creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

L'ocytocine en spray ?

spray-nasal.jpg

Source image

 

L'ocytocine est un neuropeptide sécrété par par l'hypothalamus et excrétée par l'hypophyse postérieure qui agit sur les muscles lisses de l'utérus et des glandes mammaires chez la femme, mais pas que ! Cette hormone a de nombreux effets intéressants tant sur le fonctionnement biologique, connu jusqu'alors en particulier pour la femme et son impact sur l'instinct maternel et la capacité empathique.

Sa production est augmentée lors de l'excitation sexuelle et durant l'orgasme.  Elle est libérée en grande quantité après la distension du col de l'utérus et de l'utérus pendant le travail (d'où un attachement plus fort à l'enfant lorsqu'il naît par voie basse et non par césarienne), ce qui facilite les liens à la naissance. L'ocytocine agit aussi après stimulation des mamelons, sur de l'allaitement, également ors d'étreintes chaleureuse prolongée elle est également stimulée. 

 

Des études sur les animaux ont montré que l’ocytocine est importante pour les interactions sociales. Si on bloque cette hormone, les campagnols normalement monogames deviennent plus aventureux et les brebis négligent leurs agneaux nouveaux-nés.

Les chercheurs tendent à démontrer depuis que l'ocytocine pourrait être utiliser dans un but thérapeutique pour interférer sur le comportement humain ou certaines fonctions spécifiques, puisqu'elle agit sur la reconnaissance sociale, l'empathie, l'anxiété, les comportements maternels, etc., d'où son appellation abusive d'« hormone du plaisir » ou « hormone du bonheur » par les médias.

 

En effet,  puisque cette hormone impacte le comportement amoureux, social et l'attachement , puisqu'elle facilite les relations sociales, elle est testée comme traitement contre la timidité, elle favoriserait la confiance en soi et même le courageL'hypathalamus, cette petite glande endocrine, régule notamment l'appétit et la sexualité,   ainsi une nouvelle étude montre qu'elle a aussi tendance à  rendre les hommes plus fidèles en favorisant la monogamie. (voir plus de détail sur l'étude en cliquant sur le lien)

 

On l'a déjà étudiée, à titre expérimental, pour traiter certains troubles psychiatriques comme l'anxiété ou la schizophrénie et l'autisme. 

L'ocytocine joue un rôle crucial dans le développement de l'autisme, ou trouble du spectre autistique (TSA). Un spray nasal d'ocytocine,  testé auprès d’enfants autistes, pourrait s'avérer efficace.

Autre source concernant les effets sur l’autisme :  autisme-un-spray-nasal-a-l-ocytocine-prometteur

Des études tendent à démontrer que l'inhalation d'ocytocine permettrait de majorer un état de confiance vis-à-vis d'autrui chez l'être humain.
L'administration intranasale d'ocytocine pourrait améliorer le comportement social de patients souffrant d'autisme de haut niveau (HFA) ou du syndrome d'Asperger (SA). Une étude d'octobre 2010 a également suggéré l'efficacité de tels vaporisateurs sur les symptômes de la schizophrénie en association avec un traitement antipsychotique. Il faut préciser que ce sont des pistes car d'autres études doivent être menées pour confirmer ces résultats.

 

On étudie également les effets de l’ocytocine sur les troubles dépressifs et même le spray nasal serait préconisé contre l'obésité ! (source: un-spray-d-ocytocine-pour-freiner-l-obesite)

 

 

L’ocytocine, pourrait soigner les troubles de l’érection. et en plus, le spray a aussi produit des effets sur les émotions des sujets qui se serait montrés plus affectueux envers la partenaire, selon l'intéressée... À la différence du viagra, qui se contente d'améliorer la performance sexuelle, l'ocytocine pourrait donc aider à améliorer les liens affectifs du couple.

 

l’hormone des bons sentiments possède aussi sa face sombre. D’autres travaux ont en effet montré qu’elle pouvait induire des comportements agressifs !

 

 

Etude de 2005, Michael Kosfeld and Markus Heinrichs Le «jeu de confiance»

 Après avoir respiré soit de l’ocytocine, soit un placebo on demande aux sujets de décider de combien d’argent ils acceptaient de prêter à un partenaire, qui pouvait ensuite les rembourser ou garder tout l’argent. Malgré le risque de trahison, les renifleurs d’ocytocine confiaient plus d’argent à leur partenaire que ceux qui avaient reniflé un placébo.

Cette étude a donné le coup d’envoi d’une frénésie. Plusieurs équipes de chercheurs ont alors montré que des bouffées d’ocytocine rendaient plus confiant, plus généreux, plus coopératif, plus sensible aux émotions des autres, plus constructif dans les communications et plus charitable dans ses jugements. Zak a continué d’associer l’ocytocine avec la confiance et la générosité bien que John Conlisk, un économiste de l’université de Califonie à San Diego ait suggéré dans une analyse ultérieure que «certaines conclusions étaient trop enthousiastes».

