides aminés pour recréer ses propres chaînes d'acides aminés. Une fois redécomposées en acides aminés, leur assimilation se fera par l'intestin grêle.

A savoir, associer un légume sec et une céréale permet de recréer une protéine à moindre coût énergétique pour notre organisme. Néanmoins les légumineuses ne sont pas faciles à digérer si elles ne sont pas préalablement trempées pendant plusieurs heures.

 

Idem pour les céréales qui entraînent une dépense d'énergie considérable pour "brûler" le sucre en excédent, le surmenage pancréatique et l'usure plus rapide du système cardio-pulmonaire. Les sédentaires doivent limiter la consommation de céréales (pour les asthmatiques, elle est fortement déconseillée, dans ce cas, leur préférer les pommes de terre).

  

La digestion, si elle demande trop d'énergie, impacte la fonction thermique donnant des sensations de froid aux extrémités du corps,

 

Les mauvaises associations d'aliments peuvent bien entendu perturber le transite, engendrer diarrhée, colite ou constipation.

 

Elle peut entraver les fonctions mentales et émotionnelle impliquant une augmentation du stress, des troubles de mémoire, la libido (avant de vous tourner vers les aphrodisiaques, mieux vaut équilibrer son alimentation.

 

 

Et bien sûre, par effet domino, un symptôme peut en entraîner d'autres et déclencher des maladies plus graves.

 

 

Les bonnes associations alimentaires

 

– une seule protéine à la fois : viande ou poisson ou œuf ou laitage ou légumineuse (lentilles ou pois ou haricots…),

– une seule céréale à la fois : quinoa ou riz ou blé (pâtes, pain) ou sarrasin…

– les fruits crus loin des repas : ½h avant ou au moins 3 h après.

 

 

Quelques mauvaises associations

 

 - Le lait et le cacao.

 

 - Les pâtes et la sauce tomate.

 

 - Les œufs et le bacon.

 

 - Les céréales et le jus d'orange.

 

 - La pizza et le soda.

 

 - Le pain blanc et la confiture.

 

-  produit laitier durant un repas comprenant de la viande

 

-  Le mélange féculent-protéine est incompatible : nous n'avons qu'un seul estomac

et on ne peut réclamer à celui-ci un milieu à la fois basique d'un pH 7 à 8 pour les

féculents et un milieu acide d'un pH 2 à 4 pour les protéines.

Préférez des légumes avec la viande pour en faciliter la digestion plutôt que l'entraver.

 

- Citron, vinaigre, tomate et vin sont incompatibles avec les féculents et compatibles avec les protéines.

 

- Les légumes verts de saison doivent être consommé TOUS LES JOURS !!!

Ce sont les rois de l'alimentation. Ils sont tous très compatibles entre eux et

compatible avec toutes les autres familles d'aliments :

protéines, féculents, lipides... On peut les consommer crus ou cuits.

 

Exemples : salade composée avec laitue, radis, concombre ou soupe de légumes poireaux-carottes-navets.

 

 

- l’Ideal est de commencer par du cru. Une crudité, et ou un fruit 20 à 30 avant

de manger les autres aliments ou bien, prendre un fruit en milieu de matinée ou

une heure avant le repas et en dans l'après-midi. Emporter une pomme et une banane

ou deux clémentines selon cotre préférence. 

Pour un snack, emportez des carottes crues ou des concombres en lamelles, c 'est facile.

 

 

 

Sur les deux repas principaux de la journée, déjeuner et dîner,

 

 Un repas sera composé de crudités + féculents + légumes vapeur,

 

 Et l'autre repas : crudités + protéines + légumes vapeur

 

Les épices qui favorisent la digestion ou réduisent les troubles digestifs

 

Aneth

Angélique

Anis étoilé ou badiane

Asafoetida ou Hing

Cardamome

Carvi

Coriandre

Cumin

Fenouil

Gingembre

 

 

 

aliments-1.jpg

Pourquoi commencer chaque repas par du cru

 

 

Ingérez du cru rassure votre organisme sur ce qui vient après en quelques sorte, et les enzymes vont faciliter l'assimilation de ce qui suit et vous préserver de bien des maux, entre autres, la leucocytose digestive.

