creer-son-bien-etre

creer-son-bien-etre

Indispensables en hiver, Zinc, Soufre, Manganèse

Souffre copie.jpg

cliquez sur l'image pour voir plus grand

 

Le Soufre

Normalement disponible dans certains aliments, le soufre se rarifie à cause des pesticides et des aliments raffinés. Une carence en soufre peut entraîner un grand nombre de maladies.

Le soufre est un élément essentiel à la vie et joue un rôle majeur dans notre organisme. Il n’existe pas sous forme pure dans notre organisme, mais sous forme de sulfate en tant que composant de plusieurs acides aminés  essentiels dont il permet la synthèse, et qui, eux, permettent le transport de l’oxygène nécessaire au renouvellement cellulaire. Les 2 acides aminés essentiels dépendants de l'apport en soufre : la cystéine et la méthionine. Nous trouvons une grande quantité de ces acides aminés principalement dans les cheveux, les ongles, la peau, le mucus, entre autre. Les cheveux et les ongles sont composés de kératine contient du soufre, il est donc indispensable à la constitution des phanères (cheveux et ongles), mais aussi des os ( dans lesquels on retrouve une grande quantité de soufre, son rôle ici est de favoriser l'absorption du calcium, du magnésium et du phosphore). On le retrouve aussi dans les articulations, tendons et dents. 

Complémentaire du silicium, le soufre est un élément-clé de la composition du cartilage, participe à la production du sulfate de chondroïtine, sulfate de glucosamine et acide hyaluronique, les 3 éléments du cartilage qui lui conférent une certaine élasticité. La carence en soufre semble favoriser l’arthrose.

Utile contre la goutte, le soufre est conseillé comme détoxifiant dans toutes les situations de maladies récidivantes ou chroniques : rhumatologiques, cutanées, ORL, bronchiques, allergiques.

 

Il permet la synthèse de 3 vitamines (thiamine, biotine et acide panto- thénique) et à l’élaboration de nos tissus (dont les cartilages). Il participe à l’élimination des substances nocives, qu’elles soient produites par l’organisme ou qu’elles proviennent de l’extérieur.

Il agit sur la régulation des sécrétions des muqueuses respiratoires, rhinopharyngées et bronchiques.

 Les muqueuses des voies respiratoires ont pour fonction de capturer et de rejeter les bactéries et les virus via la production de mucus. Elles constituent ainsi un mécanisme de défense des poumons. Le soufre augmente la fluidité du mucus, favorisant la fonction d’élimination des microbes par les muqueuses et diminuant le risque de surinfection bronchique. Face aux états allergiques, il fluidifie les sécrétions bronchiques, ce qui favorise leur élimination.

 

Une cure de soufre est "utile à l'entrée de l'hiver. 

SAUF EN CAS D'ALLERGIE AU SOUFFRE !

 

Le souffre aide a stocker plus de vitamine C et doper la production d'hormones anti-infectieuses, aide à fabriquer des anticorps. les macrophages (cellules mange-virus). A l'opposé le taux élevé de cortisol, l'hormone du stress, « endort » les cellules immunitaires. En effet, en réaction au stress, les glandes surrénales produisent du cortisol en grande quantité, hormone au pouvoir anti-inflammatoire puissant. C'est grace au soufre et à la vitamine C que les marins hollandais de la compagnie des Indes résistèrent au scorbut. Le scorbut apparaît 1 à 3 mois après l'absence de vitamine C.

 

A noter que la carence de soufre chez un enfant peut entraîner des troubles de l'attention, et un retard de croissante. On le trouve principalement dans les aliments carnés, crustacés, (protéines) et les aliments sulfurés (qui contiennent du soufre donc) tels que l'ail et l'oignon. Les eaux de Vichy riches en soufre soulagent les bronches

 

Il est possible d'en prendre sous forme de comprimés (Oligostim soufre), 1 par jour le matin à jeun, 10 j par mois pendant 4-5 mois. (Ainsi qu'une cure de zinc, manganèse, vitamines B, C, D pour favoriser une synergie)

Le soufre est très utile pour traiter les maladies de la peau. 