 

Les effets secondaires

Outre les réactions agressives possibles détectées dans certaines études, d’autres résultats sont ensuite venus ternir cette vision idyllique. Certains chercheurs ont montré que l’ocytocine augmente l’envie et la propension à se réjouir du malheur des autres, ainsi que le favoritisme envers les membres de son clan. Dans une de ces expériences, des volontaires qui jouaient avec des personnes qu’ils connaissaient se montraient plus coopératifs après une bouffée d’ocytocine, tandis que ceux qui jouaient avec des inconnus anonymes l’étaient moins.

 

Jennifer Bartz, chercheuse à la Mount Sinai School of Medicine à New York, a isolé plusieurs réactions dépendant de l’état d’esprit des sujets.

Elle a montré que les personnes sûres d’elles socialement avaient des souvenirs plus positifs de leur mère après avoir reniflé de l’ocytocine, alors que les anxieux trouvaient maman moins attentionnée et plus distante. De la même façon, elle a montré l’inhibition de la confiance et de la coopération provoquée par l’ocytocine chez les personnes atteintes d’un trouble de la personnalité borderline.

Ces nuances ne sont pas tombées du ciel: quand Bartz a regardé plus attentivement les premières études consacrées à l’ocytocine, elle s’est rendu compte qu’environ la moitié d’entre elles ne montraient une intensification des comportements positifs que dans certaines situations ou chez certains individus.

Si on est naturellement sociable, c’est une aubaine. Si on est anxieux, l’ocytocine ne fait qu’exacerber les choses qui nous mettent mal à l’aise. Mais les moments ou l'on est à l'aise ou anxieux, varie aussi selon le contexte !

 

Sue Carter, qui a effectué une bonne partie des premières recherches sur le rôle de l’ocytocine chez les animaux, voit l’hormone comme un élément d’un système adaptatif  qui nous permet de coordonner notre comportement à notre situation sociale. C’est un système qui se surimpose à la toile de fond de notre histoire personnelle et de nos émotions.

 

Le problème et que l'on s'est davantage intéressé aux effets sans chercher vraiment comment fonctionne cette hormone.  L’ocytocine est peut-être une motivation qui nous pousse à rechercher des interactions sociales, ce qui expliquerait pourquoi elle augmente la confiance dans certaines situations mais encourage les injustices et le favoritisme dans d’autres. Autre possibilité : l’ocytocine pourrait être un projecteur qui braquerait notre attention sur les signaux sociaux, nous aidant ainsi à les remarquer. 

Ces hypothèses restent à tester. 

 

 Heinrichs est en train d’effectuer un essai clinique pour déterminer si l’hormone peut aider les personnes présentant un trouble de la personnalité borderline, en parallèle avec la thérapie normale. «Si vous restez chez vous avec une phobie sociale et un spray pour le nez, tout ce que vous y gagnerez, c’est le nez qui coule», explique le chercheur  interviewé pour New Scientist.

Mais certains ne veulent pas l'attendre. Les parents d'enfants autistes veulent acheter de l’ocytocine en spray pour traiter leur enfant. Pour Carter, «c’est très inquiétant. Il n’y a pas une seule étude publiée sur l’utilisation d’ocytocine chez les jeunes enfants, et nous n’avons aucune idée des conséquences à long terme».

Source 

 

 

La rivalité entre l’ocytocine et l’adrénaline.

L'ocytocine joue un rôle majeur pour le processus de la grossesse, (elle permet au col de l'utérus de se dilater, qui déclenche les contractions, de l'accouchement et de l'attachement à l'enfant juste après l'accouchement et produit le lait maternel. 

Comme toute bonne chose vient avec son opposé et ses menaces potentielles,  l’adrénaline est certainement le pire ennemi de l’ocytocine. Quand la femme qui accouche en sécrète, cette hormone de survie vient se coller sur les récepteurs d’ocytocine de l’utérus, et leur en bloquer l’accès pour des heures durant.

Quand le territoire de naissance (lieu, personnes, protocoles, lois) devient menaçant pour la femme, et que celle-ci a peur, se méfie, se crispe, alors la cascade anti-physiologique de l’accouchement se met en marche. L’adrénaline prend du terrain et sature les récepteurs d’ocytocine.

Je n’ai rien contre la médecine quand elle sauve réellement des vies, mais le fait est que les territoires de naissance actuels dans nos société modernes sont trop souvent (et malheureusement) des vecteurs d’adrénaline. Alors que peut-on faire pour favoriser l’ocytocine et minimiser l’adrénaline chez la femme qui accouche? C’est certes un des plus grands défis de l’enfantement à l’ère moderne.

