creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

Efficacité Oligo-thérapie

loupe_min_raux.jpg

 

 

Des tests en laboratoire indépendant sur Lyon démontrent que lorsque le coronavirus est déposé sur ces membranes, 95% des virus étaient tués au bout de 5 minutes et 99,5% sont tués au bout de 60 minutes."  Source RTL 

 

Les particules d’argent ont des propriétés anti-bactériennes connues depuis des siècles et plus récemment, les scientifiques ont montré les pouvoirs virucides des particules d’argent.

 

Déjà, depuis l’Antiquité, on avait remarqué que l’eau contenue dans des récipients d’argent restait potable plus longtemps. L’argent était utilisé pour aider à la conservation bien avant que ne soient démontrées les propriétés bactéricides et antiviral du métal. La Bible et l’Odyssée témoignent de l’emploi d’un minéral, le soufre, dans la désinfection des habitations. Soufre que les Romains avaient coutume d’utiliser pour traiter les affections de la peau. Quant aux Egyptiens, ils avaient remarqué que le zinc appliqué sur une plaie permettait d’accélérer le processus de cicatrisation.

 

Quelques siècles plus tard, au Moyen-âge, le moine Basile Valentin (XIIIème siècle) serait parvenu à soigner les goitres grâce à l’administration d’éponges marines, sorte de réservoirs d’iode, à ses patients. Tous pratiquaient en fait l’oligothérapie sans le savoir, et sans en connaître encore les fondements scientifiques.

 

L’histoire de l’oligothérapie commence réellement vers la fin du XIXème siècle. C’est le français Gabriel Bertrand qui a utilisé ce terme pour la première fois. Chercheur à l’institut Pasteur (Paris), il travaillait sur la composition des tissus vivants et sur les réactions qui caractérisent leurs activités biologiques.

Ses travaux s’avèrent décisifs en 1894 quand il démontre l’existence de traces de minéraux : ils jouent un rôle essentiel dans le développement des végétaux et des organismes vivants. Gabriel Bertrand les baptise oligo-éléments, parce qu’ils sont présents en quantités infimes et que le mot grec ‘oligo’ qui signifie ‘peu’ illustre parfaitement ce nouveau concept scientifique.

Suite à ces travaux et bien d’autres, le milieu du XXème siècle  voit la naissance de l’oligothérapie, médecine naturelle, qui consiste à prévenir ou soigner par l’administration d’oligo-éléments.

 

L’Oligothérapie aujourd’hui

 

Les oligo-éléments sont des modificateurs de terrain.  C'est le terrain qui fait la maladie, pas le microbe.  Le microbe ne peut se développer que sur un certains terrain. 

 

132.jpg

 

TBH.jpg

 

L’oligothérapie est une médecine complémentaire de la médecine allopathique, qui ne se substitue pas à elle. Elle consiste à administrer des oligo-éléments à faible dose dans l’organisme pour améliorer l’état de santé général d’un patient, pouvant ainsi éviter le recours à des traitements plus lourds. L’oligothérapie agit aussi bien sur la cause du problème que sur les symptômes.

Le recours à l’oligothérapie se fait dans les principaux cas suivants :

-          Pour prévenir un déficit ou une carence,

-          Pour compenser un déficit ou une carence,

-          Pour obtenir un effet thérapeutique en complément d’autres recours médicaux, lors de différentes maladies.

 

L’oligothérapie permet d’intervenir en douceur, et en amont, pour prévenir les déséquilibres ou en complément d’autres soins allopathiques, pour soulager les symptômes ressentis.

 

La plupart du temps, il n'existe pas de contre-indication. Les oligo-éléments sont très bien tolérés et généralement sans effets secondaires.

Même si aujourd'hui vous pouvez vous procurer librement des oligo-éléments aux dosages parfaitement étudiés pour un profil type, l'avis de votre pharmacien ou de votre médecin peut vous aider à définir lesquels vont vous convenir et vous aider à retrouver forme et santé, surtout si vous êtes dans une situation particulière (période de croissance, convalescence, grossesse en cours, ...).

 

Source : http://www.granions.fr/oligotherapie

 

 

 

 

fiches oligo thérapie

oligo fiches.jpg

 

Recevoir les fiches et le PDF de l'article par mail pour l'imprimer soi-même

4 fiches oligo / mail + PDF
Prix : 6.00 €

 

 

L’argent colloïdal.

Bactéricide hors pair, germicide par excellence, antibiotique naturel, l’argent colloïdal est précieux. Contre une hépatite, une vilaine grippe, une affection de la peau, certains lui attribuent aussi des vertus anti cancer. L’argent colloïdal élimine microbes, virus, bactéries, parasites, moisissures, champignons et mycoplasmes, dont certains en quelques minutes seulement. Le tout sans aucun effet secondaire nocif connu sauf à prendre à très haute dose, une pigmentation de la peau.  