Puisqu'il intervient dans la structure de l’épiderme et est indiqué dans les affections cutanées, notamment allergiques comme l'urticaire et en particulier dans l’eczéma. Il est aussi conseillé dans les allergies alimentaires. II est essentiel à la réparation de la peau et participe à la beauté des cheveux et des ongles. La carence en soufre, peut entraîner un retard de croissance notamment au niveau des cheveux et des ongles.

Le savon au soufre organique peut être utilisé pour traiter efficacement les problèmes de peau tels que l'eczéma, le psoriasis ou l'acné sévère car il a des fonctions :

sébo régulatrice,

anti-bactérienne

antifongique.

Il est utilisé en bain de soufre contre la gale. Pour cela, on utilise la fleur de soufre en poudre pour la peau.

Attention cependant, il s'agit d'un produit pouvant être assez agressif localement, il est nécessaire de demander un avis médical avant de l'employer.

Enfin, le soufre liquide est davantage utilisé en botanique. En effet, il s'agit d'un répulsif et d'un antifongique naturel particulièrement efficace pour entretenir les jardins biologiques.

 

 

A l'époque de l'antiquité, le soufre était déjà utilisé pour éloigner les épidémies des pieds de vigne. Dans la Bible, on retrouve plusieurs références au soufre.

Plus tard pendant la guerre, réduit en poudre il est brûlé pour faire fuir l'ennemi. En effet, la fumée qu'il dégage à la combustion a une odeur très forte, toxique car très irritante.

Au 11ème siècle, le soufre entre dans la fabrication de la poudre à canon en Asie.

Au 15ème siècle, au moment de la peste noire,  il utilisé pour désinfecter.

C'est dans la période 1800 que le rôle du soufre dans l'organisme va être décrit avec plus de précision quand H.A. Vogel découvre des traces de soufre dans la bile et le sang des animaux. Il comprend alors qu'il s'agit d'un constituant de deux acides aminés essentiels.

À partir des années 1850, il est l'utiliser de plus en plus fréquemment en botanique comme répulsif et antifongique. Encore aujourd'hui, le soufre est utilisé par l'agriculture biologique. Il est une très bonne alternative aux pesticides chimiques répulsifs. 

Il s'agit d'un métal jaune faisant partie du groupe des chalogènes, il est insoluble dans l'eau.

Le dioxyde de soufre est un gaz obtenu par combustion du soufre, dans l'eau il se transforme en acide sulfurique. C'est un antioxydant utilisé pour stabiliser le vin.

Le soufre entre aussi dans la composition du sulfure d'hydrogène, des sulfates et du pétrole.

 

 

Les recommandations nutritionnelles sont de 13mg à 14mg de soufre par kg et par jour.

En considérant le synergie des nutriments, l'assimilation du souffre est potentialisé par les vitamines du groupe B, et les vitamines D et C, le magnésium, le zinc et le manganèse.

Cet oligoélément se trouve majoritairement dans les produits carnés et protéines. 

  • Rognons
  • Foie
  • Porc
  • Poulet
  • Agneau
  • Saumon
  • Crevette
  • Coquillages
  • Huîtres
  • Jaune d'oeuf cuit
  • Ail
  • Oignon
  • Échalote
  • Choux
  • Lentilles
  • Pois chiches
  • Noix de cajou
  • Graines de sésame
  • Pistaches
  • Noix de Pécan

 

Le Zinc

Le zinc permet de lutter contre le vieillissement prématuré des cellules grâce à sa forte action antioxydante. Il contribue à réguler le taux de sucre du sang grâce à son action sur l'insuline. Il joue un rôle dans l'élimination de l'alcool dans le foie, régule la vitamine A présent dans le corps, permet de fixer le phosphore sur les os. Il aide la cicatrisation des lésions cutanées, ce qui le rend essentiel pour traiter des problèmes de peau comme l'acné, les dermatoses, le psoriasis ... Il aide à soulager les problèmes liés à l'arthrose.

Le zinc est indispensable :

  • à la synthèse de l'ADN,
  • au métabolisme des protéines,
  • à la croissance cellulaire,
  • au système immunitaire,
  • aux fonctions neurologiques
  • et aux fonctions reproductives.

Il est utilisé dans le traitement de la schizophrénie et dans le traitement de certains cancers.