Source 

 

 CONSEILS

Ce qui me semble évident, dans le domaine hormonal, nous ne maîtrisons pas l'alchimie du corps en terme de supplément artificiel dans la mesure ou les effets indésirables sont le plus souvent à déplorer. 

Les traitements hormonaux ont largement été incriminés. 

A titre d'exemple : La thérapie androgénique en cas d'absence de désir chez une femme causé par une chute hormonale (ménopause),  peut consister à administrer de la testostérone par voie intra-veineuse, patchs ou crème. Mais elle présente des effets secondaires importants : tendance à provoquer un taux trop élevé de graisse dans le sang, une perte de cheveux, des troubles hépatiques et rénaux (atteintes du foie et des reins), ou encore une masculinisation (changement de la voix, pilosité, hirsutisme, risque de tumeurs).

PAR CONTRE le taux de testostérone peut être augmenté par la posture et le comportement et n’entraîne aucun effet secondaire !!! 

Il en est de même pour l'ocytocine, pourquoi prendre des molécules chimiques quand on peut adopter un comportement qui remonte le taux ? Parce que l'humain a tendance à choisir la facilité, mais la facilité apparente puisque les complications ne tardent pas à pointer...

 

calin ou verre-1.jpg

 

Dans un article paru dans Neuroscience and Biobehavioral Reviews, des chercheurs de l'université de Birmingham ont comparé les études qui existent sur l'ocytocine et l'alcool.

L’alcool, comme l’ocytocine agissent tous les deux sur la transmission du GABA dans certaines régions du cerveau (les deux ciblent différents récepteurs dans le cerveau, mais causent des actions communes sur la transmission du GABA dans le cortex préfrontal et les structures limbiques ) et favorisent la confiance, la générosité, la prise de risque, voire l'agressivité. L'ocytocine augmente les comportements sociaux comme l'altruisme, la générosité et l'empathie, elle nous rend plus susceptibles d'accorder notre confiance aux autres. Comme l'explique Ian Mittchell, l’auteur de l’étude : « Les circuits neuronaux impliqués contrôlent la façon dont nous percevons le stress ou l'anxiété, en particulier dans des situations sociales comme des entretiens ou peut-être même quand on a le courage de demander un rendez-vous à quelqu'un. » Alcool et ocytocine suppriment des freins comme la peur et le stress.

 

Il est parfois d’usage de boire un verre d’alcool fort pour se donnent du courage ou dissiper peur et angoisse, il vaudrait mieux demander un câlin, puisque l'ocytocine produite dans ce cas de figure semble procurer les mêmes effets que ceux de l'alcool. En effet, l'administration intranasale du neuropeptide est associée avec une augmentation de l'altruisme, de la générosité, de l'empathie et de la confiance, tout en diminuant peur, anxiété et stress.

Vous aurez aussi remarqué que parfois l’alcool a des effets négatifs tels que des comportements agressifs, de la colère. Si on met en parallèle le fait que parce que les mères sont instinctivement très agressives pour protéger leur progéniture, il est fort à parier que l’alcoolisé, agressif se sent quelque part en danger ou revis un sentiment de danger inscrit en lui.

L'ocytocine pourrait être une solution pour traiter certaines situations psychiatriques ou psychologiques. Mais plutôt que la prise d'hormones, faire un câlin, embrasser un proche ou caresser un animal est plus naturel et moins risqué.  

 

 

Le langage du toucher explique l’essence même de la vie humaine, les émotions et la créativité. Chaque cellule émet et reçoit; chaque cellule répond et résonne. Et la main interprète le flux perpétuel des impulsions et des transmissions de connaissances et se fait réconfort.

Ainsi parvenons-nous au bien-être, au bonheur tant convoité qui nous habite depuis toujours.  (Pierre Buron)

 

Nous prenons conscience d'exister par le touché ! 

 

Les personnes qui n'ont pas accès aux câlins sont légion, se faire masser peut compenser. C'est le touché, l'intention bienveillante qui l'accompagne, le contact corps à corps qui provoque les décharges d'ocytocine. 

 

La durée moyenne d'un câlin entre deux personnes est de 3 secondes. Mais les chercheurs ont découvert quelque chose de fantastique. Quand un câlin dure 20 secondes, il y a un effet thérapeutique sur le corps et l'esprit. En effet un câlin sincère produit de "l'ocytocine",  l'hormone de l'amour en quelques sortes. Cette substance présente de nombreux avantages pour notre santé physique et mentale, et nous permet, entre autres, de nous détendre, de se sentir en sécurité et de calmer nos craintes et notre anxiété. Ce merveilleux apaisement est offert gratuitement chaque fois que nous avons une personne dans nos bras, qu’on berce un enfant, ou que nous chérissons un chien ou un chat, ou que nous dansons avec notre partenaire, ou que nous nous rapprochons de quelqu'un ou que tout simplement tenons le bras d’un ami.
Source  

 

Dysfonctionnements :

Dans certaines situations, l'ocytocine pourrait aussi induire des comportements « radicaux », voire violents pour la défense du groupe, par exemple face à un tiers refusant de coopérer. Elle deviendrait alors une source d'agressivité défensive (et non offensive).

