creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

Dissonance cognitive

dissonnance-2.jpg

 

 

Cette situation nous met dans une posture très inconfortable psychologiquement : la dissonance cognitive en particulier. Mais pas seulement. 

 

On peut bien être pour ou contre, dans un camps ou dans l'autre, ici n'est pas la question.

Nos principes mêmes sont en cause et surtout notre bien-être mental.

 

En prenant un peu de recule on est obligé de constater que des incohérences, pour le moins, sont gérées sans états d'âme et qu'on finit par se demander s'il est question de déni (chacun ou chaque groupe, aime voir midi à sa porte et s'auto-justifier) ou si ces dissonances sont carrément instrumentalisées pour nos amener à adhérer à un nouveau mode de vie.

 

Se poser des questions n'est pas malsain, au contraire. Cela nous aide à, essayer au moins, de comprendre, et prendre un peu de recule. L'esprit humain est si complexe que vous n'imaginez même pas tout ce qui est en jeu dans ces dilemmes permanents. 

 

- On peut évoquer, par exemple, face aux circonstance, le concept de "soumission à l'autorité"( Milgram avait conclu que, quand les personnes connaissent les processus psychiques qui les animent, ils ne sont plus soumis aveuglement à l'autorité, si on prend un échantillon initié, il ne se laissent pas prendre au "jeu", on devrait apprendre ça à l'école !).

 

Il y a aussi le principe du "Pied dans la porte" à prendre en considération, qui est une technique de manipulation décrite par les psychologues sociaux. Cette dernière consiste à procéder par étapes pour amener ce qui est initialement prévu. Dès que la brèche est ouverte, en principe l'adhésion pour le reste suivra.

 

 

Autre phénomène étudié "la déréalisation" (DR est parfois employé) est un état de conscience ou une altération de la perception ou de l'expérience de la réalité qui apparaît comme dissocié ou extérieur à soi. Lors qu'on s'adapte malgré soi.... on peut rester ou entrer dans le rang, céder aux dictats et doxas, injonctions incitatives ou directives, sans pour autant adhérer, c'est très couteux psychiquement.

Les relations publiques s'appuient entre autre, sur ces données de la psychologie expérimentale (études scientifiques) mais aussi sur les ajustements de personnages tels que Edouard Bernays (Propaganda) et GustaveLebon (psychologie des foules) des ouvrages au programme des grandes écoles !

 

L'effet du choc étudié par Noémie Klein, psychosociologue américaine qui induit la déréalisation, je vous renvoie à l’article consacré 

 

dérealisation-2.jpg

 

"Face au réel, ce qu'on croit savoir clairement offusque ce qu'on devrait savoir. Quand il se présente à la culture scientifique, l'esprit n'est jamais jeune. Il est même très vieux, car il a l'âge de ses préjugés."

        Gaston Bachelard - 1884-1962 - La Formation de l'esprit scientifique, 1938

      absudis.jpg

       

       

      Lao Tseu.jpg

       


      Nous avons l'impression que ce que nous savons et ce dont nous sommes convaincus a du sens, mais nous ne sommes pas conscients de tous les BIAIS COGNITIFS qui entravent l'objectivité même de notre opinion. 

       Par conséquent être sûr de son choix en ce moment, est par définition mauvais signe ! Il y a bien des raisons d'être au moins un peu déboussolé !

       

       La question n'est même pas d'être pour ou contre mais capable de se poser des questions au moins !

      Les biais cognitifs

       

      Un biais cognitif est une distorsion dans le traitement cognitif d'une information.

       

      Le terme biais fait référence à une déviation systématique de la pensée logique et rationnelle par rapport à la réalité.

      Les biais cognitifs conduisent le sujet à accorder des importances différentes à des faits de même nature et peuvent être repérés lorsque des paradoxes ou des erreurs apparaissent dans un raisonnement ou un jugement.

       

      L'étude des biais cognitifs fait l'objet de nombreux travaux en psychologie cognitive, en psychologie sociale et plus généralement dans les sciences cognitives. ( wikipédia

       

      Il existe de nombreux biais possibles étudiés en psychologie sociale, exemple le Désir de consensus (Tendance des individus à aller dans le sens des décisions prises par le groupe. "Si autant de monde va le voir, c'est que ce doit être un bon film."