Il contribue à une bonne santé des ongles et cheveux. Aide à lutter contre rhume, grippe et même les allergies. Une cure de zinc s'impose à l'approche de l'hiver, cet oligoélément est important pour soutenir les défenses immunitaires. Sans lui, on ne peut pas multiplier efficacement les cellules (donc aussi les globules blancs) ni bien synthétiser les protéines (donc aussi les anticorps). Indispensable pour préserver notre immunité !

 

Attention, le zinc n'est à prendre qu'en prévention : il faut cesser la cure dès les premiers signes d'infection ORL car les bactéries peuvent alors l'utiliser pour se multiplier.

 

A noter que la carence en zinc chez un enfant peut entraîner des troubles de l'attention, un retard de croissante, des allergies. Et, chez les adultes, cette carence peut avoir comme conséquence une baisse de l'appétit, une perte de cheveux, des troubles au niveau des cycles chez la femme. Les principaux signes d'un déficit en zinc chez l'adulte : Une altération de la qualité de la peau (sécheresse, peau rugueuse, etc.), des cheveux (secs, cassants, perte de cheveux) et/ou des ongles (striés, cassants, tâchés). Une susceptibilité aux infections. Une difficulté à cicatriser. Une perte de goût ou de l'odorat, une perturbation du métabolisme de l'insuline, prise de poids, insulino-dépendance, ou encore des troubles de la fertilité.

 

Les compléments de zinc doivent être ingérés au moins 2 h avant ou après les compléments alimentaires contenant du fer, les antibiotiques de la famille des cyclines et des quinolones, les traitements contre l'ostéoporose, et les médicaments destinés à neutraliser l'acidité de l'estomac.

 

Aliments riches en zinc 

 

Les huitres, le boeuf, le fromage, le cacao, la langouste et les crustacés en général, les graines de sésame, le thym, les noix et les noix de cajou, le blé complet et l'avoine, le poulet, le veau, les germes de blé, la moutarde, le thym le poivre et les piments, les petits pois et les carottes, la citrouille, les lentilles corail, le gingembre, les oeufs.

 

La Manganèse

 

Cet oligo-élément entre dans la composition et la synthèse de nombreuses enzymes indispensables à différentes fonctions de l'organisme tels que la synthèse du collagène, ou la superoxyde dismutase nécessite le manganèse pour être produite, elle permet à l'organisme de se défendre contre l'oxydation, (le stress oxydatif) et donc le vieillissement cellulaire. Il participe aussi à la synthèse et au renouvellement du tissu des articulations et des os, il permettrait de prévenir la déminéralisation des os et donc l'ostéoporose. Il participe au métabolisme des glucides et du cholestérol. 

Le manganèse intervient dans les métabolismes des lipides, des protéines et des glucides. Il participe à la synthèse de l'insuline, hormone intervenant dans le contrôle de la glycémie après l'ingestion de glucides.

 

Découvert au 19e siècle dans des aliments tels que le café, le thé, la betterave , la carotte… On ne découvre son importance dans l’activation de plusieurs enzymes qu'en 1903.

 

Il est dit essentiel, car non synthétisé par l'organisme et doit donc être apporté par l'alimentation à hauteur de 2 mg par jour. Environ 20 mg de manganèse sont répartis dans notre organisme dans les os, le foie, les reins. La carence se manifeste par des troubles nerveux ou osseux.

Peu d'aliments sont très riches en manganèse, mais ils sont très nombreux à en contenir un peu. Les plus intéressants sont les légumes verts, les céréales (blé, maïs, flocons d'avoine, pain complet...), les fruits secs (noisettes, noix, amandes...) les légumes secs (lentilles, haricots...), fèves de soja, le riz, les graines de citrouille ou pépins de courge, les huitres, les moules, ananas, framboises, épinards crus, le thé....

Une carence entraine des problèmes de peau (dermite squameuse) ainsi que de l’hypercholestérolémie (taux de cholestérol élevés dans le sang). 

 

On peut se suppléer avec des ampoules à prendre à jeun le matin par voie sublinguale (recommandé). Ou éventuellement 15 minutes avant un repas ou le soir au coucher, éloigné du repas.

Le calcium ainsi que les phytates présents dans les légumineuses, les noix et graines ainsi que les produits céréaliers à grains entiers diminueraient l’absorption du manganèse. De plus, des réserves de fer basses, entraîneraient l’augmentation de l’absorption du manganèse.