 

 

 

En 1912, Brodin et Saint-Girons mettent en avant que la leucocytose digestive est insignifiante lors d'un régime végétarien tandis qu'elle est intense lors d'une alimentation carnée. 

 

 

 

En 1937, Paul Kouchakoff affirme que la leucocytose digestive est un phénomène pathologique, un réponse immunitaire déclenchée par l'alimentation par des aliments cuits (par la chaleur et/ou la pression), mais pas les aliments crus (pomme, eau, légumes, céréales, fruits, miel, lait cru, œuf frais, viande crue).

 

Le vin, le sucre, le vinaigre et les produits industriels ou transformés déclencheraient aussi une leucocytose digestive.

 

Cette réaction immunitaire se déclencherait 3 à 5 minutes après l'ingestion quand l'aliment atteint la paroi stomacale mais pas pendant la mastication.

 

Chaque aliment aurait une température critique de cuisson (entre 85 °C et 99 °C) ; certaines combinaisons pourraient éviter la leucocytose, ainsi que certains modes de préparation tels le séchage, le salage ou le caillage du lait. Arvanian aurait par ailleurs établi (résultat confirmé par Kouchakoff) qu'un aliment cuit soumis à l’oxygène ne déclencherait plus ce phénomène.

 

Paul Kouchakoff donne des conseils pratiques dans son ouvrage (Nouvelles lois de l'alimentation humaine pages 323 à 325) sensés apporter des améliorations aux maladies chroniques telles qu'entérites, entérocolites, eczémas, psoriasis, observées par des patients ayant mis en pratique ces recommandations en France, en Suisse et en Angleterre.

 

 

 

En 1946 le Dr Edward Howell publie en 1946 décrit que les enzymes présents dans le cru, une alimentation vivante non dénaturée par la cuisine (chaleur/pression), aidant à la digestion soulageraient les sécrétions enzymatiques du corps (la salive et les jus pancréatiques). Il établit un lien entre l'appauvrissement enzymatique de l'alimentation industrielle et les maladies chroniques, ainsi que la diminution de la taille du pancréas et l’inactivité salivaire en corrélation avec un régime cru, une corrélation entre déficience en enzymes et augmentation de l’activité bactérienne facilitant l'infection, et dit que les globules blancs seraient porteurs d'une très forte activité enzymatique et de la plus grande diversité enzymatique dans le corps et notamment au niveau du pancréas, et que le système lymphatique transporterait donc cette activité enzymatique. source  wikipedia.org

 

 

 

En 1970, le Dr Schneider, dans son livre « La santé par les aliments » affirmait qu’une alimentation riche en crudités est plus rentable et plus reposante pour l’intestin.

 

Pour étayer ce constat un exemple « Mac Carrison a donné à des singes la nourriture qu’ils mangent habituellement en liberté ; toutefois elle était cuite. Il en résulta, chez ces animaux, une détérioration progressive des glandes endocrines, l’apparition d’ulcères gastriques et intestinaux, une inflammation du gros intestin, finalement la cachexie et la mort. Steiner a également tenté de nourrir des cobayes avec des aliments cuits. Ces bêtes furent atteintes de caries dentaires, de lithiases salivaires, de goitre, d’anémie, de scorbut et quelques-uns même de cancer du poumon. Lorsqu’on ajoutait 10 CC de lait pasteurisé à leur ration quotidienne de nourriture, les cobayes éteints atteints de rhumatisme déformant.

 

 

 

Bien d'autres études établissent un lien entre maladies cardiovasculaires et consommation de viande et charcuterie.

 

Il semble bien évident que limiter sa consommation est plus sain.

 

 

 

Ne vous précipitez pas sur le tofu, et surtout n'en abusez pas, une seule portion raisonnable par jour. Si le vrai tofu traditionnel est plutôt sain et très riche en protéines, le tofu industriel qui évite par gain de temps une partie de la procédure de rinçage (indispensable pour évacuer toutes ses toxines) et 90% de la production de soja dans le monde est OGM.