       

      Ou encore le biais social, ou le biais culturel, analyser, interpréter et juger les choses à travers le filtre de ses propres références sociales ou culturelles.

       

      Celui qui est sur de détenir la vérité, n'est pas conscient des biais d'attribution causale ou d'intentions, Erreur fondamentale d'attribution : Sous-évaluer les causes externes (situations, évènements extérieurs) au profit des causes personnelles (dispositions personnelles, traits de personnalité, mérites),  des effets de faux consensus :Tendance à surestimer le nombre de personnes qui partagent nos opinions ou agissent comme nous.

      On peut mentionner aussi le erreurs d'attribution de responsabilité injustifiée : Blâmer les victimes d'un accident qui vient de leur arriver.
      Le Biais d'auto-complaisance :Croire que nos réussites sont dues à nos propres capacités et que nos échecs résultent de causes externes.

       

      Je vais me focaliser sur :

       

      La dissonance cognitive

      La formule "Avoir un choix cornélien" est entrée dans le langage courant. Ce dilemme est appelé « cornélien » en référence à Pierre Corneille, qui expose des personnages torturés par un dilemme dans plusieurs de ses pièces, notamment Le Cid et Polyeucte.

       

      Il ne s'agit pas d'une alternative, non négative en soi et qui permet un choix entre deux options qui intéressent celui qui agit, mais d'un dilemme qui, quelle que soit l'option choisie, aura, du fait même du choix réalisé, des conséquences négatives. 

       

      Les effets psychologique de ce dilemme ont été étudiés et le concept théorique de "dissonance cognitive" date de 1957. Il nous vient du psychosociologue américain  Leon Festinger (1919-1989) et vise à expliquer comment l'être humain gère les tensions provoquées par des éléments incompatibles.

       
      On parle  "dissonance cognitive" quand un sujet est confronté à une pression psychologique de la "Double contrainte" ou "injonction paradoxale". 
      La dissonance cognitive est la tension interne propre au système de pensées, croyances, émotions et attitudes d'une personne ou d'un groupe, lorsque plusieurs d'entre elles entrent en contradiction l'une avec l'autre.
      Cela crée un état de tension désagréable donc un stress. L'être humain doit alors  gérer les tensions provoquées par des éléments incompatibles pour trouver la paix mentale !
       
      La réduction de la dissonance cognitive (ce stress insupportable) consiste, par exemple, en une modification des croyances, des opinions ou des attitudes pour les mettre en phase, en adéquation, avec l'information qui était jugée contradictoire avec nos valeurs ou croyances initiales. Ce processus est celui de la  rationalisation

       

      La réduction de la dissonance cognitive peut prendre d'autres formes que la rationalisation :
       
      - Ajouter des éléments consonants permettant de justifier le comportement dissonant.
       
      - Réinterpréter le réel pour faire en sorte que les croyances restent intactes.
       
      - Minimiser l'importance des éléments dissonants.
       
      Faire comme si l'un des évènements dissonants n'avait pas existé, les oublier ou les dénier. ("Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.")
       
      - Modifier l'un des éléments dissonants comme par exemple changer de comportement ou d'attitude
       
       
       Kant-1.jpg
       
       

      "Plus un apprentissage a été difficile, malaisé, douloureux ou même humiliant, moins l'individu est prêt à remettre en cause la valeur de ce qui lui a été enseigné. Cela signifierait en effet qu'il a investi et souffert pour rien."
      Gregory Bateson, anthropologue, psychologue, épistémologue américain (1904-1980)
       
       
      Exemples :
       

      • L'effet placebo serait une conséquence d'un état de dissonance cognitive dans lequel entrerait un patient qui s'investit dans un traitement coûteux ou douloureux et dont il ne ressent pas d'effet bénéfique. Refusant que son investissement personnel soit totalement inutile, le patient recherchera en lui des signes de l'amélioration de sa santé, afin de réduire la dissonance. Il peut même guérir s'il y a une composante psychologique importante dans sa maladie.
      • Les partisans d'un homme politique dont on dénonce des pratiques malhonnêtes ne les croient pas et remettent en cause la bonne foi et l'honnêteté de ceux qui les révèlent. Parfois, ils se censurent mentalement et font comme si les révélations n'avaient jamais existé.
      • Dans la fable de Jean de la Fontaine, "Le renard et les raisins", le renard, ne pouvant atteindre les raisins pour satisfaire sa faim, réinterprète la réalité en concluant que, finalement, les raisins ne lui conviennent pas car ils ne sont pas mûrs.