 

La synergie d'oligoéléments Manganèse et Cobalt est préconisée dans les dysfonctionnements du système neurovégétatif et la régulation des troubles circulatoires, aussi bien artériels que veineux (engourdissement et fourmillement des mains et des avant-bras, lourdeur des jambes, crampes, varices, grosse variation de la tension artérielle).

 

 

Toxicité

L'inhalation répétée de poussière de manganèse (exploitation minière, fonderies, métallurgie) induisent un risque de perturbation au niveau su système nerveux central pouvant se manifester par la maladie du Parkinson. De plus, les personnes atteintes de maladies chroniques du foie, les gens prenant des suppléments alimentaires de manganèse ainsi que les nourrissons atteints d’une maladie hépatique cholestatique qui reçoivent aussi des suppléments sont plus à risque d’un apport trop élevé en manganèse. La toxicité du manganèse provient principalement d’un environnement contaminé.  Source

 

Le dioxyde de manganèse de couleur noire est le premier a avoir été découvert dans l'Antiquité. Il donnera d'ailleurs son nom à la ville de Magnésie du Sipyle qui, à l'époque, en vend en grande quantité. Ce n'est qu'à la fin des années 1770 que le manganèse pur sera extrait du dioxyde de manganèse par J. G. Gahn. Une poudre blanche très soluble dans l'eau et qui devient rose-rouge une fois hydratée.

Au 18 ème siècle on utilisait le dioxyde de manganèse pour fabriquer du chlore, puis peu à peu son utilisation s'est étendue à la métallurgie puis à la botanique, puis enfin à la thérapeutique.  Il est employé pour fabriqué des piles, des engrais, ou pour obtenir du dioxyde de manganèse. Source

 

L'oligothérapie 

 

manganese zinc souffre.jpg

 

fiches oligothérapie

oligo fiches.jpg

 

Recevoir les 7 fiches et le PDF de l'article par mail pour l'imprimer soi-même

7 fiches oligo / mail + PDF
Prix : 5.00 €

 

 

cuivre illustration1.jpg

Le cuivre à des propriétés antiseptiques reconnues mais il est aussi antiviral. Il tue les micro-organismes, Covid-19 compris. ( Études mentionnées plus bas).

 

J'ai été agréablement surprise de découvrir un article sur le  www.huffingtonpost.fr 

A savoir, pourquoi le cuivre est le pire ennemi du virus qui nous pourri la vie depuis des mois !

et aussi Maxiscience.com qui relate des effets du cuivre contre le virus de la gastro entérite. 

 

 

Le cuivre est un support précieux pour préserver pour la médecine ayurvédique. Ses propriétés antiseptiques redoutables sont connus depuis belle lurette, cette médecine préconise de boire dans des gobelets en cuivre, par exemple.

Cette action purificatrice du métal conducteur était également connu des Phéniciens qui traitaient les blessures de guerre avec du bronze, qui est un alliage du cuivre, pour éviter les infections. 

Les instruments de médecine moderne sont réalisés avec ce même métal, cet avantage a été utilisé par de nombreuses cultures, avant même de pouvoir expliqué et démontrer les effets de façon scientifique....

Et bien entendu les propriétés du cuivre sont utilisées en oligothérapie, ainsi que d'autres oligo éléments tels l'argent et l'or.. 

 

Une étude  comparative a testé la viabilité du CORONAVIRUS sur différents support :

 

- 24 heures sur du carton,

- 48 heures sur du plastique,

- Plusieurs jours sur le fer...

et moins de 4 heures sur du cuivre.

 

MAIS il faut savoir que de toutes façons, sur une surface parfaitement séche, un virus ne vivrait que 3 h. (Tandis que sur une surface humide, il tient plus d'une semaine). 

 

 

 Cet élément que l’on retrouve dans tant d’objets, en général sous forme d’alliage en association avec un autre métal comme du zinc ou de l’étain, est le plus fort. Non seulement contre le Covid-19, mais aussi d’autres virus, à l’image de la grippe aviaire (H1N1) ou encore du syndrome respiratoire MERS: l’effet est quasi-immédiat, fait “exploser” le micro-organisme parfois en quelques minutes seulement, pour reprendre les mots de Bill Keevil, microbiologiste à l’université de Southampton (Grande-Bretagne).