La préparation de cette substance ne requiert ni laboratoire, ni connaissances poussées en chimie ou en pharmacologie. Le tout peut être préparé avec des instruments et une technique dont la simplicité est déconcertante. Pas étonnant que le cartel pharmaceutique en interdise la vente dans plusieurs pays et qu’aucune recherche « officielle » n’ait été financée par ledit groupe. Il est de loin préférable pour leurs profits que cette information soit le plus méconnue possible. Alors à nous de jouer.

 

BREF HISTORIQUE

L’utilisation de l’argent pour traiter maladies, brûlures, blessures et autres joies de la vie corporelle n’est pas récente. L’argent colloïdal n’est pas un nouveau traitement ou une découverte récente, c’est plutôt un « remède de grand-mère », moyennant que cette grand-mère ait vécu à une époque très lointaine ;-). Depuis la plus haute antiquité, et peut-être même avant, l’argent était déjà connu pour ses propriétés germicide et bactéricide. Voici ce qu’en dit Frank Goldman dans son livre Une arme secrète contre la maladie : l’argent colloïdal :

Il était employé dans des ustensiles destinés aux enfants afin de les protéger contre des maladies dont l’origine n’était pas connue à ces époques. L’expression « Être né avec une cuillère d’argent dans la bouche » vient de ce phénomène, son utilisation récente comme indication de richesse n’est qu’une conséquence. Les Vénitiens transportaient eau, vin et vinaigre dans des réservoirs en argent pour les conserver ; lors de la conquête de l’ouest américain, les pionniers protégeaient leur réserve d’eau, de lait et d’aliments en plaçant des pièces de monnaie en argent dans leurs outres, barriques ou récipients pour en préserver la fraîcheur. Alexandre Le Grand (356-323 av. J.C) transportait son eau dans des récipients argentés. La nourriture pour les aristocrates était servie sur des plateaux en argent pur; ils mangeaient avec des ustensiles en argent et buvaient leurs boissons dans des coupes en argent.

L’utilisation médicale de l’argent a une longue tradition, les Macédoniens plaçaient des plaques en argent sur les blessures pour aider à leur cicatrisation. La Grèce antique connaît l’apogée de la phytothérapie du temps d’Hippocrate (460-370 av JC), qui décrivit plus de 230 plantes médicinales dans son ouvrage « Corpus Hippocraticum », science à laquelle il avait été initié par son père, Héraclide. Il la développa et l’exerça en tant que médecin itinérant au cours de ses voyages en Asie Mineure et en Grèce et, à cette époque, il enseigna à ses disciples que la fleur d’argent (poudre extra-fine) cicatrisait les blessures ulcérées.

De nombreux médecins, alchimistes, comme Pline (78 après J.C), Gerber (702-765), Avicenne (980-1037, Paracelse (1493-1541) conseillaient l’usage médical de l’argent.

Au Moyen Âge, les médecins arabes employaient l’argent dans le traitement des palpitations et des rétentions hydriques. Pour les alchimistes, l’argent correspondait à la lune (macrocosme) et à la tête (microcosme), il fut donc administré aux fous et aux épileptiques. C’est au XVIIIe siècle que le nitrate d’argent devint une thérapeutique de choix pour le traitement des plaies, des ulcères et de la plupart des affections de la peau.

On comptait plus de 60 préparations à base d’argent dans la pharmacopée du XIXe siècle.

En 1869 le scientifique Ravelin indiquait que l’argent à doses infimes déployait des effets antimicrobiens.

En 1881 le gynécologue de Leipzig, Carl Sigmund Franz Crède (1819-1882), recommandait de prévenir l’inflammation de l’œil du nouveau-né par le traitement d’une solution à 1 % de nitrate d’argent. Les résultats étaient tellement impressionnants qu’on a ordonné ce traitement, nommé « Prophylaxie Crède », pour les nouveaux-nés ! Avec l’instauration de cette pratique, le taux d’ophtalmie des nouveau-nés tomba rapidement de 10 % à 0,2 %. En conséquence, cette pratique devint obligatoire aux USA et dans la plupart des pays européens.

En 1893, le botaniste suisse Von Nägeli (1871-1938) découvrait que la concentration de seulement 0.000 000 1 % des ions argentés suffisent pour tuer le germe spirogyre (une algue verte d’eau douce, se présentant sous la forme de filaments) qui se trouve dans l’eau fraîche.

Les propriétés anti-infectieuses de l’argent colloïdal furent énoncées au début du XXe siècle.

Les Chinois utilisent l’acupuncture depuis environ 7 000 ans. Ils ont rapidement découvert l’effet antimicrobien des aiguilles en argent. On peut penser que des milliers d’acupuncteurs de par le monde utilisent aujourd’hui des aiguilles argentées pour l’acupuncture.