 

Pistes thérapeutiques

Chez l'être humain, l'inhalation d'ocytocine permettrait de majorer un état de confiance vis-à-vis d'autrui.
L'administration intranasale d'ocytocine pourrait améliorer le comportement social de patients souffrant d'autisme de haut niveau (HFA) ou du syndrome d'Asperger (SA). Une étude d'octobre 2010 a également suggéré l'efficacité de tels vaporisateurs sur les symptômes de la schizophrénie en association avec un traitement antipsychotique. D'autres études doivent être menées pour confirmer ces résultats.

Les calins, le touché, les massages, et l'orgasme stimule la libération de l'ocytocine.  Mais en plus grande quantité chez la femme. 

Concernant les massages, notez qu'il est très important de ne pas simplement appliquer l'huile sur la peau, mais d'y mettre de l'intention, du coeur, afin d'impliquer de l'émotion, y mettre du coeur tout simplement. 

guerir par l'amour.jpg

 

 

Le langage du toucher explique l’essence même de la vie humaine, les émotions et la créativité. Chaque cellule émet et reçoit;

chaque cellule répond et résonne. Et la main interprète le flux perpétuel des impulsions et des transmissions de connaissances et se fait réconfort.

Ainsi parvenons-nous au bien-être, au bonheur tant convoité qui nous habite depuis toujours.  (Pierre Buron)

 

Les personne qui n'ont pas accès aux câlins sont légion, se faire masser peut compenser. C'est le touché, l'intention bienveillante qui l'accompagne, le contact corps à corps qui provoque les décharges d'ocytocine. 

 

La durée moyenne d'un câlin entre deux personnes est de 3 secondes. Mais les chercheurs ont découvert quelque chose de fantastique. Quand un câlin dure 20 secondes, il y a un effet thérapeutique sur le corps et l'esprit. En effet un câlin sincère produit une hormone appelée "l'ocytocine", aussi connue comme l'hormone de l'amour. Cette substance présente de nombreux avantages pour notre santé physique et mentale, et nous permet, entre autres, de se détendre, de se sentir en sécurité et de calmer nos craintes et l'anxiété. Ce merveilleux apaisement est offert gratuitement chaque fois que nous avons une personne dans nos bras, qu’on berce un enfant, ou que nous chérissons un chien ou un chat, ou que nous dansons avec notre partenaire, ou que nous nous rapprochons de quelqu'un ou que tout simplement tenons le bras d’un ami.
Source 

 

Effets des câlins sur la santé

 

une-neuropsychologue-explique-pourquoi-les-calins-sont-indispensables

 

Calinothérapie.jpg

 

La câlinothérapie n'existe pas en réalité, mais pourtant, elle serait fort utile. Ainsi j'ai décidé de proposer des stages.  

Il existe les stages de rire, pourquoi les stages câlins ! On sait aujourd'hui que les câlins sont efficaces contre l'anxiété, la dépression, le stress, et ont milles vertus curatives. Le contacts entre être, humains, animaux est apaisant, le bercement, le touché, le regard, tout cela nous rend vivant. L'être prend conscience d’exister en étant "touché" ! Certains d'entre nous en manquent cruellement de tendresse et de contact, pourquoi ne pas nous en donner mutuellement.

 

Boris Cyrulnick décrit la particularité, des enfants en privation affective, qui sont plus petits de taille et avec une tête plus petite qui est expliqué par une carence en hormones sexuelles et hormones de croissance (STH). Elle stimule le développement de l'organisme et préserve la jeunesse pour les moins jeunes en raffermissant le corps et apportant du tonus, de l'énergie de la résistance, ainsi qu'une bonne récupération (une bonne dose rend infatigable). Développe le nez et le menton, les mâchoires, les muscles des épaules et du bassin. Par son action anabolisante elle favorise la masse musculaire au détriment de la masse graisseuse. Elle réduit les risques d'ostéoporose et décompensation cardiaque.

 On surnomme cette hormone "l'hormone du dirigeant" car un individu, femme ou homme, bien pourvu en STH est un chef idéal. (voir plus bas) 

 

 

 

Source partiel : l'amour rend ivre

 

 

 Voir aussi :  EVALUEZ vos taux d’hormones - TEST

 

 

Ocytocine : l'hormone de l'amour : Ses effets sur notre santé et nos comportements

Livre

 

 

DON
Prix : 2.60 €



12/11/2019
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2922 autres membres