Des atomes de cuivre qui ne laissent rien passer, virus, microbes, bactéries...le cuivre possède donc une propriété unique.

Encore davantage que l’or et l’argent selon lui, connus eux aussi pour leur capacité antiseptique. Un effet attribuable essentiellement à sa composition atomique: chaque atome de cuivre contient un électron libre, qui vient oxyder les molécules du micro-organisme, l’endommageant irrévocablement. 

 

Ses ions endommageant l’enveloppe de tout microbe ou autre organisme qui viendrait s’y frotter.

Mis à nu, c’est ensuite au tour de l’ARN du virus de subir l’assaut mortel des électrons: après un tel traitement, il ne reste rien ou presque.Le cuivre s'attaque au génome des virus et plus particulièrement à un gène appelé VPg, qui leur est indispensable pour infecter des organismes vivants. 

 

Dans l’étude menée en 2015 par Bill Keevil sur un coronavirus cousin du Covid-19, il suffit ainsi de 20 minutes passées sur un alliage constitué à 95% de cuivre pour qu’une dose de liquide contagieux soit entièrement détruite. 

En 2007 déjà, une étude au sein du centre hospitalier de Birmingham, démontrait que les surfaces contenant au moins 60% de cuivre détruisaient de 90 à 95% de micro-organismes en contact. D'autres études ont été menées aux Etats Unis et au Japon. Une étude publiée dans PlosONE, dirigée par le Dr Sarah Waynes à focalisé les tests sur le norovirus responsable de la majorité des gastro-entérites. ce virus est très resistant, même aux produits de nettoyage. 

Les résultats ont été similaires aux précédentes études, les surfaces contenant 60% de cuivre ont permis de d'inactiver rapidement, a température ambiante, les noravirus. Le délai d'inactivation était rapide et proportionnel à la quantité de cuivre contenu dans l'alliage testé. 

Au Chili et au Japon, certaines sociétés proposent désormais des masques et des gants de protection comprenant une couche de cuivre, pour une stérilisation maximale. Même souci de ne pas transmettre le virus pour cette université texane, dont les chercheurs ont créé des autocollants en cuivre, en vente au grand public, à placer sur les poignées de porte et autres surfaces touchées quotidiennement. 

 

Des entreprises proposent désormais masques, gants ou poignées de porte faits de ce métal.

 

A savoir

La plupart des canalisations d'eau étaient, jusqu'il y a peu, en cuivre. Malheureusement dans un soucis d'économie, dans la rénovation ou les nouvelles constructions on utilise désormais des tuyaux en plastique appelé PER. Alors que les tubes de cuivre évitaient le développement des bactéries, ces tuyaux en plastique font exactement le contraire, car n'étant pas totalement étanche à l'aire, il s'y développe des boues. 

Certains types de PER sont plus haut de gamme,  avec barrière anti oxygène, mais ils ne sont guère utilisés car plus chers. 

 

 Certains hôpitaux où Ehpad sont équipés de poignées de portes, robinets, rampes ... en cuivre.

cuivre hop epad-2.jpg

Quelle sage initiative qui devrait être généralisée à tous les hôpitaux de France ou les maladies nosocomiales sont un fléau qui dépasse la mortalité sur la route. 

En 2018, selon les résultats définitifs de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), 3 488 personnes ont perdu la vie sur les routes de France. Avec 196 décès de moins qu’en 2017. Depuis 1960, au moins 350 000 personnes sont mortes des suites d'un accident de la route en France. Santé Publique France estime qu’ un patient hospitalisé sur 20 y a été confronté en France en 2017. L’OMS évalue  à 1,4 million le nombre de personnes ayant contracté une infection à l’hôpital. Le ministère de la Santé estime que les infections nosocomiales sont responsables de 4 200 décès chaque année en France.

Selon les résultats, 6,9 % des patients présents à l'hôpital sont victimes d'une infection nosocomiale, dont 1 % acquise dans un autre établissement. Ramené à la population hospitalisée, cela représente 800 000 personnes chaque année. 