      270238913_4674864615941399_207246682596052804_n.jpg
       
       
       
       
       
      270190038_4673470562747471_5774311222072542518_n.jpg

       
      Les croyances qui sont partagées par une communauté deviennent des vérités qui ne peuvent être remises en question et ne peuvent donc plus être discutées. Lorsque des faits vont à l'encontre de ces croyances, il est contreproductif et même parfois risqué de les combattre directement. Il est plus efficace d'engager un dialogue permettant un questionnement, puis une prise de conscience, que de provoquer sciemment une dissonance cognitive chez un interlocuteur. 

       

      Difficile de rester neutre puisqu'on nous pousse à faire un choix, plus on a à perdre, plus le choix possible s'impose ! C'est aussi simple que ça, alors ne jugez pas hâtivement. 
       
      Par ailleurs, il n y a pas forcément les pro vax et les anti vax, non, déjà il y a ceux qui sont pour le vaccin et contre le pass vaccinal, ou ceux qui sont vaccinés et ne veulent pas vacciner les ado et ou les enfants !  Il y a bien des cas de figure possible, ne l'oubliez pas. Une personne peut être pour les vaccins et se méfier de tel vaccin en particulier considérant que son mode d'action est controversé, et qu'il n'y a pas assez de recule pour connaître ses effets secondaires possible, ou bien que la firme qui le produit n'est pas fiable, dans la mesure ou elle a été mainte fois condamnée pour falsification de données ou corruption et que la présidente de l'UE est en position de conflit d'intérêt manifeste puisque son époux touche des millions par cette firme. On peut aussi avoir cédé à la pression sociale pour 2 doses pour lesquelles on nous avait promis la paix et puis refuser la 3ième parce que là quand même, avec Omicron jugé par certains pays comme plus contagieux mais moins létal... Ou parce que certaines personnes de notre entourage ont eu des effets secondaires graves. Il y a beaucoup de cas de figure... 
       
      Mais en tous cas, il n'est pas objectif et légitime d'imputer la faute de la contagion aux non vaccinés, comme en atteste une étude publiée dans le fameux  LANCET JOURNAL 
       
      On n'a jamais eu besoin d'une couverture totale vaccinale pour contrer une épidémie ! 80% était le but il a été dépassé. Pourquoi tout ce cirque ???  ici beaucoup d’info compilées
       
      Je vais citer aussi un biais éducatif central dans la prise de position actuelle. Selon que vous ayez été confronté à une figure d'autorité (le père en principe mais parfois la mère tient ce rôle) juste et bienveillante, ou une figure d'autorité abusive, tyrannique, ou toxique, vous ne regarderez pas du même angle. Les uns font une confiance presqu'aveugle, n'imaginant pas une seconde qu'une "autorité" puisse agir en dépits de leurs intérêts. 
      Les autres au contraire auraient tendance à voir le mal partout en quelque sorte puisqu'ils sont conscient qu'autorité n'est pas forcément synonyme d'éthique, de bienveillance, d'honnêteté etc.
       
      Y a-t-il cependant de la malveillance avérée ou simplement des biais cognitifs de la part des dirigeants dans ce cas ?
      Nous sommes obligés de constater, que désormais, la politique fonctionne comme les entreprises, le business est au coeur des démarches et c'est alors par le biais du "commerce" que nous devrions regarder. Un commerçant nous baratine... Il nous manipule, il veut vendre sa camelote. Quand il a 10 doses à refourguer absolument parce qu'elles sont déjà commandées, est-il totalement objectif ? 
       
      Bien sure, nous avons des raisons objectives de douter.  Etre aculé à choisir est une source de stress insoutenable. Le choix implique soit de craindre pour sa santé, soit de craindre pour sa vie sociable ou pour son avenir. 
       