 

Voir aussi 

inconfort digestif, ballonnement et gaz.

 

PAIN.jpg

 

 artfichier_752626_3756049_201405160823484.jpg

 

 

 

 

ROTATION AXIALE 

 

rotation-axiale.jpg

 

Faites travailler votre diaphragme, le mobiliser détend tout le corps il permet aussi de bien digérer. Comme les ballonnements sont souvent causées par le stress ou l'anxiété, cet exercice est doublement indiqué. Le diaphragme est comme un parachute avec tous les fils qui sont les terminaisons nerveuse. C'est pourquoi la vrille de l'axe va permettre de détendre tout le corps tout comme le fou rire ! L'un et l'autre équivalent à 20 mn de relaxation ! 

Tenez vous debout veillez à relâcher complètement vos bras, qui vont suivre passivement et mollement l'impulsion qui viendra de la taille. 

Le bas du corps doit rester immobile, comme figé dans du béton. Les jambes écartées de la largeur du bassin. Genoux souple. Colonne aligné, bassin neutre, surtout pas cambré. 

 

2_n.jpg

 

La taille va pivoter de droite et de gauche et les bras sont simplement entraînes par le mouvement.  

 

Bild_Uebung_pb_34_08_a1.jpg

J'ai trouvé cette image mais en fait les bras sont ici top toniques, tendus, ils doivent au contraire être mou, sans aucune tonicité et il s'enroulent autour du corps quand vous allez accélérer le mouvement. Votre bassin ne devrait pas non plus pivoter autant. Essayez de bien dissocier le haut et le bas. Le bas devant rester figé. 

Commencez doucement et puis de plus en plus vite, essayez de tenir plusieurs minutes. Idéalement 5 mn. 

 

Il est important pour l’organisme de pratiquer une activité physique quotidiennement. Toute activité physique touche les muscles abdominaux et permet ainsi une meilleure digestion. Marcher minimum 30 minutes est fortement conseillé pour le transit intestinal. 

 

ACUPRESSION 

F3.png

 

 

Le Grand Carrefour est souvent engorgé en cas de problèmes liés au foie: intoxication à l'alcool, nourriture trop riche, ou en trop grande quantité, mais aussi en cas d'impatience, de bouillonnement intérieur. C'est un grand point de détoxification. Il aide donc le foie à faire son travail d'épuration, et diminue les effets de l'intoxication: fatigue, mal de tête, gueule de bois, ballonnements, gonflement des yeux, etc. Il est recommandé de le travailler à l'approche du Printemps (élément Bois, régulé par les méridiens du Foie et de la Vésicule Biliaire).

Où: Le point d'acupuncture/acupression F3 se situe sur le dessus du pied, à l'intersection de l'os du gros orteil et de l'os du 2ème orteil. C'est l'équivalent du point Hoku, mais sur le pied.

Comment stimuler ce point: Il existe différentes façons de travailler ce point. Comme il est important de garder ses épaules et son cou détendus, essayez plusieurs manières, et adoptez celle dans laquelle vous êtes le plus à l'aise.

Vous pouvez vous asseoir sur une chaise, pieds à plat sur le sol, et vous pencher en avant pour atteindre le point avec la pulpe de l'index ou du majeur. Pressez fermement et sans bouger le doigt. Commencez par 10 secondes, puis augmentez jusqu'à 1 minute. Respirez profondément et calmement.

La technique du sandwich permet une position du corps moins stricte. Asseyez-vous par terre ou sur un coussin ou sur un lit ou canapé, et ramenez le pied près de vous. Prenez le pied en sandwich, entre deux doigts. Les 2 photos ci-dessous montrent 2 façons de faire (1 avec le pouce sur le point, 1 avec l'index sur le point).

Ce point peut supporter une forte pression. Cependant, s'il est sensible (par exemple en cas de gueule de bois ou d'intoxication alimentaire...), relâchez la pression.

 

F3_.png

DON
Prix : 2.50 €

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



24/11/2018
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8226 autres membres