Toujours selon SPF, les 4 infections nosocomiales les plus fréquentes sont, par ordre d’importance : les infections urinaires, les infections des voies respiratoires, des infections au niveau du site opératoire (la zone du corps qui a été opérée) et les infections du sang.

la bactérie responsable du plus grand nombre d’infections nosocomiales. Environ 16 % des infections

 

Un certain nombre de infections nosocomiales sont causées par Staphylococcus aureus.

 De nombreuses idées reçues ont la dent dure sur le sujet : le staphylocoque que l’on pense "attraper" à l’hôpital par défaut d’hygiène est en général celui que l’on porte soi-même. Les virus et bactéries sont présents partout et sur notre corps aussi.

Le mécanisme est le suivant : la personne est porteuse de la bactérie au niveau de la muqueuse nasale par exemple. Suite à une intervention chirurgicale, la bactérie va pénétrer la barrière cutanée à l’endroit où il y a eu une rupture (zone de l’intervention, endroit où a été posé un cathéter, etc.). Lorsqu’on est hospitalisé et alité toute la journée, les défenses immunitaires s’affaiblissent. La combinaison de ces deux facteurs favorise les infections nosocomiales.

L’augmentation du nombre d’infections staphylococciques s’explique par le nombre croissant de personnes immunodéprimées mais aussi par la multiplication des procédures invasives altérant la barrière cutanéo-muqueuse (poses de prothèses, de sondes, gestes chirurgicaux, etc.).  Source

 

 

J'utlise l'oligo thérapie à base cuivre. Pour en savoir plus sur les bienfaits de  l’oligothérapie je vous invite à consulter l'article complémentaire  ( cliquez)

oligo-therapie-une-efficacite-meconnue

 

J'ai l'habitude d'utiliser "or-cuivre-argent" pour tous débuts d'infection ORL. A jeûne en sublinguale

 

oligo-1.jpgcui-1.jpg

Classes thérapeutiques ampoules de cuivre : Infectiologie - parasitologie 
Divers traitements des symptômes des états infectieux. 
Rhumatologie 

Utilisé comme modificateur du terrain en particulier au cours d'état infectieux et viraux, d'états grippaux et au cours d'affections rhumatismales inflammatoires.

Pathologies pour lesquelles ce médicament peut être prescrit

  • Etat infectieux et viral
  •  
  • Etat grippal
  •  
  • Affection rhumatismale inflammatoire 

Mode d’administration et posologie du médicament CUIVRE OLIGOSOL

Posologie

RÉSERVÉ A L'ADULTE.

1 à 2 ampoules par jour.

Les ampoules sont  à prendre de préférence le matin à jeun ou éventuellement 15 minutes avant un repas ou le soir au coucher.

Mode d'administration

Voie orale.

L'administration par voie sublinguale est recommandée : garder le contenu de l'ampoule 1 à 2 minutes sous la langue avant d'avaler.

 

 

L’argent colloïdal.

Bactéricide hors pair, germicide par excellence, antibiotique naturel, l’argent colloïdal est précieux. Contre une hépatite, une vilaine grippe, une affection de la peau, certains lui attribuent aussi des vertus anti cancer. L’argent colloïdal élimine microbes, virus, bactéries, parasites, moisissures, champignons et mycoplasmes, dont certains en quelques minutes seulement. Le tout sans aucun effet secondaire nocif connu sauf à prendre à très haute dose, une pigmentation de la peau.  

La préparation de cette substance ne requiert ni laboratoire, ni connaissances poussées en chimie ou en pharmacologie. Le tout peut être préparé avec des instruments et une technique dont la simplicité est déconcertante. Pas étonnant que le cartel pharmaceutique en interdise la vente dans plusieurs pays et qu’aucune recherche « officielle » n’ait été financée par ledit groupe. Il est de loin préférable pour leurs profits que cette information soit le plus méconnue possible. Alors à nous de jouer.