      Face à une personne qui s'est rangée dans le "camps" opposé au votre, Il faut éviter d’augmenter la dissonance cognitive chez notre interlocuteur. Instaurer un dialogue qui puisse déclencher un questionnement puis une prise de conscience semble à priori la meilleure solution.
      Et puis pour certains, c'est juste un combat perdu d'avance (impuissance acquise), ne gaspillez pas votre énergie, pour d'autres, il faut faire preuve de patience et de pédagogie. 
       
      Le concept de dissonance cognitive est lié au fait qu'il est plus difficile pour un individu de corriger des idées acquises depuis longtemps que d'apprendre des idées nouvelles pour lesquelles il ne dispose pas encore d'un modèle ou d'un système de représentation.
      C'est la raison pour laquelle l'"éducation" des enfants revêt autant d'importance pour les religions, pour les régimes politiques totalitaires et même pour les grandes marques de produits de consommation. Depuis l'avènement d'Edouard Bernay, la culture "consommatrice" est façonnée par les "relations publique". 
       
      Le Edouard Bernay spécialiste mondialement reconnu de l'influence, avec des procédés s'appuyant sur des concepts psychologiques) capables de changer les mentalité et les habitudes d'un pays entier, changer une culture.  
       
      culture Relation Publique.jpg
       
       
      Bon quand on sait ça, on se dit qu'il faut vraiment ne pas compter que sur les medias mainstream pour s'informer. 
       
       
      stat.jpg
       
       
      Le Lancet Medical Journal a publié une étude qui démontre que les non vax n'ont aucune incidence sur l'ampleur de l'épidémie. 
      voici le lien ou l'on voit les procès pour infractions faits contre  la firme vedette à laquelle madame la présidente (vous savez celle dont le mari travaille pour la firme vedette en question) de l'UE a passé commande de 10 doses par personne. 
       
       
       
      Que ce soit instrumentalisé à dessein ou non, ce que vivent nos jeunes actuellement est un traumatisme qui va façonner leur vie future, pas seulement concrètement, mais aussi psychologiquement. On leur apprend à obéir, à se soumettre et se sentir "IMPUISSANTS" pensez y.... 
       
      impuissance-2.jpg
       
      Ce phénomène a été découvert grâce à diverses expériences scientifiques menées sur des mammifères, dans les années 60. Les principales recherches furent menées par Martin Seligman et son équipe, aux États-Unis. On cite souvent l'exemple du jeune éléphanteau attaché par une patte à un piquet. Il aura passé les premiers temps à essayer de se libérer, face à l'incapacité de le faire, il renonce définitivement. Et si, adulte, un moindre effort lui permettrait de se libérer de ce même piquet, il ne le tentera même pas. 
       
      N'entendons nous pas souvent que c'est peine perdu de résister ? Et pour cause, les gens sont acculés vers la seule issue possible pour retrouver les libertés perdus et ajoutons la pression sociale. C'est une injonction détournée. Avoir l'air de ne pas obliger... 
      Par ailleurs beaucoup d'entre nous "sentent" que nous arrivons à un point de bascule.... mais bascule vers quoi..... 
      L'inconnu fait peur. Se soumettre peut-être rassurant quand on a peur. Je ne blâme personne car être conscient est très anxiogène, faire l'autruche a ses avantages !
       
      Dans 1984 on "interdit", dans le meilleur des monde on n'interdit pas, on laisse supposer que le choix est possible, mais pourtant les gens sont acculés vers la seule issue possible..... 
      Dans 1984 les gens sont malheureux, et dans Le meilleur des mondes les gens sont heureux artificiellement.  Ils sont conditionnés et ne se rendent compte de rien et accepter leur servitude... et ils peuvent prendre une pilule pour se sentir mieux. Contre la souffrance de la dissonance, big pharma est là ! Suffit de prendre des anxiolytiques à vie !  Voir une analyse comparative des 2 romans
       

       
       
       Voici un débat entre personnes ayant des avis divergeants et qui se respectent 

       
       
       R (3).gif
      Je vous souhaite un très bon réveillon à tous ! 
       
       
       

       Pensez à partager l'article !

       
       
       
       SOURCES
       


      30/12/2021
      13 Poster un commentaire

      Inscrivez-vous au site

      Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

      Rejoignez les 2639 autres membres