L’argent est toujours utilisé dans la médecine traditionnelle indienne (ayurvédique), entre autres pour traiter fièvres chroniques, inflammations intestinales, hyperactivité de la vésicule biliaire et ménorragies.

En 1928, Krause eut l’idée de placer un revêtement d’argent dans des systèmes de filtration pour l’eau domestique. Actuellement, plus que la moitié des lignes aériennes mondiales emploient l’argent pour traiter l’eau des avions destinée aux usagers. Les Américains et les Russes ont choisi un système de traitement de l’eau à base d’argent pour leurs navettes spatiales.

Aux É.-U., des villes ont choisi l’argent pour traiter les eaux usées, dans certains hôpitaux l’installation de système d’ionisation argent/cuivre ont permis d’éradiquer la Legionella Pneumophila de leurs réseaux d’eau chaude.[1]

 

 

Les solutions appelées "argent colloïdal" sont en réalité des solutions à la fois colloïdale et ionique. L'argent colloïdal est définit par des particules d'argent en suspension dans l'eau, tandis que l'argent ionique est caractérisé par de l'argent dissous dans l'eau ! Tous les argents colloïdaux sont techniquement des argents ionico-colloïdaux, seul va varier la proportion des deux formes d'argent.

 

L’argent colloïdal en usage externe peut être utilisé pour accélérer la cicatrisation des brûlures et de diverses blessures ou encore pour soigner une panoplie d’affections de la peau, des yeux, des oreilles, etc. Il est communément bu afin de combattre efficacement et rapidement toute infection virale ou bactérienne. On peut en prendre par périodes de façon préventive. Il peut aussi être vaporisé dans les voies respiratoires à l’aide d’un spray. Il ne lui suffisait pas d’être un antibiotique, un germicide et un bactéricide hors du commun. Le Dr Becker, auteur de The electric body (1985), a étudié le mécanisme par lequel les ions d’argent régénèrent les tissus et voici une des conclusions à laquelle il est arrivé :

Les ions d’argent forment un complexe avec les cellules vivantes autour de la blessure pour produire des cellules-souches immédiatement convertibles. Le résultat net de cette conversion est que les cellules-souches fournissent toutes les composantes nécessaires à la restauration complète de toute structure atomique.

Nous parlons donc ici de régénération des tissus, rien de moins. Mais lorsque nous saisissons la mécanique de profit du monde dans lequel nous vivons, nous comprenons rapidement qu’une telle panacée n’est aucunement rentable. Et c’est la raison pour laquelle aucune étude sérieuse (officielle) des bienfaits de l’argent colloïdal n’a été entreprise par l’establishment médical. Beaucoup d’informations sur le sujet sont tout de même disponibles et l’AC peut se faire à l’aide d’une simple électrolyse.

Voici une liste non exhaustive (recueillie sur le Net ) de pathologies pour lesquelles l’argent colloïdal a une action bénéfique:

Abcès, Acné, Allergies, Amygdales, Angines, Aphtes, Arthrite, Asthme, Blessures, Plaies, Bronchite, Brûlures, Coups de soleil, Cancer, Candida albicans, Cellulite, Colite, Conjonctivite, Maladie de Crohn, Soins du cuir chevelu, Dents (carries), Diarrhée, Eczéma, Fatigue chronique, Infection de l’estomac, Fibromyalgie, Gale, Hépatite C, Herpès, Hidrosadénite, Ulcères d’estomac, Diabète, Choléra, Malaria, Peste bubonique et Lèpre, HIV/Sida, Infections des poumons, Infections cutanées, Problèmes de foie, Yeux, Oreilles, Reins, Vessie, Voies urinaires, Intoxication alimentaire, Kystes, Levures, Maladie de Lyme, Moisissures, Mycoses, Pancréatite, Pellicules, Mauvaise haleine, Pneumonie, Rhumes et Grippes, Saignements, Sclérose en plaques, Sinusite, Stérilité, Teigne, Varicelle, Verrues, Zona…

D’autres exemples de pathologies sont présents dans le livre de Frank Goldman.

 

 

Pour en savoir plus et notamment sur LA FABRICATION D’ARGENT COLLOÏDAL

Cet excellent article :  argent coloidal

source : argent-colloidal-ce-que-le-cartel-pharmaceutique-nous-cache

 

Oligo-éléments.png

 

carences-oligo-element-trouble-fertilite-femelle.jpg

 

symptome_carence_oligo.jpg

 

voir aussi :  argent-colloidal-ce-que-le-cartel-pharmaceutique-nous-cache

                   Silicium, reminéralisant naturel

                  ► TABLEAU des VITAMINES

                    source-de-potassium-oligo-element-essentiel-a-la-vie

 

 

MERCI de partager afin de rendre ce travail utile et en faire profiter un maximum de personnes

                  



06/12/2014
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2920 autres membres