 

BREF HISTORIQUE

L’utilisation de l’argent pour traiter maladies, brûlures, blessures et autres joies de la vie corporelle n’est pas récente. L’argent colloïdal n’est pas un nouveau traitement ou une découverte récente, c’est plutôt un « remède de grand-mère », moyennant que cette grand-mère ait vécu à une époque très lointaine ;-). Depuis la plus haute antiquité, et peut-être même avant, l’argent était déjà connu pour ses propriétés germicide et bactéricide. Voici ce qu’en dit Frank Goldman dans son livre Une arme secrète contre la maladie : l’argent colloïdal :

Il était employé dans des ustensiles destinés aux enfants afin de les protéger contre des maladies dont l’origine n’était pas connue à ces époques. L’expression « Être né avec une cuillère d’argent dans la bouche » vient de ce phénomène, son utilisation récente comme indication de richesse n’est qu’une conséquence. Les Vénitiens transportaient eau, vin et vinaigre dans des réservoirs en argent pour les conserver ; lors de la conquête de l’ouest américain, les pionniers protégeaient leur réserve d’eau, de lait et d’aliments en plaçant des pièces de monnaie en argent dans leurs outres, barriques ou récipients pour en préserver la fraîcheur. Alexandre Le Grand (356-323 av. J.C) transportait son eau dans des récipients argentés. La nourriture pour les aristocrates était servie sur des plateaux en argent pur; ils mangeaient avec des ustensiles en argent et buvaient leurs boissons dans des coupes en argent.

L’utilisation médicale de l’argent a une longue tradition, les Macédoniens plaçaient des plaques en argent sur les blessures pour aider à leur cicatrisation. La Grèce antique connaît l’apogée de la phytothérapie du temps d’Hippocrate (460-370 av JC), qui décrivit plus de 230 plantes médicinales dans son ouvrage « Corpus Hippocraticum », science à laquelle il avait été initié par son père, Héraclide. Il la développa et l’exerça en tant que médecin itinérant au cours de ses voyages en Asie Mineure et en Grèce et, à cette époque, il enseigna à ses disciples que la fleur d’argent (poudre extra-fine) cicatrisait les blessures ulcérées.

De nombreux médecins, alchimistes, comme Pline (78 après J.C), Gerber (702-765), Avicenne (980-1037, Paracelse (1493-1541) conseillaient l’usage médical de l’argent.

Au Moyen Âge, les médecins arabes employaient l’argent dans le traitement des palpitations et des rétentions hydriques. Pour les alchimistes, l’argent correspondait à la lune (macrocosme) et à la tête (microcosme), il fut donc administré aux fous et aux épileptiques. C’est au XVIIIe siècle que le nitrate d’argent devint une thérapeutique de choix pour le traitement des plaies, des ulcères et de la plupart des affections de la peau.

On comptait plus de 60 préparations à base d’argent dans la pharmacopée du XIXe siècle.

En 1869 le scientifique Ravelin indiquait que l’argent à doses infimes déployait des effets antimicrobiens.

En 1881 le gynécologue de Leipzig, Carl Sigmund Franz Crède (1819-1882), recommandait de prévenir l’inflammation de l’œil du nouveau-né par le traitement d’une solution à 1 % de nitrate d’argent. Les résultats étaient tellement impressionnants qu’on a ordonné ce traitement, nommé « Prophylaxie Crède », pour les nouveaux-nés ! Avec l’instauration de cette pratique, le taux d’ophtalmie des nouveau-nés tomba rapidement de 10 % à 0,2 %. En conséquence, cette pratique devint obligatoire aux USA et dans la plupart des pays européens.

En 1893, le botaniste suisse Von Nägeli (1871-1938) découvrait que la concentration de seulement 0.000 000 1 % des ions argentés suffisent pour tuer le germe spirogyre (une algue verte d’eau douce, se présentant sous la forme de filaments) qui se trouve dans l’eau fraîche.

Les propriétés anti-infectieuses de l’argent colloïdal furent énoncées au début du XXe siècle.

Les Chinois utilisent l’acupuncture depuis environ 7 000 ans. Ils ont rapidement découvert l’effet antimicrobien des aiguilles en argent. On peut penser que des milliers d’acupuncteurs de par le monde utilisent aujourd’hui des aiguilles argentées pour l’acupuncture.

L’argent est toujours utilisé dans la médecine traditionnelle indienne (ayurvédique), entre autres pour traiter fièvres chroniques, inflammations intestinales, hyperactivité de la vésicule biliaire et ménorragies.

En 1928, Krause eut l’idée de placer un revêtement d’argent dans des systèmes de filtration pour l’eau domestique. Actuellement, plus que la moitié des lignes aériennes mondiales emploient l’argent pour traiter l’eau des avions destinée aux usagers. Les Américains et les Russes ont choisi un système de traitement de l’eau à base d’argent pour leurs navettes spatiales.

Aux É.-U., des villes ont choisi l’argent pour traiter les eaux usées, dans certains hôpitaux l’installation de système d’ionisation argent/cuivre ont permis d’éradiquer la Legionella Pneumophila de leurs réseaux d’eau chaude.[1]

 

 

Les solutions appelées "argent colloïdal" sont en réalité des solutions à la fois colloïdale et ionique. L'argent colloïdal est définit par des particules d'argent en suspension dans l'eau, tandis que l'argent ionique est caractérisé par de l'argent dissous dans l'eau ! Tous les argents colloïdaux sont techniquement des argents ionico-colloïdaux, seul va varier la proportion des deux formes d'argent.

 

L’argent colloïdal en usage externe peut être utilisé pour accélérer la cicatrisation des brûlures et de diverses blessures ou encore pour soigner une panoplie d’affections de la peau, des yeux, des oreilles, etc. Il est communément bu afin de combattre efficacement et rapidement toute infection virale ou bactérienne. On peut en prendre par périodes de façon préventive. Il peut aussi être vaporisé dans les voies respiratoires à l’aide d’un spray. Il ne lui suffisait pas d’être un antibiotique, un germicide et un bactéricide hors du commun. Le Dr Becker, auteur de The electric body (1985), a étudié le mécanisme par lequel les ions d’argent régénèrent les tissus et voici une des conclusions à laquelle il est arrivé :

Les ions d’argent forment un complexe avec les cellules vivantes autour de la blessure pour produire des cellules-souches immédiatement convertibles. Le résultat net de cette conversion est que les cellules-souches fournissent toutes les composantes nécessaires à la restauration complète de toute structure atomique.

Nous parlons donc ici de régénération des tissus, rien de moins. Mais lorsque nous saisissons la mécanique de profit du monde dans lequel nous vivons, nous comprenons rapidement qu’une telle panacée n’est aucunement rentable. Et c’est la raison pour laquelle aucune étude sérieuse (officielle) des bienfaits de l’argent colloïdal n’a été entreprise par l’establishment médical. Beaucoup d’informations sur le sujet sont tout de même disponibles et l’AC peut se faire à l’aide d’une simple électrolyse.

Voici une liste non exhaustive (recueillie sur le Net ) de pathologies pour lesquelles l’argent colloïdal a une action bénéfique:

Abcès, Acné, Allergies, Amygdales, Angines, Aphtes, Arthrite, Asthme, Blessures, Plaies, Bronchite, Brûlures, Coups de soleil, Cancer, Candida albicans, Cellulite, Colite, Conjonctivite, Maladie de Crohn, Soins du cuir chevelu, Dents (carries), Diarrhée, Eczéma, Fatigue chronique, Infection de l’estomac, Fibromyalgie, Gale, Hépatite C, Herpès, Hidrosadénite, Ulcères d’estomac, Diabète, Choléra, Malaria, Peste bubonique et Lèpre, HIV/Sida, Infections des poumons, Infections cutanées, Problèmes de foie, Yeux, Oreilles, Reins, Vessie, Voies urinaires, Intoxication alimentaire, Kystes, Levures, Maladie de Lyme, Moisissures, Mycoses, Pancréatite, Pellicules, Mauvaise haleine, Pneumonie, Rhumes et Grippes, Saignements, Sclérose en plaques, Sinusite, Stérilité, Teigne, Varicelle, Verrues, Zona…

D’autres exemples de pathologies sont présents dans le livre de Frank Goldman.

 

 

Pour en savoir plus et notamment sur LA FABRICATION D’ARGENT COLLOÏDAL

Cet excellent article :  argent coloidal

source : argent-colloidal-ce-que-le-cartel-pharmaceutique-nous-cache

 

voir aussi : 

                   Silicium, reminéralisant naturel

                  ► TABLEAU des VITAMINES

                    source-de-potassium-oligo-element-essentiel-a-la-vie

 

 

MERCI de partager afin de rendre ce travail utile et en faire profiter un maximum de personnes



22/01/2021
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2981 autres membres